Posts Tagged: l’oxygène c’est surévalué

Labyrinth(s) ?

She’s talking. She’s clearly talking to you. But only a few words are able to reach you. You focus all your energy on her lips. If you could only spin a thread from her mouth to your ears, everything would be clearer. But it’s like there always are interferences ready to force themselves on you, breaking all possible transmission. You try, you force your conscience to stay focused, but your attention is constantly called somewhere else. Why is it you’re here ? What are you doing here ? Did you really come empty-handed ? No, obviously not. You must have brought something with you. It’s the first time you meet her, obviously, you wouldn’t have came empty-handed. So, you must have brought something, something related to the reason you came here. Except that now, you can’t remember any of these. And you can’t hear her voice. Which is really unfortunate when you think of it. Because if you could hear her, you would definitely understand why you came to see her. Try again, maybe if you try hard enough… You realise now she’s not upset by your silence. Maybe she doesn’t even realise you can’t hear her. Or maybe she doesn’t care if you hear her or not. Maybe she’s just using you to empty herself. That’s it. You’re container in which she pours herself. When you look around, you get it. The house is full… You get to wonder how she can still fit oxygen in it. Every space is so full… papers… dishes, clean, broken, dirty… food, half-eaten, plastified, smashed, fresh, rotten, moldy, ready for dinner… clothes… and so many things you can’t even name. There is even hair… or… hairs ? Yes, that’s it, hairs. You feel the scent of dogs, and as if you could see them, you suddenly guess that there are more dogs in this house than fingers and your both hands. You’re not afraid of dogs. No. It’s not the problem. Then what it is ? It’s not far, you can smell it, here somewhere, stuck between the piles of nameless mess…

While you’re looking for the solution to the mystery, her voice suddenly reaches you, clear and precise.
« Two hours. It would be great if we met two hours a week. »
Clear and precise like a curse. You’re freaking out. It’s not a good idea. You don’t even know why, but it’s not. You wish you could explain, but your voice get tangled, lost, broken. It’s like your tongue has suddenly doubled and your words can only escape your lips in isolated syllables. It seems like she doesn’t realise that. Or she doesn’t care. In the same way you couldn’t hear her voice, you can’t make hear yours. She peacefuly stands up, with charm and finesse you wouldn’t have imagine. This simple gesture is enough to calm you down. There is still no reasonnable explanation for your behaviour, it’s just that seeing her standing over the table like that seems to restore some cohesion in this chaotic universe around you. Unfortunately, this break is very short. You didn’t hear the voice, but you she was called outside. You didn’t hear because it’s like every piece of this house has its own voice to call her again and again. Every abandonned items, every twig is looking for her attention. Which voice is she answering ? You have no idea. She smiled at you, glad you fell agree.
« Dogs must be fed ! »

She left the room, bringing with her all the finesse of the room. Nothing’s left is. Nothing but you and the voices of all the things lying around, waiting for someone to pick them up, to take care of them. But you’re not the one they want. You’re just a cheap replacement compared to the sophisticated creature living in this place. The whole house suddenly feels hostile. Now you know why you were terrified sooner when finding out how many dogs were living here. Their smell is everywhere. It’s crashing you. It’s screaming « this is our place ». The smell would kick you out in the moment if it could. The voices of the abandoned items join the sensory mess so you leave the place. You don’t know what to do. You haven’t said goodbye, you couldn’t. You don’t evn know why you came, and now you have to live this again two hours every weeks, and you don’t even know what for. You need to go. Deep inside, you know this is not ok, that you must say goodbye. But you can’t handle it anymore, you feel the smell getting stronger and stronger, se voices getting moe hostile, the walls tightening on you, so tight that you’re about to lack of air. You need to go.

You start your journey. It’s the good choice of word. The house is huge, a true labyrinth. Indeed, she’s so huge that several trees have already grown inside, pushing every items against the walls, spreaing even more chaos. You don’t know where she’s gone. And you don’t remember how you got to the room where you were talking with her. It’s like you didn’t even exist before this conversation with her. Like you have never heard a single voice before hers reached your ears. You don’t understand the rules of this place. You wander more than you walk. You clearly need to understand how things work here to get out. Having no clue, you decide to follow your guts, and so you run away from the dogs’ smell. Like an anti-hunter, you unfollow the trail, going where it’s less and less perceptive. The walls seem to bec loser on you. The general chaos is more and more difficult to label. The trees are thicker and thicker, their roots are bigger and bigger. You start doubting your choice… Maybe you got even deeper inside the house instead of getting closer to the exit like you hoped. You finaly get to a weeping willow. The light coming out of it finally soften all the hostility that was suffocating you since she left. Its long branches peacefuly run against the walls. A draught even come between them, creating a soft waltz. You don’t know where it comes from, but you finally feel relieved. You come to lie a bit against its trunk. You live your head against the bark and enjoy its rough touch. Before you realise it, and even if you didn’t really want it, you fall asleep.

It is this exact same draught that wakes you up later. The thin branches are caressing your skin with all the softness you thought she could have before you got lost in her house. You wish you could stay here. Not moving anymore, simply enjoying this time of peace. But the branches are insisting : you need to go… You stand up with a resigned sadness. You know the tree is right, you need to go. When witnessing your sadness, the weeping willow refuses to let you go on your own. Its branches slowly grow, crawling against the walls, chosing carefuly the corridors where they spread. Other branches come to friendly hold your hand : you’re not on your own. And this is how the tree is guiding you to the exit you were mourning for. You don’t have the time to thank the weeping willow. You are barely out of the house, and it has already completely vanished. As if you had only dreamt it. You can still feel the marks of the bark of the trunk on your neck, the thin scratches of the leaves on your arms. You fingers follow them : you’re not on your own.

It’s night outside, and you need to go hom now. You start walking down the streets. You’re lying to yourself. Your mind has learned this new particular skill in no time : he forgets to tell you are in the middle of labyrinth once again. And while you follow the black-bricked walls shining of dew, your mind is lining up your steps with the way created by the passing ivy. Your mind is sure that like the weeping willow, the ivy will know how to bring you back home. You must admit that it was a good choice. Because you finally are in front of your building. The frontage is made with the same black brick than the walls of the streets. You are a bit astonnished to see how everything is so wet. You haven’t heard the rain. There is no watter on the floor, and all of this seems too much. You try not to care. Anyway, you don’t have time for this, a new task is awaiting you. The door is locked, you must convince the door code to let you in. This kind of machine does not fit with the style of the building, but once again, you don’t have time for such questions. The true problem now, is that the door code is not working. You refuse to panic. You did not successfully come here to panic now. So you just find a way to hoppen the bow, and here you are, with your hands in the wires, looking how to untangle them. Obviously something might not be wired the right way. Something might be damaged. But you have no way to know what and why. There is no rule in this bunch of wires. And the more you stick your hands in the wires, the more there are wires. Your hands are burning, you might have earned a few electric shocks with all these frictions. You’re so convinced that there is no other way in, that you have no choice than fixing this, that the pain can’t reach your brain. And you keep going, convinced that you will end up finding the magic solution to connect the disastrous machine with the door. Sooner or latter, you will figure out how this works. In the meantime, blisters start appearing on your hands.

You’re surprised when the light goes on. You didn’t notice, but there is a window above the door. It’s where the light comes from, it spreads how it can on the entrance where you’re still fighting witht the machine. And so the miracle you did not expect anymore happens : a woman opens the door. She doesn’t have the finesse of the one in the house. You can say she is kind of sophisticated, but her face seems rough, or not well-designed. Her hair has the shape of a draft mass, like if they were drawn on the wall with chalk stick. But you don’t care. Because she lets you in. Nothing comes out of her. Neither hostility nor kindness. She looks like she acts only because it is what must be done. She opens the door and move to the side so you can come in, but more precisely, so you can have a perfect sight of what’s coming next for you. You have barely entered the building that you are petrified : stairs everywhere, leading to deep corridors et endless doors. You can’t make a move. It’s like your brain can not hold so many information, you can’t make a single move. You’re overwhelmed. Your eyes are getting insane, looking for a spot where they can start mapping the place. All you wanted, was to go home… You feel the tears flowing along your cheeks and you do nothing to stop them, you can’t do anything. You don’t have the strenght. They flow and flow, ready to sink the whole place. The woman puts her hand on your shoulder, and with an almost warming voice, she just says :

« You’d better get back to work now… »

When she gets out, she closes the door after her, leaving you on your own the entrance, starring this new labyrinth in wich you hope your house is. Your home. It’s only when your hand are strong enough to wip your eyes that you understand why the walls outside were so wet…

 

Labyrinthe(s) ?

Elle parle. Clairement elle te parle. Mais seuls quelques mots parviennent à se frayer un chemin jusqu’à toi. Tu concentres toute ton énergie sur ses lèvres. Si tu pouvais seulement tisser un fil entre sa bouche et tes oreilles, tout deviendrait plus clair. Mais des interférences semblent toujours vouloir s’imposer, brouillant ainsi la transmission. Tu cherches, forces ta conscience à rester focalisée, mais toujours ton attention est appelée ailleurs. Pourquoi étais-tu venu la voir déjà ? Qu’est-ce que tu fais là ? Et puis, es-tu vraiment arrivé les mains vides ? Non, sans doute que non. Tu avais forcément quelque chose avec toi. C’est la première fois que tu la vois, tu ne serais sans doute pas venu les mains vides. Alors, forcément, tu avais quelque chose avec toi, quelque chose liée à la raison de ta venue ici. Seulement voilà, tu ne te souviens plus ni de l’un, ni de l’autre. Et tu n’arrives pas à entendre sa voix. Ce qui est terriblement regrettable dans le fond. Parce que si tu pouvais l’entendre, tu finirais forcément par comprendre pourquoi tu es venu la voir. Essayes encore, peut-être qu’à force d’efforts… D’ailleurs, elle ne se formalise pas de ton silence. Peut-être qu’elle n’a pas conscience que tu ne l’entends pas. Ou peut-être qu’elle se fiche que tu l’entendes. Peut-être qu’elle t’utilise juste pour se vider. C’est ça. Tu es un conteneur dans lequel elle se déverse. Quand tu regardes autour de toi, tu comprends. La maison est tellement remplie… À se demander comment elle parvient encore à faire rentrer de l’oxygène dedans. L’espace est plein… paperasse… vaisselle, propre, sale, cassée… nourriture, entamée, en sachet, écrasée, fraîche, pourrie, moisie, oubliée, prête pour ce soir… vêtements… et tellement de choses que tu ne parviens pas à nommer. Des cheveux aussi… des poils ? Oui c’est ça, il y a des poils. Tu sens l’odeur des chiens, et comme une évidence, tu devines soudainement qu’il y a plus de chiens dans cette maison que de doigts sur tes mains. Tu n’as pas peur des chiens. Non. Le problème n’est pas là. Alors où est-il ? Pas très loin, tu le sens, là quelque part, coincé entre les piles de bordel sans nom…

Alors que tu cherches des yeux la solution à ce mystère, soudain sa voix te parvient, claire et précise.
« Deux heures. Ça serait bien qu’on se rencontre deux heures par semaine. »
Claire et précise comme une malédiction. Tu paniques. Ce n’est pas une idée. Tu ne sais pas pourquoi là non plus. Mais ce n’est pas une bonne idée. Tu voudrais lui expliquer, mais ta voix s’emmêle, bafouille. Ta langue a comme soudainement doublé de volume et les mots ne s’échappent de tes lèvres que par entrefilets timides. Elle ne semble pas s’en rendre compte. À moins que là aussi elle s’en moque. Tout comme tu ne parvenais pas à entendre sa voix, tu ne parviens pas à faire entendre la tienne. Elle se lève calmement, avec une grâce et une délicatesse que tu n’aurais pas imaginées jusque là. Ce geste simple suffit à te calmer. Là non plus, il n’y a pas d’explication raisonnable, simplement, la voir se dresser ainsi au dessus de la table semble ramener une sorte de cohésion à l’univers chaotique qui t’entoure. Malheureusement, cet instant de répit est de courte durée. Tu n’as pas entendu la voix, mais tu sais qu’on l’a appelée. Tu n’as pas entendu parce que c’est comme si chaque élément de cette maison avait une voix en train de l’appeler. Chaque objet abandonné, chaque brindille cherche son attention et l’appelle. À laquelle de ces voix répond-elle ? Tu ne sais pas. Elle te sourit, ravie que vous soyez tombés d’accord.
« Il faut nourrir les chiens ! »
Elle quitte alors la pièce, emportant dans son sillage toute la délicatesse de la pièce. Il ne reste rien ici. Rien d’autre que toi et les voix de toutes ces choses traînant au sol, attendant qu’on les ramasse, qu’on s’occupe d’elles. Mais ce n’est pas toi qu’elles veulent. Tu n’es qu’un piètre remplaçant à côté de l’élégante créature qui habite cet endroit. La maison toute entière te paraît soudain hostile. Tu sais maintenant pourquoi découvrir le nombre des chiens t’avaient pétrifié un instant plus tôt. Leur odeur est partout présente. Elle t’écrase. Elle hurle « c’est chez nous ici ». L’odeur te mettrait dehors dans l’instant si elle le pouvait. Les voix des objets délaissés viennent se joindre à la cacophonie sensorielle désireuse de te voir vider les lieux. Tu ne sais pas quoi faire. Tu ne lui as pas dit au revoir, tu n’as pas pu. Tu ne sais même plus pourquoi tu es venu, et voilà qu’il te faudra revivre tout ceci deux heures toutes les semaines, sans même savoir au nom de quoi. Il faut que tu partes. Au fond de toi, tu sais que ce sont des choses qui ne se font pas, qu’il faut dire au revoir. Mais ce n’est plus tenable ici, tu sens l’odeur devenir de plus en plus forte, les voix se faire hostiles, les murs se resserrer sur toi au point que l’air commence à manquer, il faut que tu partes.

Tu commences alors ta route. L’expression n’est pas exagérée. La maison est immense, un véritable labyrinthe. En fait, elle est tellement immense que plusieurs arbres ont déjà poussé à l’intérieur, poussant du même coup les tas d’objets contre les murs, défaisant un peu plus l’ordre qui aurait pu s’installer. Tu ne sais pas par où elle est partie. Et tu ne te rappelles pas comment tu étais arrivé dans cette pièce où tu discutais avec elle. C’est comme si tu n’avais jamais existé avant cette conversation avec elle. Comme si tu n’avais jamais entendu la moindre voix avant que la sienne ne se fraye un chemin vers tes oreilles. Tu ne comprends pas les règles de cet endroit. Tu erres plus que tu n’avances. Il faut pourtant que tu saisisses la logique des choses si tu veux pouvoir sortir. Ne disposant d’aucun indice, tu te décides à te fier à ton instinct et tu fuis l’odeur des chiens. À l’inverse du traqueur, tu redescends la piste qu’ils ont laissée, allant là où elle est toujours moins nette. Les murs te semblent de plus en plus serré sur toi. Le chaos ambiant se fait de plus en plus difficile à étiqueter. Les arbres sont de plus en plus épais, leurs racines de mieux en mieux installées. La lumière se fait plus rare. Tu commences à douter de ton choix… Peut-être que tu t’es enfoncé toujours plus profond dans la maison au lieu de te rapprocher de la sortie comme tu l’espérais. Tu arrives finalement à un saule pleureur. La lumière qui en émane adoucit enfin l’hostilité qui t’étouffe la gorge depuis qu’elle est partie. Ses longues branches soyeuses courent tranquillement le long des murs. Un courant d’air vient même se glisser entre elles, orchestrant alors une douce chorégraphie. Tu ne sais pas d’où il vient, mais tu te sens enfin apaisé. Tu viens alors t’adosser contre son tronc noueux. Tu relâches ta tête contre l’écorce et en apprécies le contact rugueux. Sans t’en rendre compte, et sans que tu ne l’ais vraiment voulu, tu t’endors.

C’est ce même courant d’air qui plus tard vient te réveiller. Les fines branches sont venues caresser ta peau avec toute la douceur dont tu la croyais capable tout à l’heure. Tu voudrais rester ici, tranquillement installé. Ne plus bouger, simplement profiter de cet instant de paix. Mais les branches se font insistantes : il faut que tu partes… C’est avec une tristesse résignée que tu te lèves. Tu sais que l’arbre a raison, il faut que tu partes. Devant la tristesse que tu affiches, le saule pleureur se refuse à te laisser partir seul. Ses branches s’élancent alors doucement, rampant le long des murs, choisissant avec soin les couloirs où s’étirer. D’autres viennent amicalement tenir ta main : tu n’es pas seul. Et ainsi, l’arbre te guide jusqu’à la sortie tant désirée. Tu n’as pas le temps de remercier le saule pleureur. À peine es-tu dehors qu’il ne reste plus aucune trace de la maison. Comme si tu n’avais fait que la rêver. Tu sens encore sur ta nuque les marques laissées par l’écorce du tronc, sur tes bras les fines griffures des feuilles. Tes doigts les caressent doucement : tu n’es pas seul.

Il fait nuit dehors, et il te faut maintenant rentrer chez toi. Tu commences alors à remonter les rues. Tu te voiles la face. En si peu de temps, ton cerveau a développé cette nouvelle acuité toute particulière : il omet de te signaler que tu es à nouveau au cœur d’un labyrinthe. Et tandis que tu longes les murs de briques noires luisantes de rosée, ton cerveau aligne tes pas sur le tracé du lierre qui passe là, sûr qu’à l’image du saule pleureur, la plante saura te ramener à la maison. Il faut te reconnaître que le calcul était bon. Car te voilà enfin devant ton immeuble. La même brique orne le fronton. Tu es quand même légèrement étonné de voir l’ensemble aussi mouillé. Tu n’as pas entendu la pluie. Il n’y a pas de flaque au sol, et pourtant tout cela semble trop. Tu essaies de ne pas y prêter attention. D’ailleurs, tu n’en as pas le temps, un nouvel obstacle s’offre à toi. La porte est fermée à clé, il faut réussir à convaincre le digicode de bien vouloir te laisser entrer. Un tel appareil jure avec l’architecture du bâtiment, mais là encore, tu n’as pas le temps de te poser de questions à ce sujet. Le véritable problème à l’heure actuelle, c’est que le digicode ne fonctionne pas. Tu refuses de paniquer. Tu n’es pas arrivé jusque là pour paniquer maintenant. Alors tu trouves simplement le moyen d’ouvrir le boîtier, et te voilà déjà les mains dans les câbles, cherchant comment les démêler. Vraisemblablement, quelque chose n’est pas branché correctement. Quelque chose est endommagé. Mais tu n’as aucun moyen de savoir quoi ou comment. Il n’y a aucune logique dans ce tas de fils. Et plus tu enfouis tes mains dans les câbles, plus il y en a. Tes mains te brûlent par endroit, sans doute as-tu récolté quelques décharges électriques à force de frictions. La douleur ne parvient pas à ton cerveau tant tu es convaincu qu’il n’y a pas d’autre solution pour rentrer, que tu ne peux rien faire d’autre qu’en passer par là. Et tu insistes, persuadé que tu finiras par trouver la solution magique pour rebrancher le sinistre appareil à la porte d’entrée. Forcément, à un moment ou un autre, tu finiras par comprendre la logique. En attendant, des cloques commencent à se former sur tes mains.

Tu es surpris par la lumière qui s’allume. Tu ne l’avais pas remarquée, mais au dessus de la porte se trouve une fenêtre. C’est de là que vient la lumière qui se déverse comme elle peut sur le seuil où tu te débats encore avec la machine. Se produit alors le miracle que tu n’espérais plus : une femme ouvre la porte. Elle n’a pas la délicatesse de celle dans la maison. Si on lui trouve une certaine élégance, voire une élégance certaine, ses traits semblent plus grossiers, moins bien esquissés. Ses cheveux forment une masse brouillonne, comme essoufflés à la craie sur un mur. Mais tu t’en moques. Car elle te laisse entrer. Il ne se dégage rien d’elle. Ni hostilité ni bienveillance. Elle semble agir uniquement parce que c’est ce qu’il faut faire. Elle t’ouvre et se déporte afin de te laisser le passage, mais surtout, une vue dégagée sur ce qui t’attend. Car à peine as-tu posé les pieds dans l’entrée que te voilà tétanisé : des escaliers partout, donnant sur des couloirs sans fond et des portes sans fin. Tu ne peux plus faire un pas. Comme si ton cerveau ne pouvait plus contenir autant d’informations, tu n’arrives pas à esquisser le moindre geste. Tu satures de tous les côtés. Tes yeux comme fous cherchent un point d’ancrage, un endroit où commencer à démonter ce lieu. Tout ce que tu voulais, c’était rentrer à la maison… Tu sens les larmes commencer à couler sur tes joues, et tu ne fais rien pour les arrêter, tu ne peux rien faire. Tu n’as pas la force. Elles coulent elles coulent, prêtes à inonder les lieux. La femme pose alors sa main sur ton épaule, et d’une voix presque chaleureuse déclare simplement :

« Il vaudrait sans doute mieux se remettre au travail maintenant… »

Lorsqu’elle sort, elle ferme la porte derrière elle, te laissant seul dans le hall d’entrée, à contempler ce nouveau dédale au milieu duquel tu espères pouvoir trouver ta maison. Ton chez toi. Ce n’est qu’au moment où tes mains trouvent la force d’essuyer tes yeux que tu comprends pourquoi les murs à l’extérieur étaient à ce point couverts d’eau…

Dès que le vent soufflera…

On l’a jeté sur le lit, le squelette à l’allure dépareillée. Il est là, il se traîne et se tord. Il cherche les larmes mais il n’y en a pas à verser au fond de ses orbites. Il ne reste que la poussière et elle lui brûle le crâne quand il le remue un peu trop.
Il voudrait bien y arriver. Rester immobile. Là comme ça. Allongé sur le lit. Regarder le plafond. Arriver à 32. Repartir. Comme s’il ne s’était rien passé. Jusqu’au jour où il ne se passera vraiment rien.

Mais ça ne sera pas pour aujourd’hui.

Aujourd’hui, encore une fois, il n’y a plus d’air. Il bat des bras, désespéré, priant pour en trouver enfin. A l’intérieur les choses se rétractent. Ce soir-là encore il se demande comment il peut avoir autant mal alors qu’il n’est que carcasse d’os. Certes les jointures sont défectueuses et quelque peu rouillées… mais ça ne devrait pas faire aussi mal. Pas à ce point. Pas comme ça.
Il bat des bras, priant pour qu’on vienne l’aider. Le lit est devenu un radeau à la dérive bloqué au milieu des rochers. Il tend ses mains, cherchant à attraper la rive, mais il ne l’atteint pas. Ces orbites vident se crispent dans l’effort. Chercher une prise, s’y accrocher et revenir.

Mais il n’arrive pas à revenir.

Depuis le plafond, le fantôme regarde. La peau aussi livide que les os du squelette. Il ne fait rien. Il y est passé aussi. Alors certes il trouve ça triste, mais qu’est-ce qu’il peut y faire ? Il n’a même pas de main pour l’attraper. Pas de voix pour le rassurer. Pas de bras pour l’enlacer. Il sait qu’il ne peut qu’attendre avec lui qu’enfin les choses finissent.

Tout a une fin.

Reste à savoir quand.

entends-moi je n’y arrive pas.
celle qui crée ne te reconnaît pas encore
celle qui est, pourquoi n’a pas pu pleurer.
Eths – Inanis Venter