Posts Tagged: demain ne sera pas

The death of the Clock-Woman [English translation]

My Sleeping Karma – Ephedra

A motion. Thin. Light. A quivering maybe. A vibration. A quake delicate like an origami. So little and unreal one could have missed it without even noticing. Yet, the motion was here. It was trying to grow bigger. From sigh to wave, from echo to resonance, it wanted to grow.

It was time.

 The Clock-Woman didn’t know how to react. The space had moved. She felt it. While her body was slowly swallowed by the frozen water, she felt the wreck moving. Nothing, it was nothing. It wasn’t even supposed to happen. The uroburos had frozen time. Any move was impossible. So the bathroom, in the boat perfectly moored, could make everyone safe. Stopping the run of time had been life-saving. For this, the Clock-Woman had given her skin to record every single second, memorise any single image and sound. Today, her whole skin was covered in key moments. Keys that would never open any door again if the wreck was about to get lost at sea again

Everything is fine now.

 Something had to be done. But the cold had stiffened her body until the unconscious. Until she fell on the other side of pain. Until that moment where pain is just the ghost of another life. She had to move anyway. Someone had to face the extent of the damages. And she was the only one who could do it. Someone had to move. The motion was still getting bigger. A simple touch of the floor was enough to realise the motion was real

 Supposing that there was still a floor.

The Clock-Woman looked at the bathroom again. The water had invaded all the available space. The lines of the tiles were losing their consistency because of it. There was no precision in their layout anymore. Impossible to go between them, impossible to avoid them. Simply impossible. The lines were blurry, threatening. The disolved lines were announcing the end of the world. Maybe it was a trick of the eyes, but they seem to get mixed up under the pressure of the motion, still growing, and soon to be a shock wave. The vibration seemed to prepare itself to ingratiate themselves better in the flaws.

 Someone had to stay
Someone had to observe
Someone had to write it down
study
map
statisticate everything

But there was no one. There had never been anyone. Maybe there will never be anyone. Something had to be done. The vibrations would soon swallow them all.

The Sandman couldn’t. Entirely dedicated to the panic of the moment, he was unable to fully understand what was going on. He was splitting up himself in states of emergency, still looking for a way to stop the water. The rise seemed impossible to stop. And so he was running. No time to find a solution to the problem. No time to find the original leak. So he was running, he was spreading himself in sandbags everywhere he could.  He spread and spread, grain after grain, unable to know if he would ever be strong enough to stop the flood. The Sandman was getting out of breath in panic in this space where air was getting rarer by the mnute. Between the frozen water and the rough sand, what was worse between the poison and its antidote ?

There was no one else and yet someone had to handle the emergency
One more
Because without the usual run of time, everything was an emergency
And the vibration was still getting bigger.

Pandora had created the surprise. She had moved when everyone thought she was finaly dead. Unconscious lack of concern, her arms kept wearing away by the acid finaly freed from the box. Her skin in shred was like a delicate veil, ready to wrap her if she could find how to move to act on the guilt that kept making her swallow the pain even more. If someone had told her to stop, that would have changed nothing, she would keep swimming, forcing the waving of her body until the now-exploded box. She stopped to listen long ago. Her throat was trapped by the weight of contradictory messages, and so she stopped listening.

Figute it out
No, you’re not hurting
You should have came earlier
I don’t understand why you hurt
It’s pure stupidity to have waited so long
Why did you come
I don’t see where is the problem
You can’t handle that alone
Figure it out
         on your own.

Pandora held her head straight and her voice dead for long now, she had swallowed all the snakes coming, even for a moment, in the crew. Pandora might have ended up pulling off her own tongue. She had bitten it so much to shut up, to shut up the weaknesses of the rats from the crew :   the uroburos who was dying under its own weight, the laugh of Cassandra like a curse she threw to the others as much as to herself, the blood of the dead girl unable to die for real, the unabling panic of the Sandman, the skin of the Clock-Woman who was so sick of remembering…  Pandora has swallowed her own tongue and tones of her own blood in the time. Never ever complaining. And when the bow had broken under the pressure of the screaming, the nightmares and the smell of rot, when she has been accused of every miseries, she did not complain. She laughed until she suffocated under the rising water. Because it was the only thing to do. Because it was all that was left to do. Because it was the only reasonable option.

And now the mooring lines have broken.  

Pandora knew, but Pandora couldn’t tell. Pandora was not allowed to tell. Never. She swore. She, more than anyone on the ship, knew the price of blood. She was not allowed to tell. Time passing by, she had even forgotten how to speak.

Can you blame people for not seeing what you hide from them ?

The Clock-Woman had to move. There was no one. The vibration had got so big it has nothing to do with a vibration anymore. The vibration turned into a seismic rift. The wreck was struggling with even more rage. The lines of the tiles would soon have lost all sense if nothing was done. The lines of the tiles were not lining up any though now.

It was time.

The Clock-Woman had to move. There was no one else. The Sandman couldn’t stop his run. Pandora was swimming without any faith, looking for the pieces of the box. The Clock-Woman had to move, it was her job. She always brings them home. She promised.

When she forced her body to stand up, the whole pain woke up. The violence of the shock cut off her breath during another shock wave. Breathe, send back the pain where no one could hear it, move on. It wasn’t the first time. But so much time had passed by since a pain screamed so loud to be heard. So much time since she had to tighten her teeth so strongly she could break them. It was impossible to lock this pain in the box.

One gets used to anything, even the worst
Especially the worst
Body memory has no equal

The first impulse is always the hardest. Force the body to go against its instinct. Force the loop. Become the uroburos. The first impulse is still the hardest. The run-up, everything lies in the run-up. You had to know how to prepare the run-up and use it for the best. Becoming the evergoing motion. That was the key. The price to pay was known. Cassandra smiled between the erased lines of the tiles. Cassandra had always known. She had simply waited. When her eyes met the Clock-Woman’s, who ignored her so often, she simply landed her hand. Between the white fingers of the curse seller, a simple crack of the tiles. The Clock-Woman knew… but the key was needed, she had to force this body to make the first impulse. She had to get out of the frozen water. The first impulse is always the hardest…

Blood relationships are nothing more than a story with an unknown ending

The Clock-Woman swallowed the crack without a second thought. The waves of shock were multiplying and getting closer. They were throwing themselves on the wreck with no warning. It was time. Her legs reacted to the poison before her brain could even name it. The first impulse was given, the Clock-Woman was now able to reach the surface… Following her, a thin line of blood was slowly flowing out of the crack in her right arm. The Clock-Woman didn’t notice the wound, or she pretented so. The Sandman tried to throw the necessary sand to wipe it off. Pandora collected the drops to add them into the box. Cassandra was already back into the lines of the tiles, silently crying and blaming herself for being right once again.

It was time.

Outside, the storm was raging. Once she arrived on the deck of the wreck, the Clock-Woman understood. The mooring lines had broken. And now they were wandering onto the ocean. Without a map or a compass, the boat had floated away, following every passing winds. The eye of the storm only hid them for a moment before abandoning them. And now they were trapped right in the middle of the storm. The waves were throwing themselves one the hull like they had nothing left to lose. The wind was rushing into the cracks of the wreck, twisting the wood that was screaming all the silence filling it. From the silence of the wreck ready to split from the inside or the screaming of the hungry waves, it was impossible to know what was the most hurtful. Anyway, they couldn’t hear a thing anymore…

Tell me why people are afraid of the dark ?
The monsters hide in the silence…

In the middle of the random row, the Clock-Woman couldn’t hear a thing anymore. There was nothing anymore. There is no one. Cassandra’s laughter, the crack of Pandora’s bones, the Sandmand’s wandering steps, the Uroburos’s floatting… nothing anymore. There was nothing anymore. The Clock-Woman might have never felt so alone than here, on the deck of the wreck, naked in the middle of the storm where whe couldn’t hear a thing anymore. Her tired skin couldn’t follow the rythm. The violence of the wind right on her bleached skin revived every scar. Alone, naked, in the middle of the storm, the Clock-Woman would have cried, but her eyes had once again forgotten how to do it.

No, this is not how you feel
That’s not why you’re not fine
You’re wrong
No, you’re not so down that this               

The Clock-Woman couldn’t hear anything to guide her anymore. There was no one anymore. The storm took what should have never been lost. Loneliness hugged with her with sticky and heavy arms, with no possible exit. The storm was still raging. She started to believe she would die suffocating under the silence and the loneliness when the sea opened… Summoned by the smell of blood, mermaids had reached the surface. They wanted more. They have been called and they wouldn’t leave empty-handed. Everything comes with a price and the first impulse was always the hardest. The Clock-Woman finally discovered the crack in her arm.

After her, it was nothing but a  suspended sentence…

The cut was beautiful, precise as surgery. The blood was peacefully flooding, as it has always done, bringing with it the usual floods of rot like some kind of necessary evil… Silence was still screaming around her, hitting her ears as an ever-going reminder. The mermaids did what they knew best, they started singing. Their song pilled up in the row of the storm. Impossible to hear through this. Impossible to find her mates. There was no one anymore now. The mermaids sang the enigma from inside, the unsolvable equation.

Someone had to die.

The Clock-Woman understood that long ago. But who was to sacrifice ? They survived to the mad ocean, together for so many years…. Who was to scarifice ? Cassandra and her cursed prophecies ? Pandora and her bones broken by the silence ? The Sandman who fixed only the immediate emergencies ? And why ?

Somone had to die
and someone had to chose

The mermaids were still singing, the mermaids would keep singing, and the mermaid would sing forever until finally someone answer. The time to look away was out. An answer was needed, an it was needed now.

It was time.

Maybe she had to die. Her skin still suffering from the wind was begging for the pain to stop. The first impulse was always the hardest, but the body never really forgets. Naked under the winds, the Clock-Woman had finally understood, maybe. She had to die. And it was unbearable. Was it what the dead girl felt when she was killed ? Nothing else but a deep feeling of being abandonned, a feeling covered by silence heavy enough to weight the whole world ? This kind of huge emptiness that screamed her name ? The mermaids smiled, the answer was given. Only the emptiness knew the name of the Clock-Woman. One could trust that kind of signs. But who would have her blood on their hands ? Who would take this new blame ? The sacrifice was compulsory, the guilt unavoidable. Everything comes with a price and someone had to be guilty.

So now who will have my blood on their hands ?

Maybe deep under the water, the rats would find someone to replace her. Maybe it was high time for them to find someone else in the deep water. It was time to have a name. Even though, she would never be completely reassured : who would bring them home once the water will have swallow her ? Who would come out of the storm ? Someone had to die…

Resigned, the Clock-Woman climbed the guardrail, and her eyes dived into the emptiness around. The mermaids were getting prepared to welcome her. They song slightly changed, from chord to perfect harmony, their voices promised peace, silence far away from the row, and even a name. Could she believe them ? The warmth of their smile didn’t lie… Maybe it was time. She tensed her hand one more time, they were numb by the blood dried by for years, without anyone being able to remember whose blood it was. Her fingers were still trying to hang on to something, as an old habit. Finally, the Clock-Woman closed her eyes. And in the wreck, they all held their breathe.

The first impulse was always the hardest.

La mort de la Femme-Pendule

                My Sleeping Karma – Ephedra

Un mouvement. Fin. Léger. Un frémissement peut-être. Une vibration. Un tremblement d’une délicatesse d’origami. Si petit et inexistant qu’on aurait pu passer à côté sans s’en rendre compte. Pourtant, le mouvement était bien là. Il essayait de prendre de l’ampleur. De soupir en ondulation, d’écho en résonnance, il voulait grossir.

                Il était temps.

La Femme-Pendule ne savait pas comment réagir. L’espace avait bougé. Elle l’avait senti. Alors même que son corps s’enlisait dans l’eau gelée, elle avait senti l’épave se déplacer. Rien, ce n’était rien. Ce n’était même pas censé arriver. Ce n’était pas possible. L’uroburos avait gelé le temps. Tout déplacement était par là même devenu impossible. La salle de bain dans son bateau bien amarré assurait ainsi la sécurité de tous. Ce n’était pas possible. Stopper la course du temps avait été salutaire. En échange, la Femme-Pendule avait donné sa peau pour enregistrer chaque seconde, mémoriser chaque image et chaque son. Aujourd’hui son épiderme tout entier était couvert d’instants-clés. Des clés qui n’ouvriraient peut-être plus jamais aucune porte si l’épave repartait de plus belle.

                Tout va bien maintenant.

Il fallait agir. Mais le froid lui avait raidi les membres jusqu’à l’inconscience. Jusqu’à passer de l’autre côté de la douleur Jusqu’à ce moment où la douleur n’est plus qu’un fantôme d’une autre vie. Il fallait pourtant qu’elle bouge. Quelqu’un devait constater l’ampleur des dégâts. Et ça ne pouvait être qu’elle. Quelqu’un devait bouger. Le mouvement s’amplifiait. Un simple contact avec le sol suffisait à prendre conscience de son existence.

                Si tant est qu’il y ait encore un sol.

La Femme-Pendule observa encore la salle de bain. L’eau avait envahi tout l’espace disponible. Les lignes du carrelage perdaient de leur régularité à son contact. Il n’y avait plus aucune rigueur dans leur agencement. Impossible de passer entre elles, impossible de les éviter. Impossible simplement. Les lignes étaient floues, menaçantes. Les lignes dissolues annonçaient la fin du monde. Peut-être une illusion d’optique, mais elles semblaient se brouiller sous la pression du mouvement, toujours grossissant, bientôt onde de choc. La vibration semblait prendre de l’élan pour mieux s’insinuer dans les failles.

Quelqu’un devait rester
Quelqu’un devait observer
Quelqu’un devait noter
étudier
cartographier
statistifier la chose

Mais il n’y avait personne. Il n’y avait jamais eu personne d’autre. Et peut-être qu’il n’y aurait jamais personne. Il fallait agir. Les vibrations les avaleraient bientôt tous.

Le Marchand de Sable ne pouvait pas. Entièrement dévoué à la panique du moment, il était incapable d’en comprendre les tenants et aboutissants. Il se dispersait en états d’urgence, toujours à la recherche d’un moyen de stopper l’eau. La montée semblait irréversible. Alors il courrait. Pas le temps de trouver la solution du problème. Pas le temps de trouver la fuite originelle. Alors il courrait, il se déversait en sacs de sable partout où il le pouvait. Il s’éparpillait, grain après grain, incapable de savoir s’il serait jamais assez fort pour endiguer la crue. Le Marchand de Sable s’essoufflait en panique dans cet espace où l’air se faisait rare. De l’eau glacée ou du sable rugueux, quel était le pire entre le poison et l’antidote ?

Il n’y avait personne d’autre et pourtant quelqu’un devait gérer l’urgence
Une de plus
Car sans l’écoulement du temps, tout était une urgence
Et la vibration enflait toujours.

Pandore avait créé la surprise. Elle avait bougé alors qu’on la croyait finalement morte. Inconsciente insouciance, ses bras s’effilochaient toujours un peu plus sous l’acide enfin libéré de la boîte. Sa peau en lambeaux était comme un voile délicat, prêt à l’envelopper si elle trouvait par quels mouvements elle pouvait agir sur la culpabilité qui la poussait à ravaler encore un peu plus la douleur. On lui aurait dit d’arrêter que ça n’aurait rien changé, elle aurait continué de nager, de forcer l’ondulation de son corps jusqu’à la boîte maintenant éventrée. Elle n’écoutait plus depuis longtemps. Prise à la gorge par le poids des messages contradictoires, Pandore n’écoutait plus personne.

                Débrouille toi
                Vous n’avez pas mal
                Il fallait venir plus tôt
                Je ne comprends pas pourquoi vous avez mal
                C’est de l’inconscience d’avoir traîné comme ça
                Pourquoi vous êtes venue
                Je ne vois pas où est le problème
                Vous ne pouvez pas gérer ça toute seule
                Débrouille toi
                               toute seule.

Pandore, la tête droite et la voix morte depuis longtemps, avait ravalé toutes les couleuvres passant un instant dans l’équipage. Pandore avait sans doute fini par s’arracher la langue à force de la mordre pour se taire, pour taire les faiblesses des rats de l’équipage : l’uroburos qui croulait sous son propre poids, le rire de Cassandre comme une malédiction qu’elle jetait aux autres autant qu’à elle-même, le sang de la morte incapable de mourir pour de vrai, la panique incapable du Marchand de Sable, la peau de la Femme-Pendule qui n’en pouvait plus de se souvenir… Pandore avait avalé sa propre langue, et dans le même mouvement des litres de son propre sang. Sans jamais émettre la moindre plainte. Et quand la boîte avait cédé sous la pression des hurlements, des cauchemars et de l’odeur de pourriture, quand on l’avait alors accusée de tous les maux, elle ne s’était pas plainte. Elle avait ri jusqu’à s’étouffer de l’eau qui montait. Parce que c’était la seule chose à faire. Parce que c’était tout ce qu’il restait à faire. Parce que c’était la seule option viable.

                Et maintenant les amarres ont lâché.

Pandore savait, mais Pandore ne pouvait pas dire. Pandore n’avait pas le droit de dire. Jamais. Elle avait juré. Elle plus que quiconque sur le bateau connaissait le prix du sang. Elle n’avait pas le droit de le dire. Avec le temps, elle en avait même oublié comment parler.

                Peut-on en vouloir aux gens de ne pas voir ce qu’on leur cache ?

La Femme-Pendule devait bouger. Il n’y avait personne. La vibration avait tellement grossi qu’elle n’avait plus rien d’une vibration. La vibration était devenue faille sismique. L’épave se cabrait avec toujours plus de force. Les lignes du carrelage n’auraient bientôt plus le moindre sens si on ne faisait rien. Les lignes du carrelage n’alignaient déjà plus la moindre pensée.

                Il était temps.

La Femme-Pendule devait bouger. Il n’y avait personne d’autre. Le Marchand de Sable ne pouvait pas arrêter sa course. Pandore nageait mollement à la recherche des fragments de la boîte. La Femme-Pendule devait bouger, c’était son rôle. Toujours, elle les ramenait à la maison. Elle leur avait promis.

Quand elle força son corps à se redresser, la douleur toute entière se réveilla. La violence de l’impact lui coupa le souffle l’espace d’une autre onde de choc. Inspirer, renvoyer la douleur là où personne ne pouvait l’entendre, avancer. Ce n’était pas la première fois. Mais cela faisait longtemps qu’une douleur n’avait pas hurlé autant pour se faire entendre. Longtemps qu’elle n’avait pas eu à serrer les dents au risque de les briser. Et il n’était plus possible de l’enfermer dans la boîte…

On s’habitue à tout même au pire
Surtout au pire
La mémoire corporelle est sans égal

La première impulsion était la plus dure. Forcer le corps à aller à l’encontre de lui-même. Forcer la boucle. Devenir L’uroburos. La première impulsion était la plus dure. L’élan, tout était dans l’élan. Il fallait savoir donner l’élan puis en profiter. Devenir le mouvement perpétuel… La clé était là. Le prix à payer était connu. Cassandre sourit entre les lignes effacées du carrelage. Cassandre avait toujours su. Elle avait simplement attendu. Quand son regard rencontra enfin celui de la Femme-Pendule qui l’avait si souvent ignorée, elle tendit simplement la main. Entre les doigts blancs de la vendeuse de malédiction, une simple fissure de carrelage. La Femme-Pendule savait… Mais il fallait la clé, il fallait forcer le corps à cette première impulsion. Il fallait sortir de l’eau glacée. La première impulsion était la plus dure…

                Les liens du sang ne sont jamais qu’une histoire dont on a oublié la fin.

La Femme-Pendule avala la fissure sans plus y réfléchir. Les ondes de choc se multipliaient, se rapprochaient. Elles s’écrasaient sur l’épave sans plus de cérémonie. Il était temps. Les jambes réagirent au poison avant même que le cerveau n’ait eu le temps de lui donner un nom. La première impulsion était donnée, la Femme-Pendule allait pouvoir regagner la surface… Dans son sillage, un mince filet de sang s’échappait tranquillement de la fissure dans son bras droit. La Femme-Pendule n’avait pas remarqué la blessure, ou avait fait mine de. Le Marchand de Sable chercha à jeter le sable nécessaire pour éponger. Pandore récolta les gouttes flottantes pour les ajouter au contenu de la boîte. Cassandre s’était déjà renfoncée dans les lignes du carrelage, pleurant silencieusement d’avoir eu raison cette fois encore.

                Il était temps.

Dehors, la tempête faisait rage. Une fois sur le pont de l’épave, la Femme-Pendule comprit. Les amarres avaient lâché. Et voilà maintenant qu’ils dérivaient sur l’océan. Le bateau sans carte ni boussole avait flotté au gré des vents mauvais. L’œil du cyclone ne les avait abrité qu’un temps avant de les abandonner, ils se retrouvaient maintenant piégés au cœur même de la tempête. Les vagues s’éclataient sur la coque avec la force de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Le vent s’engouffrait dans les fissures de l’épave, tordant le bois qui hurlait tout le silence dont il était rempli. Du silence de l’épave prête à se déchirer de l’intérieur ou des hurlements des vagues affamées, impossible de savoir ce qui faisait le plus mal. Dans tous les cas, on n’entendait plus rien…

                Dis-moi, pourquoi les gens ont peur du noir ?
                Les monstres se cachent dans le silence…

Au milieu du vacarme aléatoire, la Femme-Pendule n’entendait plus rien. Il n’y avait plus rien. Il n’y a personne. Le rire de Cassandre, le craquement des os de Pandore, les cent pas du Marchand de Sable, le flottement de l’uroburos… plus rien. Il n’y avait plus rien. La Femme-Pendule ne s’était peut-être jamais sentie aussi seule que là, sur le pont de l’épave, nue au milieu de la tempête où elle n’entendait plus rien. Sa peau fatiguée ne pouvait plus suivre le rythme. La violence du vent à même l’épiderme décoloré ravivait toutes les cicatrices. Seule, nue, au milieu de la tempête, la Femme-Pendule en aurait pleuré, mais ses yeux avaient encore une fois oublié comment faire.

                Non, ce n’est pas ce que vous ressentez
                Ce n’est pas pour ça que vous allez mal
                Vous vous trompez
                Non mais en fait tu vas pas si mal

La Femme-Pendule n’entendait plus rien qui puisse la guider. Il n’y avait plus personne. La tempête avait pris ce qui n’aurait jamais dû être perdu. La solitude l’enserra d’une étreinte lourde et poisseuse, sans porte de sortie. La tempête continuait d’enrager. Elle commençait à croire qu’elle allait mourir étouffée sous le silence et la solitude quand la mer s’ouvrit… Appelées par l’odeur du sang, les sirènes avaient rejoint la surface. Elles en voulaient plus. On les avait appelées et il n’était pas question qu’elles repartent les mains vides. Tout avait un prix et la première impulsion était la plus dure. La Femme-Pendule enfin découvrit la fissure sur son bras.

                Après tout, ce n’était jamais qu’un sursis…

L’entaille était belle, d’une précision chirurgicale. Le sang coulait calmement, comme il l’avait toujours fait, traînant avec lui les flots de pourriture habituels, sorte de mal nécessaire… Le silence hurlait toujours autour d’elle, lui frappant les tympans comme autant de rappels incessants. Les sirènes firent ce qu’elles savaient faire de mieux, elles se mirent à chanter. Leur mélodie vint s’ajouter au vacarme de la tempête. Impossible d’entendre au travers. Impossible de trouver ses compagnons d’infortune. Il n’y avait plus personne maintenant. Les sirènes chantèrent l’énigme intérieure, l’équation insoluble.

                Quelqu’un devait mourir.

La Femme-Pendule le savait depuis longtemps. Mais qui sacrifier ? Ils avaient survécu à l’océan déchaîné tous ensemble pendant tellement d’années… Qui sacrifier ? Cassandre et ses prophéties maudites ? Pandore et ses os brisés par le silence ? Le Marchand de Sable qui ne réparait que les urgences immédiates ? Et pourquoi ?

Quelqu’un devait mourir
et quelqu’un devait choisir

Les sirènes chantaient encore, les sirènes chanteraient encore, et les sirènes chanteraient toujours jusqu’à ce qu’enfin on leur réponde. Il n’était plus temps de regarder ailleurs. Il fallait une réponse, et il la fallait maintenant.

                Il était temps.

Peut-être que c’était à elle de mourir. La peau à la merci du vent hurlait qu’on arrête la douleur. La première impulsion était la plus dure, mais le corps n’oublie pas pour autant. Nue sous les vents, la Femme-Pendule avait peut-être enfin compris. C’était à elle de mourir. Et c’était insupportable. Alors c’était ça, ce qu’avait ressentir la morte au moment où on l’avait tuée ? Rien d’autre qu’un profond sentiment d’abandon, enrobé d’un silence à plomber la Terre entière ? Cette espèce d’immense vide qui appelait son nom ? Les sirènes sourirent, la réponse était donnée. Seul le vide connaissait le nom de la Femme-Pendule. Un signe qui ne trompait pas. Mais qui aurait son sang sur les mains ? À qui la culpabilité nouvelle ? Le sacrifice était nécessaire, la culpabilité inévitable. Tout avait un prix, et il fallait un coupable.

                Alors maintenant, qui aura mon sang sur les mains ?

Peut-être qu’au fond de l’eau, les rats trouveraient quelqu’un d’autre pour la remplacer. Peut-être qu’il était temps de trouver quelqu’un d’autre au fond de l’eau. Il était temps d’avoir un nom. Reste qu’elle ne serait jamais complètement rassurée : qui les ramènerait à la maison une fois que l’eau l’aurait avalée ? Qui sortirait de la tempête ? Quelqu’un devait mourir…

Résignée, la Femme-Pendule escalada la rambarde, et plongea ses yeux dans le vide alentour. Les sirènes se préparèrent à l’accueillir. Leur mélodie se modifia légèrement, d’harmonies en accords parfaits, leurs chants promirent la paix, le silence loin du vacarme, et même un nom. Fallait-il les croire ? La chaleur de leur sourire ne mentait pas, elle… Alors peut-être qu’il était temps. Elle crispa encore ses mains, engluée du sang coagulé depuis des années, sans que personne ne se souvienne plus à qui il appartenait. Ses doigts cherchaient encore à s’accrocher, par réflexe, habitude. Alors, la Femme-Pendule ferma les yeux. Et dans l’épave, tous retinrent leur souffle.

                La première impulsion était toujours la plus difficile.

 

I am one…

Karyn Crisis’ Gospel of the Witches – The Alchemist

La Femme-Pendule, les pieds dans le ciment, écroulée au fond de l’eau, la baignoire est floue dans ses yeux, l’encre de ses bras se dilue le long du carrelage. L’eau devient noire. L’eau devient lourde. Bientôt ne pourra plus respirer. Elle ne bouge plus. Il n’y a plus rien à bouger. Il n’y a plus rien à faire. C’est l’heure. Il est temps. C’était l’heure il y a longtemps déjà. Changement d’heure et fuseaux horaires auront brouillé les lignes un temps infini. Mais rien n’est éternel, pas même l’éternité.

L’uroburos a fini son tour.
Puis le sien.
Et celui d’un inconnu qui passait par là.

Dans les eaux rampent les serpents aux longues dents. Dans les os grouillent les dents brisées. Au moindre mouvement sentir la morsure s’infecter un peu plus. Tu sais hier soir ils ont changé mes dents de place. Alors je pouvais pas aller dormir. Parce que si j’allais dormir, mes dents allaient finir par se déchausser… Alors je les aurais avalées et elles m’auraient déchirée de l’intérieur. Mais comment on sait quel dent va où ? Alors une nuit comme ça, au hasard, de l’intérieur elle s’est déchirée. Les dents étaient tombées. Les eaux ont rampé et les os ont grouillé tandis que les serpents brisaient leurs dents.

Carry me home carry me home

Il n’y avait plus de larmes à verser. Ses yeux avaient oublié quelle procédure il fallait suivre. La Femme-Pendule se desséchait au milieu des océans qui continuaient de monter au coeur de la salle de bain. À quoi aurait servi les larmes au milieu des eaux mortes ? Cette nuit j’ai rêvé en capslock. Le monde hurlait encore et encore. Alors même quand je serai sourde, j’entendrai les hurlements. L’eau ne se fatigue même pas à esquisser le moindre remous. L’eau est plus morte que la morte elle-même. La Femme-Pendule en sourirait presque. Mais les dents pourraient se déchausser.

Carry me home carry me home

Elle sent grouiller. Il suffirait d’ouvrir la bouche. Alors les torrents de vermine se déverseraient dans l’océan de la salle de bain. Peut-être qu’elle serait libérée, enfin, si elle trouvait les moyens de les cracher une bonne fois pour toute ces putains d’asticot. Ou peut-être juste qu’elle serait obligée de comprendre à quel point la pourriture s’était installée jusque dans ses os. Une fois, j’ai dit au médecin que j’avais l’impression que mes os avaient avalé des aiguilles. Le grammage sur l’ordonnance a grimpé. J’ai continué d’avoir mal. Les mots sont morts la nuit qui a suivi. Pourquoi se donner la peine ? 

Carry me home carry me home

L’uroburos refait un tour, resserrant encore un peu plus la corde. Le poids de l’eau augmente encore. Elle ne sait pas. La Femme-Pendule croit se rappeler que quelqu’un avait parlé du silence sous l’eau. Pourtant elle entend les hurlements de Pandore, les mains complètement rongées par l’acide maintenant, et pourtant toujours incapable de sentir la moindre douleur. Elle entend la morte taper sur les murs, suppliant que quelqu’un enfin se souvienne d’elle. La Femme-Pendule en est incapable, le nom a été enterrée… J’ai rêvé que je n’avais pas le droit de sortir de l’ombre des murs. Il a dit que j’avais toujours voulu disparaître. Les voix ont répondu que je n’avais jamais existé. Elle entend le sifflement continu de l’uroburos au plafond, cette façon lancinante de rappeler le temps qui passe alors que plus rien d’autre ne se passe.

Tu n’existes pas.
Tu n’as jamais existé.
Mensonge.

Menteuse.

Carry me home carry me home

L’eau est noire. Elle croupit à vue d’oeil. Ou bien elle l’a toujours été. Il en a toujours été ainsi. Seulement personne ne voulait voir. Ou bien on avait mis en place les moyens les plus sûrs pour tenir l’eau confinée dans les recoins. Alors les os de la Femme-Pendule ont pourri. Ses dents se sont déchaussées. Et la vermine a bouché les trous qui restaient. Elle est folle tu sais. Elle est folle. Elle fait semblant de pas savoir. Elle n’écoute pas. Elle croit que ça suffira. Mais ses dents vont finir par tomber. Elle va se déchirer de l’intérieur. Et la vermine dans ses os pourra enfin se répandre à l’air libre.

J’ai toujours mal.

Carry me home carry me home…

Du coin de l’oeil, loin vers la surface, floutée par l’encre noire dissolue, la Femme-Pendule a cru la voir… Pandore, abrutie par l’amputation forcée, tentait pourtant de ramener ce qui lui restait de vie… Pandore cherchait à nager vers la boîte… Pandore pour une fois avait arrêté son rire en grincement de dents… Sous l’oeil de l’uroburos amusé, Pandore cherchait à changer la boucle…

Carry me home.

Crues.

Du fond de l’eau, la femme-pendule observe le monde. De guerre lasse elle s’est laissée couler jusqu’au fond des océans. Le carrelage de la salle de bain commence lentement à se fissurer sous la pression. À la surface, le rire de Pandore continue d’hanter les vaguelettes. Depuis qu’elle a cédé, on ne la reconnaît plus. La morte a chuchoté et chuchoté encore, et Pandore a fini par obéir : elle a ouvert la boîte. Sa peau s’est détachée sous les marées d’acide, et personne n’a su qui riait. Le rire a rebondi de paroi en paroi, glissant parfois pour mieux repartir. Son sourire s’est dénaturé figé crispé jusqu’à ce que les muscles eux-mêmes demandent qu’on les épargne. Pandore allait bientôt éclater en mille morceaux. Il y aurait ce soir encore du sang les murs.

Peut-être que c’était la morte qui riait. Peut-être qu’elle se réjouissait à l’idée d’enfin ne plus être seule.
Mais la solitude est usuelle, intrinsèque, inévitable. Elle n’a toujours pas compris.
En même temps, une morte qui ne meurt pas, qu’est-ce que tu veux que ça comprenne ?
Clairement le principe même de la vie n’est pas acquis.
Nous étions d’accord : si les morts ne meurent plus, la solitude est inévitable. Le conseil avait statué.
C’était non négociable.
Avec un bac d’acide on peut toujours négocier…

Alors avant le grand démembrement, la panique s’était installée, de ces paniques qui ravagent les pierres les plus solides comme s’il s’agissait de poussière agglomérée. Dans un geste de folie pseudo-salutaire, le marchand de sables avait craché à qui le voulait bien ses cocktails mal dosés. Endorphine et mélatonine ne s’était jamais aussi mal mariées qu’en ces temps de soudaines inondations. Le manque se faisait sentir avant même le répit. Le vide en était venu ainsi à prendre plus de place que tout le reste. Pourtant, les sables s’étendaient à perte de vue dans la salle de bain bientôt trop exigüe.

Combien de fois faudra-t-il que nous ayons cette discussion ?
Une fois de plus
jusqu’à la fois de trop
Les morts ne meurent pas
Je n’est plus première personne du singulier
Nous sommes vides
et illusion
Laquelle est la bonne ?

Les sables jetés à tout va devenait rapidement étouffant. Déjà chacun voyait poumons et gorges se brûler à chaque goulée d’air. De la tornade d’acide qui se déversait de la boîte de Pandore, qui n’en pouvait plus de se démembrer sous le poids du rire trop longtemps contenu, ou des sables jetés à la cantonade par le marchand, il allait falloir choisir le moindre mal. Les votes étaient ouverts, mais le temps manquait. Alors la femme-pendule avait fini par décider. D’un geste ample et las, elle avait fait sauter toute la robinetterie de la sempiternelle salle de bain. L’eau avait dilué l’acide, le rendant quelque peu moins corrosif. Elle avait aussi dissipé les tempêtes de sable, les ralentissant ainsi pour un temps. Il était toutefois impossible de faire demi-tour : il n’y avait aucun moyen d’arrêter la crue ainsi provoquée. Pourtant, la femme-pendule le savait : il ne fallait jamais réveiller l’eau qui dort.

Et maintenant ?
Il faut rebrancher, relancer le système.
il faut repenser, reprogrammer.
Les échecs s’enchaînent, il faut un coupable.
Il faut une nouvelle carcasse, celle-ci est défectueuse.
Mauvais branchement. Mauvaise qualité.
La gangrène s’est trop propagée.
Vous savez, on s’en fiche un peu. On ne peut rien nous reprocher, on a fait avec ce qu’on avait.
Nous n’y sommes pour rien si le matériau de base était inutilisable.
Nous avons déjà fait tant avec si peu…
De toute façon tout le monde s’en fout
Nous premiers.
Jetons le reste aux ordures et mettons le feu !

Maintenant que l’eau est montée, la femme-pendule regarde le monde depuis le fond de l’eau. Elle avait résolu de s’allonger et d’attendre. Peut-être qu’il était temps d’en finir, de mourir, enfin, disparaître au moins, se diluer comme ça, dans l’eau dans l’air, dans un autre mensonge que celui qui l’avait vu naître. Il n’y avait de toute façon plus de place sur sa peau pour la moindre heure de plus. Elle avait perdu le compte depuis trop longtemps, sans doute au moment où elle aurait dû compter plus que jamais. La mémoire est parfois plus aléatoire que sélective… Maintenant qu’elle ne bougeait plus, qu’elle se contentait d’attendre la fin du décompte au fond de l’eau, elle voyait tout. Le temps s’était arrêté. Elle voyait le corps disloqué de Pandore, flottant sans aucune logique d’un côté ou de l’autre. Elle voyait le rire qui grossissait ou s’épuisait en fonction des vagues. Elle voyait la morte se traîner sur les murs, à la recherche toujours du tueur aux mains en sangs. Elle voyait les dents, les yeux et les serpents se perdre dans l’eau comme autant d’épaves oubliés. Elle voyait le marchand de sable nager au ralentis dans un monde qui le dépasserait toujours quoi qu’il arrive. Elle voyait le temps geler l’eau en strates de cauchemars, d’espoirs meurtris, de rêves oubliés, peut-être que quelques éclats de lumière parviendraient à se faire une place au milieu des tourbillons immobiles. Et surtout, elle voyait sur les murs, en immenses lettres emmêlées fatiguées, la seule vérité à laquelle elle pouvait se raccrocher maintenant.
Je n’est pas moi.
Restait à savoir laquelle était la bonne.

5h40

The Birthday Massacre – The long way home

Au milieu du brouillard constater les dégâts.
Conscience en morceau et grammaire éparpillée.
Peut-être que mais si mais encore à moins que peut-être pas
Comme un reste sur la peau qui se refuse à l’analyse.
Le goût du sang en monochrome, la brûlure à l’acide stomacale.
D’un dictionnaire à l’autre la pensée sans trouver d’étiquette

It’s a long way home

Alors au milieu du brouillard recommencer.
Déterminer les priorités quand les yeux s’éclatent à la deuxième mesure
Peut-être c’était juste qu’encore pas tout à fait pas vraiment
Suffisamment sur le fil rouge pour voir leurs yeux
Sentir l’odeur de leurs dents jusqu’au fond de la mémoire
Et recommencer

Where do we go ?

Encore au milieu du brouillard oublier
Recoudre juste en dessous de l’épiderme idées reçues et missconceptions
Les dictionnaires eux-même n’ont plus de frontière
Peut-être toujours pas assez ou alors sans que possiblement
Et la salive qui s’assèche et le sang qui s’évapore et l’acide qui transperce

Don’t look behind you there’s nothing to see

Toujours au milieu du brouillard mécaniser
Raccrocher les wagons rebrancher les ponts
Déphaser la grammaire sémantiquement parlant
Toute façon personne Toute façon rien Toute façon plus rien jamais
À moins que cette fois uniquement
Conjointement éventuellement hypothétiquement théoriquement douloureusement

Here in the dark don’t fall asleep

Au milieu du brouillard plus rien
L’acide à même la conscience
L’acide jusque dans les reliures des dictionnaires
L’acide au fin fond des possibilités
L’acide sous les paupières
L’acide sous la langue
L’acide sous la peau
Et sous les murs toujours les yeux toujours les dents

There’s nowhere to hide, don’t wait for me

À la fin du brouillard enfin
Trier les respirations
Réappropriation des mécaniques sémantiques
Relever la carcasse fatiguée esseulée cabossée
Redécouvrir sensation après l’autre
Remettre à leur place acide dents sang salive yeux
Encore peut-être cette fois vraiment pas sûr encore avec un peu de chance

Don’t let me go

Au lendemain du brouillard
La mémoire en filigrane
La conscience trop à vif
La peau usée au coin
L’air légèrement vicié d’hier
L’acide par habitude
Et le souvenir en lassitude
Reconstruire le tout

Here I know
it’s a long
way
home
.

Labyrinth(s) ?

She’s talking. She’s clearly talking to you. But only a few words are able to reach you. You focus all your energy on her lips. If you could only spin a thread from her mouth to your ears, everything would be clearer. But it’s like there always are interferences ready to force themselves on you, breaking all possible transmission. You try, you force your conscience to stay focused, but your attention is constantly called somewhere else. Why is it you’re here ? What are you doing here ? Did you really come empty-handed ? No, obviously not. You must have brought something with you. It’s the first time you meet her, obviously, you wouldn’t have came empty-handed. So, you must have brought something, something related to the reason you came here. Except that now, you can’t remember any of these. And you can’t hear her voice. Which is really unfortunate when you think of it. Because if you could hear her, you would definitely understand why you came to see her. Try again, maybe if you try hard enough… You realise now she’s not upset by your silence. Maybe she doesn’t even realise you can’t hear her. Or maybe she doesn’t care if you hear her or not. Maybe she’s just using you to empty herself. That’s it. You’re container in which she pours herself. When you look around, you get it. The house is full… You get to wonder how she can still fit oxygen in it. Every space is so full… papers… dishes, clean, broken, dirty… food, half-eaten, plastified, smashed, fresh, rotten, moldy, ready for dinner… clothes… and so many things you can’t even name. There is even hair… or… hairs ? Yes, that’s it, hairs. You feel the scent of dogs, and as if you could see them, you suddenly guess that there are more dogs in this house than fingers and your both hands. You’re not afraid of dogs. No. It’s not the problem. Then what it is ? It’s not far, you can smell it, here somewhere, stuck between the piles of nameless mess…

While you’re looking for the solution to the mystery, her voice suddenly reaches you, clear and precise.
« Two hours. It would be great if we met two hours a week. »
Clear and precise like a curse. You’re freaking out. It’s not a good idea. You don’t even know why, but it’s not. You wish you could explain, but your voice get tangled, lost, broken. It’s like your tongue has suddenly doubled and your words can only escape your lips in isolated syllables. It seems like she doesn’t realise that. Or she doesn’t care. In the same way you couldn’t hear her voice, you can’t make hear yours. She peacefuly stands up, with charm and finesse you wouldn’t have imagine. This simple gesture is enough to calm you down. There is still no reasonnable explanation for your behaviour, it’s just that seeing her standing over the table like that seems to restore some cohesion in this chaotic universe around you. Unfortunately, this break is very short. You didn’t hear the voice, but you she was called outside. You didn’t hear because it’s like every piece of this house has its own voice to call her again and again. Every abandonned items, every twig is looking for her attention. Which voice is she answering ? You have no idea. She smiled at you, glad you fell agree.
« Dogs must be fed ! »

She left the room, bringing with her all the finesse of the room. Nothing’s left is. Nothing but you and the voices of all the things lying around, waiting for someone to pick them up, to take care of them. But you’re not the one they want. You’re just a cheap replacement compared to the sophisticated creature living in this place. The whole house suddenly feels hostile. Now you know why you were terrified sooner when finding out how many dogs were living here. Their smell is everywhere. It’s crashing you. It’s screaming « this is our place ». The smell would kick you out in the moment if it could. The voices of the abandoned items join the sensory mess so you leave the place. You don’t know what to do. You haven’t said goodbye, you couldn’t. You don’t evn know why you came, and now you have to live this again two hours every weeks, and you don’t even know what for. You need to go. Deep inside, you know this is not ok, that you must say goodbye. But you can’t handle it anymore, you feel the smell getting stronger and stronger, se voices getting moe hostile, the walls tightening on you, so tight that you’re about to lack of air. You need to go.

You start your journey. It’s the good choice of word. The house is huge, a true labyrinth. Indeed, she’s so huge that several trees have already grown inside, pushing every items against the walls, spreaing even more chaos. You don’t know where she’s gone. And you don’t remember how you got to the room where you were talking with her. It’s like you didn’t even exist before this conversation with her. Like you have never heard a single voice before hers reached your ears. You don’t understand the rules of this place. You wander more than you walk. You clearly need to understand how things work here to get out. Having no clue, you decide to follow your guts, and so you run away from the dogs’ smell. Like an anti-hunter, you unfollow the trail, going where it’s less and less perceptive. The walls seem to bec loser on you. The general chaos is more and more difficult to label. The trees are thicker and thicker, their roots are bigger and bigger. You start doubting your choice… Maybe you got even deeper inside the house instead of getting closer to the exit like you hoped. You finaly get to a weeping willow. The light coming out of it finally soften all the hostility that was suffocating you since she left. Its long branches peacefuly run against the walls. A draught even come between them, creating a soft waltz. You don’t know where it comes from, but you finally feel relieved. You come to lie a bit against its trunk. You live your head against the bark and enjoy its rough touch. Before you realise it, and even if you didn’t really want it, you fall asleep.

It is this exact same draught that wakes you up later. The thin branches are caressing your skin with all the softness you thought she could have before you got lost in her house. You wish you could stay here. Not moving anymore, simply enjoying this time of peace. But the branches are insisting : you need to go… You stand up with a resigned sadness. You know the tree is right, you need to go. When witnessing your sadness, the weeping willow refuses to let you go on your own. Its branches slowly grow, crawling against the walls, chosing carefuly the corridors where they spread. Other branches come to friendly hold your hand : you’re not on your own. And this is how the tree is guiding you to the exit you were mourning for. You don’t have the time to thank the weeping willow. You are barely out of the house, and it has already completely vanished. As if you had only dreamt it. You can still feel the marks of the bark of the trunk on your neck, the thin scratches of the leaves on your arms. You fingers follow them : you’re not on your own.

It’s night outside, and you need to go hom now. You start walking down the streets. You’re lying to yourself. Your mind has learned this new particular skill in no time : he forgets to tell you are in the middle of labyrinth once again. And while you follow the black-bricked walls shining of dew, your mind is lining up your steps with the way created by the passing ivy. Your mind is sure that like the weeping willow, the ivy will know how to bring you back home. You must admit that it was a good choice. Because you finally are in front of your building. The frontage is made with the same black brick than the walls of the streets. You are a bit astonnished to see how everything is so wet. You haven’t heard the rain. There is no watter on the floor, and all of this seems too much. You try not to care. Anyway, you don’t have time for this, a new task is awaiting you. The door is locked, you must convince the door code to let you in. This kind of machine does not fit with the style of the building, but once again, you don’t have time for such questions. The true problem now, is that the door code is not working. You refuse to panic. You did not successfully come here to panic now. So you just find a way to hoppen the bow, and here you are, with your hands in the wires, looking how to untangle them. Obviously something might not be wired the right way. Something might be damaged. But you have no way to know what and why. There is no rule in this bunch of wires. And the more you stick your hands in the wires, the more there are wires. Your hands are burning, you might have earned a few electric shocks with all these frictions. You’re so convinced that there is no other way in, that you have no choice than fixing this, that the pain can’t reach your brain. And you keep going, convinced that you will end up finding the magic solution to connect the disastrous machine with the door. Sooner or latter, you will figure out how this works. In the meantime, blisters start appearing on your hands.

You’re surprised when the light goes on. You didn’t notice, but there is a window above the door. It’s where the light comes from, it spreads how it can on the entrance where you’re still fighting witht the machine. And so the miracle you did not expect anymore happens : a woman opens the door. She doesn’t have the finesse of the one in the house. You can say she is kind of sophisticated, but her face seems rough, or not well-designed. Her hair has the shape of a draft mass, like if they were drawn on the wall with chalk stick. But you don’t care. Because she lets you in. Nothing comes out of her. Neither hostility nor kindness. She looks like she acts only because it is what must be done. She opens the door and move to the side so you can come in, but more precisely, so you can have a perfect sight of what’s coming next for you. You have barely entered the building that you are petrified : stairs everywhere, leading to deep corridors et endless doors. You can’t make a move. It’s like your brain can not hold so many information, you can’t make a single move. You’re overwhelmed. Your eyes are getting insane, looking for a spot where they can start mapping the place. All you wanted, was to go home… You feel the tears flowing along your cheeks and you do nothing to stop them, you can’t do anything. You don’t have the strenght. They flow and flow, ready to sink the whole place. The woman puts her hand on your shoulder, and with an almost warming voice, she just says :

« You’d better get back to work now… »

When she gets out, she closes the door after her, leaving you on your own the entrance, starring this new labyrinth in wich you hope your house is. Your home. It’s only when your hand are strong enough to wip your eyes that you understand why the walls outside were so wet…

 

Labyrinthe(s) ?

Elle parle. Clairement elle te parle. Mais seuls quelques mots parviennent à se frayer un chemin jusqu’à toi. Tu concentres toute ton énergie sur ses lèvres. Si tu pouvais seulement tisser un fil entre sa bouche et tes oreilles, tout deviendrait plus clair. Mais des interférences semblent toujours vouloir s’imposer, brouillant ainsi la transmission. Tu cherches, forces ta conscience à rester focalisée, mais toujours ton attention est appelée ailleurs. Pourquoi étais-tu venu la voir déjà ? Qu’est-ce que tu fais là ? Et puis, es-tu vraiment arrivé les mains vides ? Non, sans doute que non. Tu avais forcément quelque chose avec toi. C’est la première fois que tu la vois, tu ne serais sans doute pas venu les mains vides. Alors, forcément, tu avais quelque chose avec toi, quelque chose liée à la raison de ta venue ici. Seulement voilà, tu ne te souviens plus ni de l’un, ni de l’autre. Et tu n’arrives pas à entendre sa voix. Ce qui est terriblement regrettable dans le fond. Parce que si tu pouvais l’entendre, tu finirais forcément par comprendre pourquoi tu es venu la voir. Essayes encore, peut-être qu’à force d’efforts… D’ailleurs, elle ne se formalise pas de ton silence. Peut-être qu’elle n’a pas conscience que tu ne l’entends pas. Ou peut-être qu’elle se fiche que tu l’entendes. Peut-être qu’elle t’utilise juste pour se vider. C’est ça. Tu es un conteneur dans lequel elle se déverse. Quand tu regardes autour de toi, tu comprends. La maison est tellement remplie… À se demander comment elle parvient encore à faire rentrer de l’oxygène dedans. L’espace est plein… paperasse… vaisselle, propre, sale, cassée… nourriture, entamée, en sachet, écrasée, fraîche, pourrie, moisie, oubliée, prête pour ce soir… vêtements… et tellement de choses que tu ne parviens pas à nommer. Des cheveux aussi… des poils ? Oui c’est ça, il y a des poils. Tu sens l’odeur des chiens, et comme une évidence, tu devines soudainement qu’il y a plus de chiens dans cette maison que de doigts sur tes mains. Tu n’as pas peur des chiens. Non. Le problème n’est pas là. Alors où est-il ? Pas très loin, tu le sens, là quelque part, coincé entre les piles de bordel sans nom…

Alors que tu cherches des yeux la solution à ce mystère, soudain sa voix te parvient, claire et précise.
« Deux heures. Ça serait bien qu’on se rencontre deux heures par semaine. »
Claire et précise comme une malédiction. Tu paniques. Ce n’est pas une idée. Tu ne sais pas pourquoi là non plus. Mais ce n’est pas une bonne idée. Tu voudrais lui expliquer, mais ta voix s’emmêle, bafouille. Ta langue a comme soudainement doublé de volume et les mots ne s’échappent de tes lèvres que par entrefilets timides. Elle ne semble pas s’en rendre compte. À moins que là aussi elle s’en moque. Tout comme tu ne parvenais pas à entendre sa voix, tu ne parviens pas à faire entendre la tienne. Elle se lève calmement, avec une grâce et une délicatesse que tu n’aurais pas imaginées jusque là. Ce geste simple suffit à te calmer. Là non plus, il n’y a pas d’explication raisonnable, simplement, la voir se dresser ainsi au dessus de la table semble ramener une sorte de cohésion à l’univers chaotique qui t’entoure. Malheureusement, cet instant de répit est de courte durée. Tu n’as pas entendu la voix, mais tu sais qu’on l’a appelée. Tu n’as pas entendu parce que c’est comme si chaque élément de cette maison avait une voix en train de l’appeler. Chaque objet abandonné, chaque brindille cherche son attention et l’appelle. À laquelle de ces voix répond-elle ? Tu ne sais pas. Elle te sourit, ravie que vous soyez tombés d’accord.
« Il faut nourrir les chiens ! »
Elle quitte alors la pièce, emportant dans son sillage toute la délicatesse de la pièce. Il ne reste rien ici. Rien d’autre que toi et les voix de toutes ces choses traînant au sol, attendant qu’on les ramasse, qu’on s’occupe d’elles. Mais ce n’est pas toi qu’elles veulent. Tu n’es qu’un piètre remplaçant à côté de l’élégante créature qui habite cet endroit. La maison toute entière te paraît soudain hostile. Tu sais maintenant pourquoi découvrir le nombre des chiens t’avaient pétrifié un instant plus tôt. Leur odeur est partout présente. Elle t’écrase. Elle hurle « c’est chez nous ici ». L’odeur te mettrait dehors dans l’instant si elle le pouvait. Les voix des objets délaissés viennent se joindre à la cacophonie sensorielle désireuse de te voir vider les lieux. Tu ne sais pas quoi faire. Tu ne lui as pas dit au revoir, tu n’as pas pu. Tu ne sais même plus pourquoi tu es venu, et voilà qu’il te faudra revivre tout ceci deux heures toutes les semaines, sans même savoir au nom de quoi. Il faut que tu partes. Au fond de toi, tu sais que ce sont des choses qui ne se font pas, qu’il faut dire au revoir. Mais ce n’est plus tenable ici, tu sens l’odeur devenir de plus en plus forte, les voix se faire hostiles, les murs se resserrer sur toi au point que l’air commence à manquer, il faut que tu partes.

Tu commences alors ta route. L’expression n’est pas exagérée. La maison est immense, un véritable labyrinthe. En fait, elle est tellement immense que plusieurs arbres ont déjà poussé à l’intérieur, poussant du même coup les tas d’objets contre les murs, défaisant un peu plus l’ordre qui aurait pu s’installer. Tu ne sais pas par où elle est partie. Et tu ne te rappelles pas comment tu étais arrivé dans cette pièce où tu discutais avec elle. C’est comme si tu n’avais jamais existé avant cette conversation avec elle. Comme si tu n’avais jamais entendu la moindre voix avant que la sienne ne se fraye un chemin vers tes oreilles. Tu ne comprends pas les règles de cet endroit. Tu erres plus que tu n’avances. Il faut pourtant que tu saisisses la logique des choses si tu veux pouvoir sortir. Ne disposant d’aucun indice, tu te décides à te fier à ton instinct et tu fuis l’odeur des chiens. À l’inverse du traqueur, tu redescends la piste qu’ils ont laissée, allant là où elle est toujours moins nette. Les murs te semblent de plus en plus serré sur toi. Le chaos ambiant se fait de plus en plus difficile à étiqueter. Les arbres sont de plus en plus épais, leurs racines de mieux en mieux installées. La lumière se fait plus rare. Tu commences à douter de ton choix… Peut-être que tu t’es enfoncé toujours plus profond dans la maison au lieu de te rapprocher de la sortie comme tu l’espérais. Tu arrives finalement à un saule pleureur. La lumière qui en émane adoucit enfin l’hostilité qui t’étouffe la gorge depuis qu’elle est partie. Ses longues branches soyeuses courent tranquillement le long des murs. Un courant d’air vient même se glisser entre elles, orchestrant alors une douce chorégraphie. Tu ne sais pas d’où il vient, mais tu te sens enfin apaisé. Tu viens alors t’adosser contre son tronc noueux. Tu relâches ta tête contre l’écorce et en apprécies le contact rugueux. Sans t’en rendre compte, et sans que tu ne l’ais vraiment voulu, tu t’endors.

C’est ce même courant d’air qui plus tard vient te réveiller. Les fines branches sont venues caresser ta peau avec toute la douceur dont tu la croyais capable tout à l’heure. Tu voudrais rester ici, tranquillement installé. Ne plus bouger, simplement profiter de cet instant de paix. Mais les branches se font insistantes : il faut que tu partes… C’est avec une tristesse résignée que tu te lèves. Tu sais que l’arbre a raison, il faut que tu partes. Devant la tristesse que tu affiches, le saule pleureur se refuse à te laisser partir seul. Ses branches s’élancent alors doucement, rampant le long des murs, choisissant avec soin les couloirs où s’étirer. D’autres viennent amicalement tenir ta main : tu n’es pas seul. Et ainsi, l’arbre te guide jusqu’à la sortie tant désirée. Tu n’as pas le temps de remercier le saule pleureur. À peine es-tu dehors qu’il ne reste plus aucune trace de la maison. Comme si tu n’avais fait que la rêver. Tu sens encore sur ta nuque les marques laissées par l’écorce du tronc, sur tes bras les fines griffures des feuilles. Tes doigts les caressent doucement : tu n’es pas seul.

Il fait nuit dehors, et il te faut maintenant rentrer chez toi. Tu commences alors à remonter les rues. Tu te voiles la face. En si peu de temps, ton cerveau a développé cette nouvelle acuité toute particulière : il omet de te signaler que tu es à nouveau au cœur d’un labyrinthe. Et tandis que tu longes les murs de briques noires luisantes de rosée, ton cerveau aligne tes pas sur le tracé du lierre qui passe là, sûr qu’à l’image du saule pleureur, la plante saura te ramener à la maison. Il faut te reconnaître que le calcul était bon. Car te voilà enfin devant ton immeuble. La même brique orne le fronton. Tu es quand même légèrement étonné de voir l’ensemble aussi mouillé. Tu n’as pas entendu la pluie. Il n’y a pas de flaque au sol, et pourtant tout cela semble trop. Tu essaies de ne pas y prêter attention. D’ailleurs, tu n’en as pas le temps, un nouvel obstacle s’offre à toi. La porte est fermée à clé, il faut réussir à convaincre le digicode de bien vouloir te laisser entrer. Un tel appareil jure avec l’architecture du bâtiment, mais là encore, tu n’as pas le temps de te poser de questions à ce sujet. Le véritable problème à l’heure actuelle, c’est que le digicode ne fonctionne pas. Tu refuses de paniquer. Tu n’es pas arrivé jusque là pour paniquer maintenant. Alors tu trouves simplement le moyen d’ouvrir le boîtier, et te voilà déjà les mains dans les câbles, cherchant comment les démêler. Vraisemblablement, quelque chose n’est pas branché correctement. Quelque chose est endommagé. Mais tu n’as aucun moyen de savoir quoi ou comment. Il n’y a aucune logique dans ce tas de fils. Et plus tu enfouis tes mains dans les câbles, plus il y en a. Tes mains te brûlent par endroit, sans doute as-tu récolté quelques décharges électriques à force de frictions. La douleur ne parvient pas à ton cerveau tant tu es convaincu qu’il n’y a pas d’autre solution pour rentrer, que tu ne peux rien faire d’autre qu’en passer par là. Et tu insistes, persuadé que tu finiras par trouver la solution magique pour rebrancher le sinistre appareil à la porte d’entrée. Forcément, à un moment ou un autre, tu finiras par comprendre la logique. En attendant, des cloques commencent à se former sur tes mains.

Tu es surpris par la lumière qui s’allume. Tu ne l’avais pas remarquée, mais au dessus de la porte se trouve une fenêtre. C’est de là que vient la lumière qui se déverse comme elle peut sur le seuil où tu te débats encore avec la machine. Se produit alors le miracle que tu n’espérais plus : une femme ouvre la porte. Elle n’a pas la délicatesse de celle dans la maison. Si on lui trouve une certaine élégance, voire une élégance certaine, ses traits semblent plus grossiers, moins bien esquissés. Ses cheveux forment une masse brouillonne, comme essoufflés à la craie sur un mur. Mais tu t’en moques. Car elle te laisse entrer. Il ne se dégage rien d’elle. Ni hostilité ni bienveillance. Elle semble agir uniquement parce que c’est ce qu’il faut faire. Elle t’ouvre et se déporte afin de te laisser le passage, mais surtout, une vue dégagée sur ce qui t’attend. Car à peine as-tu posé les pieds dans l’entrée que te voilà tétanisé : des escaliers partout, donnant sur des couloirs sans fond et des portes sans fin. Tu ne peux plus faire un pas. Comme si ton cerveau ne pouvait plus contenir autant d’informations, tu n’arrives pas à esquisser le moindre geste. Tu satures de tous les côtés. Tes yeux comme fous cherchent un point d’ancrage, un endroit où commencer à démonter ce lieu. Tout ce que tu voulais, c’était rentrer à la maison… Tu sens les larmes commencer à couler sur tes joues, et tu ne fais rien pour les arrêter, tu ne peux rien faire. Tu n’as pas la force. Elles coulent elles coulent, prêtes à inonder les lieux. La femme pose alors sa main sur ton épaule, et d’une voix presque chaleureuse déclare simplement :

« Il vaudrait sans doute mieux se remettre au travail maintenant… »

Lorsqu’elle sort, elle ferme la porte derrière elle, te laissant seul dans le hall d’entrée, à contempler ce nouveau dédale au milieu duquel tu espères pouvoir trouver ta maison. Ton chez toi. Ce n’est qu’au moment où tes mains trouvent la force d’essuyer tes yeux que tu comprends pourquoi les murs à l’extérieur étaient à ce point couverts d’eau…