Posts Tagged: dégringolade

Le clou du spectacle

Planter des clous dans mon cerveau.
Un par un les disposer
apporter avec soin, comme un dessin à relier.
Compter les numéros
Planter des clous dans mon cerveau
encore
et encore

Jusqu’à ne plus pouvoir faire une phrase.

Mes yeux fondent sur mes doigts tandis que mes cernes dévorent goulûment mes paupières. Je sens le rythme se figer, se ralentir. S’effondrer plus que s’endormir. Je l’ai déjà dit. Je sais. Jamais assez. Le coeur bat la chamade au moment du réveil. Le corps met de plus en plus de temps à se retrouver, le plafond semble beaucoup trop loin… Alors la virgule se désarticule et patatra en bas de l’escalier. Je ne sais pas, je n’étais pas là. Ce n’est pas ma faute.

Planter des clous dans mon cerveau.
Résoudre le labyrinthe sur la boîte de céréales.
Si jamais il n’y a pas de sortir,
jetez votre tête sur les murs jusqu’à voir le jour.
Mais mes yeux sont brouillés,
le soleil les fait saigner.

Et je ne peux plus faire de phrase.

Il y a un nom qui résonne mais ce n’est pas le mien. Les arrêts de but se succèdent et ce n’est toujours pas mon nom. Errer sous la pluie. Chercher une rue qui n’existe pas. Remonter les boulevards. Vous quittez Rennes. Vous arrivez à Rennes. Cinquante mètres hors du monde. La pluie tombe toujours, ce n’est pas mon nom. Mais quelque chose dans les gouttes rappelle la maison. J’allais où déjà ? J’entends ma voix et ce n’est pas la mienne. Triste constat. Ou pas.

Planter des clous dans mon cerveau.
Quelque part
oui quelque part
tout cela a du sens
Mais pas là.
Ailleurs n’est plus ici

Ailleurs n’est pas dans cette phrase.

Forcer les doigts sur les touches. Les mots apparaissent. Magie. Mes doigts sont magie. A côté pyramide, qui du nutella ou du coca s’explosera au sol le premier ? Plus vraiment d’importance. Moquette en papier, lit de livres et murs en brouillon. Je cherche la mécanique miraculeuse derrière les envolées mathématiques. Le peuple dans les murs grossit. On se regarde en chiens de faïence. Un jour viendra où il faudra bien qu’il y ait affrontement. Un jour pas si loin. Les nuits raccourcissent. Ou pas. Je ne sens plus la différence. Il y a des trous dans ma tête, du sang dans mes mains, du verre dans ma bouche et tout cela n’a aucun putain de sens. Je ne suis pas responsable de leur silence, mais mon cri crève en écho sur les murs qui rient et rient encore. L’affrontement un jour.

Planter des clous dans mon cerveau.
Maintenant plutôt que demain.
Car demain ne sera peut-être pas
ou moi
je ne sais pas.
Mais c’est maintenant
maintenant qu’il faut planter
avant que la raison s’en soit allée.
Trouver la sortie du labyrinthe
et dessiner le long des numéros.
La réponse est là quelque part.
Seulement,
il n’est pas encore là le temps
où je pourrai voiler pendules et horloges
en tout sécurité.

Planter des clous dans mon cerveau…

22h53

L’heure des choix
l’heure fatidique
deux chemins
Pas de panneau indicateur
une dernière inspiration
encore
essayer
pile ou face
noir ou blanc
les blancs commencent
ne pas respirer la bouche ouverte
prier
plus fort
encore
If you wanna get out alive
mais encore ?
il y avait
l’heure des choix
la dernière chance
dernier essai
pas de perdant
la règle du jeu ?
et si le silence ….
il aurait fallu
gauche ou droite
pile ou face
fromage ou dessert
maintenant ou à jamais
la tête tourne
vomir
pleurer
run for your life
deux chemins
l’enfer on connaît
ça fait mal
on connaît
et si le silence ?
If I stay it won’t be long ’till I’m burning on the inside
If I go I can only hope that I’ll make it to the other side
mais pourquoi
rien fait
gauche ou droite
mal au crâne
les cris
les pierres
essayer
le sang les larmes
pile ou face
il y avait
fût un temps où
mais encore
et si le silence ?
If you wanna get out alive, run for your life
et si le silence
mensonge
essaie
erreur
pas ma faute
erreur
pile ou face
burn you burn you burn you
c’était pas faute d’essayer
gauche ou droite
deux chemins
une impasse
compte à rebours
mais encore
et si le silence
mensonge
pile ou face
crâne en friche
run for your life run for your life
le grand saut
la dernière chance
et si
raté
trop cher payé
trop cher
l’enfer on connaît
la route est tracée
l’itinéraire est repéré
la tête en enfer
mais je…
ne plus respirer
pile ou gauche
if you wanna get out alive
pleurer
le sang
mais encore
if you wanna get out alive
run for your life
burn you burn you burn you
jusqu’à la fin
parce que la fin approche
il faut un point
et peut-être un jour
et si le silence ?

If I stay it won’t be long ’till I’m burning on the inside
If I go I can only hope that I’ll make it to the other side