Nouvel arrivage le lundi : extrait 1

Choses promises, choses dues ! Les 50 j’aime ont été atteint sur ma page facebook. En conséquence de quoi amis Termites, et comme vous avez été bien sages, voici un premier extrait ! Vous en aurez trois en tout pour occuper votre week-end. N’hésitez pas à revenir demain et dimanche pour en avoir deux autres. Et surtout continuez de voter ici pour savoir qui pourra repartir avec le texte complet (on sait jamais, si c’est un de vos amis, il pourra peut-être vous le prêter…). Les votes finissent lundi à minuit ! En attendant, profitez bien de votre lecture durement gagnée…


INVENTAIRE

A, B, C, D … Z : employés interchangeables et interchangés de scène en scène, l’alphabet ne comptant que 26 lettres il faut bien recycler. La grammaire c’est comme la planète, ça s’économise. On aurait aussi pu mettre des tirets mais nous parlons ici d’entreprises mettant l’humain au cœur de leur fonctionnement.

Truc / Machin / Bidule / Chose à cravate : il s’agit ici de cadres ne prenant pas toujours la peine de se présenter. Nous retiendrons simplement qu’ils sont au-dessus des A, B, C, D … Z dans la hiérarchie. Quant à leurs réelles missions… tout ce que nous savons c’est qu’elles nécessitent le port de la cravate.

1, 2, 3, 4 … ∞ : clients multiples interchangeables ou non. Ils forment une masse inconsciente d’être une masse. Se cachent à l’intérieur de cette multitude engluée le meilleur et le pire. Finalement c’est un peu tout le monde, un peu personne.

L’être-caissier : chargé de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Entre l’arbitre et le commentateur, l’être-caissier se fera un plaisir de se glisser dans vos pas afin de vous guider plus facilement. En cas de besoin, n’hésitez pas à lui poser vos questions. Assurez-vous tout de même de vouloir entendre les réponses. L’être-caissier est là sans être là. C’est une présence, un ressenti, un regret, un reste d’humanité.

La scène est divisée en deux espaces distincts.

Jardin : Boîte. Des murs. Avec des affiches aux couleurs passées, délavées. Des mots, des dessins, beaucoup de graphiques. Une ou deux cartes postales. Une table, des chaises. Des tasses à café, des restes de repas. Des papiers.

Cour : Des lignes au sol, blanches, jaunes et bleues. Les blanches pour les rayons, les jaunes pour les caisses, les bleues pour le plaisir. On aura pris soin de remplir l’espace de sacs plastiques, de carton d’emballage et de gens prêts à se plaindre. De ce côté-ci les couleurs des affiches sont vives. Un bruit de fond constant permettrait plus de réalisme.

Au milieu, un milieu parfait tracé au millimètre car nous sommes des gens précisément exigeants, une chaise haute, type chaise d’arbitrage de match de tennis sur laquelle trône l’être-caissier.

Sauf mention exceptionnelle, tous les personnages sont asexués, après tout, s’ils n’ont pas de nom, pourquoi se donner la peine d’imaginer quels sous-vêtements ils portent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *