Lettre 24

23/05/14

Grande Inconnue,

Je n’imaginais pas vous toucher tant avec une bête orange… Ni qu’elle vous mènerait si loin ! Mais j’en suis ravie. Je suis vraiment heureuse que vous ayez un travail mais, surtout, qu’il vous plaise. Ca devient tellement rare j’ai l’impression… Je suis curieuse de voir en quoi il consiste un peu plus précisément. Et j’espère que la route pour y parvenir n’est pas trop monotone.

En tout cas, merci pour les roses d’orange. Je ne connaissais pas du tout en vérité. Moi, je faisais des bougies avec des clémentines plutôt. Il faut prendre la moitié de l’épluchure et, surtout, lui laisser la tige qui passe au milieu du fruit. Ensuite, vous laissez un peu sécher, mettez de l’huile dans l’épluchure et allumez la tige. C’est joli et ça donne une bonne odeur. C’est mon père qui m’avait montré ce truc…

De mon côté, oui, j’ai bien déménagé et tout s’est bien passé. J’habite à présent dans un studio, certes pas bien grand mais je m’y sens bien. C’est une grande pièce unique avec un côté cuisine et une toute petite salle d’eau. C’est assez étroit, c’est sûr. Mais c’est chez moi. Mon chez moi. Et ça, ça fait du bien. J’y ai toutes mes affaires. Enfin… Je n’en avais pas énormément… Alors, aussi étrange que ça puisse paraître, en un mois, j’ai plus engrangé qu’en toutes ces années. Non pas que je me ruine. Non, pas du tout. En fait, je fais surtout de la récup. De trucs souvent pas très utiles… Je crois que je cherche de nouveaux repères… Du coup, c’est un joyeux bazar là-dedans. Y a des journaux, des cassettes (oui oui, des cassettes : je dois avoir mis la main sur à peu près tous les vieux Disney en cassettes !), des porte-clefs, du matériel à dessin… Je suis tombée sur une vieille montre à gousset aussi ! Ébréchée, d’accord mais sinon en parfait état de marche ! Hallucinant ce que les gens peuvent jeter. Et, même si c’est mon chez moi, je me sens pas très à l’aise dans le coin. Je veux dire : tant que je reste enfermé dans mes petits mètres carré, tout va bien. Par contre, quand je sors… Je me sens étrangère. Peut-être que c’est normal, que ça va passer… C’est pas très agréable en tout cas. L’impression d’être de passage. De pas pouvoir pleinement me poser, je sais pas… Du coup, difficile de se lancer dans des projets et tout.

En revanche, mes épreuves approchent. Et très vite ! Pourtant… Ca n’occupe qu’une place bien dérisoire dans mon esprit. Je suis complètement projetée dans l’avenir et je suis toujours pas bien sûr de ce que je veux. J’ai envoyé des dossiers à des écoles de cinéma mais bien peu prennent à mon niveau bac + rien du tout, zéro absolu.  Et encore, pas encore le bac d’ailleurs… Alors si ça marche pas, je fais quoi ? J’en sais trop rien. Attendre et voir, c’est tout ce qu’il me reste à faire.

Quant à mes petits projets de court métrages… J’ai mes premiers essais. Evidemment, c’est pas bien concluants. Et je suis assez déçue même… Mais je ne compte pas m’arrêter là. Martine, elle, est plus dans l’art manuel si je puis dire. Elle aime surtout peindre mais aussi les perles, le dessin, les scoubidous (Ca explique aussi le bazar chez nous !). Parce que oui, nous habitons ensemble maintenant. On s’est beaucoup rapprochés et elle voulait s’éloigner de ses parents. J’avoue que je n’ai pas trop compris. Je les ai vu plusieurs fois et ils ont l’air pourtant très gentils… Enfin, pour moi, c’est le coup de chance ! Vivre seule, je crois que ça aurait trop difficile. Tant pour m’en sortir que pour le moral. J’ai pas encore mis la main sur un manuel d’entrée dans la “vie adulte”. J’ai toujours vécu chez ma mère…

A son propos, non, je ne lui ai pas reparlé. Je n’en ai pas le droit à dire vrai. Je crois que ça m’arrange bien même s’il m’arrive d’être nostalgique… Je ne suis plus trop où j’en suis. J’imagine qu’elle ne veut plus entendre parler de moi. Que je ne suis plus sa fille. Qu’elle m’en veut terriblement… Je ne l’ai pas revu depuis le procès. Et, même là, j’ai pas pu lui parler franchement… Je ne sais pas ce qu’il adviendra de nous. Si tant est qu’il y ait un “nous”.

Cette lettre se fait déjà bien longue, dîtes ! Je n’avais pas fait attention… Je vous refélicite pour votre travail et votre main verte alors ! C’est marrant comme expression main verte… En anglais, il me semble qu’ils disent pouce vert. Amusant, non ?

Signez du nom qu’il vous plaira. Nous sommes (encore) bien libre de ça !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *