Cartographie calligraphiée.

Ici c’est chez moi, et donc, par définition, ici c’est le bordel. Afin de mieux choisir la cerise qui vous convient le mieux, voici un petit menu (rangé par ordre alphabétique en plus ! elle est pas belle la vie ?)…

Chronique du vide :  Commencées il y a fort fort longtemps, les chroniques du vide tentent de raconter ces moments où nous sommes déconnectés de la réalité. Et pour résumer les choses sans faire de grands blablas, ces chroniques sont un concentré de spleen, elles n’ont rien à raconter d’autres qu’un état. Il est bon de savoir que bien que cela soit leur seul but, elles n’y parviennent pas toujours avec succès.

Entre deux : Les entre deux sont des moments suspendus où en théorie je suis sensée faire autre chose, des choses comme écouter ce que racontent mes enseignants, me perdre à la BU à la recherche d’un livre quelconque pour mon mémoire, appuyer sur le bouton pour que le bus s’arrête à mon arrêt, encaisser les clients, etc. En bref, les entre deux sont des instants volés pendant lesquels je joue à être un auteur tout terrain. Vous pourrez aussi y retrouver des textes écrits par d’autres qui auront voulu jouer avec moi…

Headbang ’till death : Ne racontent absolument rien. Non mais vraiment. La plupart ce sont des chansons que j’ai envie de partager, accompagnées ou non de quelques nouvelles sur ma vie, le site, mon travail.

I’m no lady, I’m a woman : Sont rassemblés ici tous les articles où on parle féminisme, sexisme et toutes les questions qui y sont liées de près ou de loin.

La lettre de l’homme qui se faisait chier : est une écriture à quatre mains avec Rime . Deux inconnus s’écrivent pour passer le temps et se sentir moins seuls. Vous retrouverez ici toutes leurs lettres…

L’épopée des rats : Quand le bateau coule, les rats quittent le navire. Ou en tout cas essaient de quitter le navire. Pourtant, la Femme Pendule, le Marchand de Sable, Pandore et quelques autres sont encore en train de sortir l’Uroboros du navire sous les ordres de Cassandre. Bien qu’appartenant tous au même univers, les textes sont indépendants les uns des autres. Il n’est pas nécessaire de tous les lire pour comprendre ce qui s’y passe.

Le rêve étudiant : Je suis étudiante, et c’est cool. Ou pas. Galère de logement, cohabitation avec des êtres étranges, lutte acharnée avec les administrations, survie en milieu professionnel hostile, l’homme au pieu dans l’ascenseur, mes supers élèves d’anglais et ma moquette constituée d’études de la bible, des tueries en milieu scolaire et autres dictionnaires linguistiques. Je vous raconte tout ! Si vous êtes sage, je vous raconterai peut-être mes répétitions…

Lol a bye : Projet plus ou moins abandonné, mais il m’arrive d’y revenir et n’ai donc pas le coeur de le faire disparaître de ces lieux. La nuit vue par les insomniaques, ça vous tente ? Vous trouverez ici une série de berceuses désaccordées dans lesquelles Alice cherche le A de son prénom tandis que le chat du Cheshire tentera de vous perdre au milieu des bois. Projet écrit en anglais parce que je suis d’un bilinguisme absolu entre 3h et 5h du matin, ce qui me permet de tenir des propos complètement incohérents dans la langue de Shakespeare. On n’a la classe ou on ne l’a pas.

Musicale approximative : Mon amour de la musique me pousse à tenter quelques expérimentations… On trouvera ici des textes inspirés de chansons ou bien encore des textes écrits pour aller avec les morceaux. En fonction du temps et de l’énergie disponible, les deux sont plus ou moins fortement liés.

La catégorie fantôme : Des fois, j’écris des choses vite fait et je ne sais pas où les mettre. Elles finissent souvent là. Annonces diverses et messages de service sont rangés ici. Rien de bien folichon…

Raisin Pip’s non memory : Alors que j’étais en train d’écrire un entre deux en cours de sociologie de l’art, la prof s’est mise à expliquer qu’aujourd’hui, on écrivait les biographies d’artiste en suivant un modèle bien précis, tout tracé. Une amie et moi nous sommes demandé comment nous pourrions écrire la nôtre. C’est donc ici que j’écris la sienne, en tentant d’échapper au destin tout tracé des biographies…

Théâtralement parlant : On retrouvera ici les dialogues perdus, isolés, les pièces avortées, celles en travaux, les projets futurs. En bref, un joyeux bordel prêt à quitter son statut de texte pour envahir quelque espace théâtral.

Vomissure nocturne : Comme son nom l’indique, cette catégorie s’annonce vraiment drôlissime. Insomnie, cauchemar, incohérence, perte de soi et épuisement sont ici maîtres. Les textes sont généralement « heurés » plutôt que titrés. Ils sont la plupart du temps écrit sur le vif et je ne les retravaille que très peu. Attention où vous mettez les pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *