La seconde éphémère

Tu n’es pas une pendule.
Chasser l’éphémère, mais seulement après 20h.
Le silence tout à coup.
Plane un doute.
Léger
ténu
éphémère
Quelque devrait vérifier
Les placards
et sous les lits
Les balcons
et les armoires
Le temps devient épais et colle aux murs
Moi je sais pas.

Tu veux une pendule ?
Je sais toujours pas.
Silence
Le temps passe
éphémère
C’était dit
Ne pas écouter
Faire taire le monde
La rengaine coincée dans un bout de cerveau
un bout de cerveau coincé dans un crâne fracturé
et quand elle secoue la tête on croirait des maracas
Je voulais lui trouver un piano
qu’elle pose sa tête et la mienne
enfin
On n’entendrait plus les cliquetis
et on pourrait dormir

Tu n’es pas une pendule.
Alors pourquoi sa tête fait du bruit comme ça ?
Elle arrive à l’éphémère
la seconde un peu trop tard
le moment en retard

Tu veux une pendule ?
Que quelqu’un vérifie
Les placards
et sous les lits
Les balcons
et les armoires
La rengaine un peu partout
les murs s’en souviennent
sa tête aussi
coincée sur les notes basses
le cliquetis sur les touches blanches
la respiration sur les touches noires.

Tu n’es pas une pendule.
À l’éphémère elle tourne la tête
Je souris
laisse faire
Ça lui passera
La rengaine lui passera
et moi aussi
quand l’éphémère sera passé,
moi aussi je lui passerai.

Tu veux une pendule ?
En attendant
j’irai vérifier
Les placards
et sous les lits
Les balcons
et les armoires
Jusqu’à ce qu’elle arrête de chanter

PUTAIN ENLÈVE LUI LA TÊTE DU CLAVIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *