Posts in Category: Chronique du vide

Un matin à la laverie

Rise Against – Ready to fall

Ce matin à la laverie j’ai enfin compris.
Ce matin à la laverie j’ai compris pourquoi certains en arrivaient à tirer dans le tas.
Au hasard. Sans revendication autre que celle de tuer.

C’est marrant comme ça m’a frappé d’un seul coup. La violence de l’inanité. De l’insoluble inanité. Interminable inanité. Tellement tellement, tellement tout le temps. C’est devenu évident. Genre clair comme de l’eau de roche et autre commodité littéraire d’usage. Enfin marrant… Faut une sacrée dose d’humour noir, je te l’accorde. C’est juste… tu vois comme on cherche des réponses dans toutes les impasses possibles et imaginables alors que la réponse était juste là. À attendre qu’on arrête de se voiler la face. Ce matin à la laverie j’ai compris pourquoi certains en arrivent à tirer dans le tas.

I’m standing on the rooftop

Ce matin à la laverie c’est donc devenu aussi évident qu’une introspection minimaliste.
Ce matin à la laverie j’ai calculé. Je travaille 7 jours sur 7. Je n’ai plus de vacances depuis des années, seulement des arrêts maladie quand le corps ne suit plus et monte à 40° de fièvre pour le plaisir de me voir redescendre. Tout ça pour rester bien sagement bien gentiment sous le seuil de pauvreté.
Ce matin à la laverie j’ai ri quand j’ai ajouté au bilan qu’en prime il fallait aussi que je passe mon temps libre à la laverie, donc.
Et ce matin la laverie c’était la sortie culturelle de la semaine. Tous les parents leurs paires de chiards à la main à attendre que les machines tournent alors que si les gosses ne savent pas faire une chose c’est attendre.

I think I’m at the edge now

Ce matin à la laverie entre les hurlements parce que « c’est moi qui met la pièce la lessive », les coups de pieds dans les hanches, le mec qui lorgne sur mes seins par dessus son tel, c’est devenu évident. La rage sourde et bouillonnante dans le fond des veines. Les larmes qui attendent patiemment de pouvoir se cacher derrière les lunettes de soleil. Les mains qui tremblent sur les pages du manga. Les yeux qui ont du mal à suivre la logique des cases. Vraiment, c’était évident. À ne pas comprendre pourquoi on continue de demander pourquoi.

I’m standing on the rooftop
Ready to fall
I think I’m at the edge now
But I could be wrong

Parce que ce matin à la laverie, moi et mon épuisement, les parents sans nulle part où mettre les gamins, alors sans doute les parents et leur épuisement, l’autre du même âge que moi qui remet son manteau pour éviter le regard de l’homme, et la petite vieille qui n’arrive même plus à faire sa lessive toute seule. Putain c’était tellement évident.

Now I’m standing on the rooftop
Ready to fall

Ce matin à la laverie c’est devenu tellement évident. L’épuisement chronique. Et surtout surtout comment on est tous gavés de haine jusqu’au fond de la gorge. Ça proteste pour les oies à Noël et ça oublie qu’on en a tous plein la gueule de cette haine. Haine de l’autre du monde de nous-même du système. Et c’est presque de l’art comment elle survit cette haine tu vois. Comment elle se nourrit de nous et comment on la nourrit on l’entretient on la polie on la vernit. Comment on fait en sorte que chacun se déteste soi-même un peu plus pour qu’on accepte toutes les humiliations qu’on ira consoler à grands coups d’achats divers. Et on a beau le savoir ça marche quand même. De l’art je te dis. Sauf que les canards les oies on finit par les égorger quand vient l’heure. Alors que toi moi les parents à la laverie et le mec et son regard vitreux et la petite vieille et les gosses qui courent et la nana planquée dans son manteau, va falloir qu’on fasse avec. Tous les jours. Avec cette haine de nous et nos vies. Avec le gavage interminable.

I think I’m at the edge now
But I could be wrong
I’m standing on the rooftop
Ready to fall
Ready to fall

Tu sais comme on aime bien dire que chaque personne a son prix ? Moi j’ai toujours dit que chaque personne avait une date de péremption. Si t’as de la chance ça correspond à peu de choses près à la date de ta mort. Si t’en n’as pas c’est l’avenir à garder les yeux dans le vide, ou pire, les yeux dans les souvenirs à ressasser des pourquoi et des si.

I’m standing on the rooftop
I’m standing on the rooftop

Alors ce matin à la laverie c’était tellement évident. Parce que putain il faut bien en faire quelque chose de toute cette haine non ? Sinon elle finit par te pourrir. On nous fout tellement dans la tête que c’est chasser ou être chassé, alors forcément à un moment t’ouvres le feu. La haine c’est terrible parce que ça marche. Et t’as beau le savoir, tôt ou tard ça finit par marcher. On pourrait vomir mais ça ne règle pas le problème. Pour vomir il a bien fallu avaler.

Ready to fall
Ready to fall

Alors ce matin à la laverie et toute cette haine et cette fatigue et cette lassitude bien pourries dans ma gorge j’ai compris pourquoi les gens en arrivent à tirer dans le tas et je me suis roulée en boule dans le coin entre les machines à laver et les sèche-linges.

READY TO FALL

Ce matin après la laverie à attendre le bus, je me suis demandée si c’était possible de terminer autrement qu’en foi gras sur la grande table d’un système sans pourquoi ni comment. D’habitude tu vois j’y arrive. J’écris, je raconte des histoires, je crée quelque chose. D’habitude tu vois mon cynisme c’est plus une blague qu’un réflexe de survie. Mais là j’ai plus que ça sur la peau pour ne pas tout lâcher. Peut-être c’est juste le blues annuel, la violence du mois de mars dans ma gueule.

But I could be wrong…
READY TO FALL

Ce matin après la laverie j’ai été terrifiée par l’idée de ne plus avoir de mot. C’est tellement de plus en plus une torture d’ouvrir la bouche pour parler, que quand le dimanche soir arrive je peux déjà plus respirer rien qu’à compter le nombre de cours qu’il va falloir assurer. Tous ses bouts de verre dans ma bouche, tous ses tessons de bouteilles coincés dans ma gorge, tous ses débris dans la langue qu’il faudrait cracher. Alors tu vois je me suis demandé si cette fois-ci j’allais vraiment arriver à créer quelque chose plutôt que de laisser cette foutue haine tout détruire.

And if you see me 
Please just walk on by
Walk on by
Forget my name
And I’ll forget it too

Parce que ce matin à la laverie j’ai compris pourquoi certains tirent dans le tas. Et c’est tellement clair et évident que s’en était presque tentant. Tout le monde fait semblant de se demander pourquoi les gens font ça alors qu’en vrai c’est tellement évident. Tout le monde a une date de péremption. Il suffit juste d’attendre.

Ready to fall
Ready to fall
Ready to fall

Du coup ce matin en rentrant de la laverie je me suis demandée quels mots j’allais pouvoir trouver pour raconter ça, pour nommer ça. Quelle histoire j’arriverais à mettre en place pour raconter ces instants de désespoir dans le fond des laveries des bus ? Combien de mots quand tout le monde tôt ou tard se retrouve face au mur avec cette haine bouillonnante dans les veines et la gorge, à se dire qu’après tout, le monde l’aura bien cherché, qu’une fois gavé de haine, il faut bien la rendre, en faire quelque chose.

Now I’m standing on the rooftop

J’aurais bien aimé en rentrant de la laverie trouver une fin heureuse à raconter. Un truc pour dire qu’on va survivre et que ça ira. Que la haine c’est plus facile certes mais pas inextricable. J’aurais voulu pouvoir me prouver que cette fois encore, j’arriverais à me saisir de toute cette haine pour en faire quelque chose d’autre. Mais tu vois, en rentrant de la laverie, j’avais juste le temps de jeter le sac de linge sur le lit, chauffer un reste de riz et partir bosser. Encore. Et parce que j’avais fini par comprendre pourquoi certains tirent dans le tas, je me suis demandé encore combien de temps avant ma date de péremption, combien de temps avant que je tire dans le tas.

I think I’m at the edge 
But I could be wrong

Now I’m standing on the rooftop
Ready to fall


Citation additionnelle : Rise Against – Drones

Je ne suis pas sensée avoir le temps d’écrire. Du coup je fais que ça. Comme d’hab. Comme vous pouvez le constater. Dans les bonnes nouvelles : depuis la semaine dernière j’ai enfin trouvé quelqu’un qui vendrait de la glace. YOUHOU. Le bonheur c’est simple comme un cornet pistache – caramel beurre salé. On se retrouve sur Facebook et twitter où promis dès que j’ai deux neurones qui font de la lumière j’essaie de partager du plus positif.

Lettre au pianiste assourdi

Cher vous,

C’est étrange ce vouvoiement après tout ça, avec les confidences et les mots. Après que vous m’ayez raconté tant et tant, après m’avoir laissé tremper les mains dans votre histoire, la formalité me paraît absurde. Je suis de ceux qui fatigués des convenances erronées et baignés d’anglicisme jusqu’à la moelle passent au tutoiement en un instant. Mais comme vous semblez y être attaché, sans doute justement pour conserver ce semblant de distance, je respecterai votre volonté.

C’est étonnant comme on se raconte aux inconnus. C’est étonnant comme on est touché par des inconnus.
C’est étonnant que vous ayez voulu m’en raconter tant si vite, à moi qui n’étais que mots sur un écran.
Souvent je me suis demandé pourquoi. Mais après tout, vous n’étiez pas le premier à vouloir me confier son histoire. Sans doute qu’il ait logique que les raconteurs d’histoire de ma trempe se voient confier toutes les histoires du monde. Comme si finalement nous n’étions qu’une aire de repos pour des vies fatiguées d’avoir tant roulé leur bosse, avant de repartir toucher d’autres coeurs que ceux qu’elles ont éprouvés.

Vous jugiez important que « je sache ». Mais avais-je besoin de tant d’informations pour exécuter ma tâche ? Ou était-ce vous qui aviez besoin de vous assurer que je savais d’où venaient les mots que vous veniez me confier ? Une façon de vous assurer que je ne traduirais pas l’origine des mots qui vous ont compté si cher. Et même si je savais que tout cela ne me servirait pas tant, je reconnaissais tellement en vous l’angoisse brûlante de l’écrivain qui cherchant ses mots craint que le lecteur ne les trouve jamais vraiment. Je n’ai rien dit. J’ai consigné votre histoire dans un coin de ma mémoire, la douleur latente et silencieuse comprise, j’ai enregistré votre roman en pièces détachées dans un coin de l’ordinateur. Ainsi a commencé mon propre voyage dans votre vie.

Pour moi c’est toujours la même peur, la même angoisse au ventre devant ce genre de mission. À chaque relecture, à chaque roman qu’on me confie, à chaque mémoire qu’on soumet à mon oeil… la peur de trahir ce que son auteur a voulu dire. Il n’y a bien que sur le papier que mon travail consiste en corrections grammaticales. Il n’y a que les mots sur le papier pour dire des bêtises pareilles. Il y a longtemps que je sais que mon vrai travail consistait à faire en sorte que ceux, comme vous, venus me confier leurs mots, puissent avoir l’assurance d’avoir dit ce qu’ils voulaient, l’assurance qu’ils seront compris. Il y a longtemps que j’ai compris que je n’étais ni écrivain ni traducteur ni même relecteur. Longtemps que je sais que mon travail c’est de dompter les mots jusqu’à les forcer à raconter ce que l’on veut qu’il soit. Aujourd’hui que les événements se sont faits pour vous plus tragiques encore, je suis bien obligée d’admettre que l’angoisse d’échouer dans ma mission a été plus forte en plongeant dans vos pages que dans n’importe quelles autres.

Il y a des gens comme moi qui n’ont jamais compris qu’on puisse avoir peur du mot écrit.
Il y a des gens comme moi qui seulement dans les livres et le temps mesurable de la page écrite trouvent la liberté qu’ils se voient refusés partout ailleurs.
Il y a des gens comme moi qui paniquent à l’idée même d’être livrés à l’immensité du monde, loin de la sécurité offerte par les contours du mot écrit, de la page noircie et des virgules correctement apposées.
Il y a des gens comme moi qui n’ont jamais rien connu de plus merveilleux que la beauté des métaphores, les arabesques des analogies et les contreforts des oxymores.

Malgré tout cela, je n’ai pu m’empêcher de compatir à la perte que fût la vôtre. Quelle douleur cela a dû être que de perte la légèreté éphémère de la musique pour être contraint à la rigidité grammaticale. De dix doigts libres de courir de mesures en mesures, vous avez été forcé de passer au poids des mots alourdis durant des siècles. De la musique vous êtes passé au silence, et sans doute que ni moi ni personne ne comprendra jamais vraiment le poids de l’absence. Vous avez été cherché consolation et réconfort dans ces mots de pierre après avoir perdu ce qui enchantait votre monde depuis toujours…

Et devant ce poids, moi, je me suis sentie si petite. Inutile et vaine. Arriverai-je à dompter les mots pour qu’ils acceptent de se plier à votre volonté ? Arriverai-je à vous aider à trouver en eux ne serait-ce que la moitié de la magie que la musique vous donnait ?

Et voilà qu’aujourd’hui encore, alors que je vous avais perdu de vue avec mes excuses habituelles, j’apprends que la perte s’ajoute encore à la perte. Aujourd’hui, plus encore, il vous faudrait des mots magiques. Aujourd’hui plus encore il faudrait plomber les mots de tout le silence du monde pour qu’enfin ils puissent réellement dire votre absence.

Pourtant, je sais déjà la tâche impossible… Ces mots-là, on me les a tellement demandés… tant et tant de fois, tant et tant de larmes se sont tournées vers moi à la recherche de ces mots magiques qui effaceraient la peine et la douleur, qui au moins l’espace d’un instant rempliraient le vide. Combien de fois j’ai essayé, combien de fois j’ai vidé mon propre sang à leur recherche, creuser mon estomac en espérant les y découvrir, combien de fois j’ai échoué, combien de fois j’ai jeté mes métaphores et mes arabesques dans les murs de la pièce en hurlant tout le silence que ma gorge pouvait contenir… Car malheureusement, des mots pareils n’existent pas. Sans doute que c’est pour cette raison que je n’aurai peut-être pas le courage de vous envoyer cette lettre.

Pourtant je n’ai toujours pas laissé tomber. Obstinée jusqu’à l’épuisement, ou parce que dompter les mots sur la page c’est finalement la seule chose que je sache faire correctement… Je n’ai pas renoncé. Parce qu’à défaut des mots magiques, j’aurais tellement voulu vous offrir leur beauté et leurs secrets. J’aurais espéré qu’au moins, vous puissiez trouvé en haut de quoi réchauffer vos nuits, de quoi contourner vos absences à défaut de les remplir, de quoi traverser le silence qui vous a été si violemment imposé. Sans prétention aucune. Même les gens comme moi peuvent comprendre que pour vous, les mots n’auront jamais cette poésie qu’avaient les touches du piano. J’aurais espéré qu’au moins, vous y trouviez une étincelle, une lumière au bout du tunnel, même chancelante. Sans doute que c’est pour cette raison que je finirai peut-être par vous envoyer cette lettre.

En attendant de réussir à trancher, je vous envoie toutes les condoléances que j’ai pu trouvées, vidées de toutes les convenances erronées et remplies des pensées les plus sincères que j’ai pu trouvé.
Votre roman est toujours soigneusement rangé dans un coin de mon ordinateur. Un marque page où je me suis arrêté, mes notes pour la suite. Il n’attend que votre autorisation pour continuer à apparaître sur l’écran. En attendant de pouvoir à nouveau vous lire, je tacherai de dompter pour vous autant de mots que possible…

Bien à vous.

We Are Not Dying – Le futur est un présent continu

Wardruna – NaudiR

Les mots en tesson de verre
bien calés dans le fond de la gorge
j’ai mal à la parole.

La première personne du singulier
crisse sous les dents
la deuxième hurle
quand la troisième s’embrouille
Alors au pluriel la première abandonne
devant la deuxième absentéiste
et une troisième fracturée.

Tu sais quand ils parlent les langues de feu
quand tu rampes dans les silences
quand tu dissous inutiles
virgule après virgule
Quand ils parlent les langues de feu
tu recules toujours un peu plus.

J’ai mal à la parole
aux mots fracassés
aux tessons qui s’accumulent
et éventrent toujours un peu plus
le continuum dialectal

Tu sais quand ils parlent les langues de feu
que tu peux crever en silence.
Ta bouche aura fondu bien avant le premier complément.

Première personne du singulier
aux abonnés absents
Deuxième
pour les hurlements du miroir
Troisième
pour les cauchemars et la solitude

Do you know die Feuersprachen ?

Et toi seul dans ta langue de goudron
au palais pétrifié
aux oreilles mortifiées
immobile.
Toi dans ta langue de goudron
seul
silence et salissure
Dans ta langue de goudron
profondément englué
quand ils parlent des langues de feu.

Ich werde jede Nacht sterben.
Again and again
Over and over
Let me out
Mach mich aus

Première personne du pluriel
embrouillée jusqu’à la racine
Deuxième
en approche de définition
Troisième
en description fracturée

Et toujours dans ma bouche le verre découpe
tranche
cisaille
incise
toujours plus fissurés
des morceaux entiers de réel.

Tu sais les langues de feu
quand tu ne parles que langue de goudron
et ta bouche qui fond
et tes dents qui craquent
et ta tête qui roule
et ta langue qui enfle
quand ils parlent les langues de feu

Du wirst jede Nacht sterben,
wenn sie die Feuersprachen sprechen.
Kannst du nicht verstehen ?
And there is no way out.
Die Feuersprachen have already digged a hole in your head.

Putain pourquoi
seul dans ta langue de goudron
la bouche fondu
et la face calcinée
pourquoi
seul dans ta langue de goudron
quand ils parlent les langues de feu

Première personne du singulier
déracinée
Deuxième
intouchable
Troisième
inappropriate
Première personne du pluriel
inconciliable
Deuxième
effrayante
Troisième
indénombrable

Ich sterbe jede Nacht
J’ai mal à la parole
Dying again at dawn is no life

Putain tu les connais les langues de feu
quand dans ta langue de goudron
seul résonne le silence
alors en entier le silence à avaler

Dans ta langue de goudron
les bris de vers les uns après les autres
Dans ta langue de goudron
le silence à chaque voyelle
Dans ta langue de goudron
les non-dits dans chaque virgule
dans chaque mot
dans chaque lettre
dans chaque dits
dans chaque silence
Ta langue de goudron
comme un non-dit perpétuel
un silence avorté

Quand ils parlent des langues de feu…


Quand tu donnes 9h de cours (2h analyse de spectacle – 7h anglais en cours particulier dont 3 de conversation) entre 8h30 et 20h30 sans avoir mangé, ça donne de drôles de courts-circuits dans le cerveau. J’ai passé l’après-midi à rêver d’une énorme glace, mais sous-prétexte qu’on est (était ?) au mois de février, y avait personne pour en vendre. Le monde va mal messieurs dames. Étrangement, dans les bribes de mots ramassés dans le brouillard de mon cerveau au fil de la journée, il n’est fait nulle mention de cette brûlante envie de crème glacée. Les mots ont de drôle de priorités parfois.On se retrouve sur Facebook et twitter pour ceux que ça amuse. Je retourne bosser… (ou pas.)

Expérience 1 : From 7:09 to 10:21

Mansfelt TYA – La nuit tombe

Au premier réveil la sensation est curieuse. Tu baignes dans une bouillie informe et innommable. Tout est lourd et collant. Tout se confond et se brouille. Sais-tu seulement si tu as les yeux ouverts ? Peut-être que oui, et dans ce cas-là la pièce est plongée dans une obscurité plus profonde que tes souvenirs. Une obscurité à dissoudre l’acide lui-même. Une obscurité si épaisse que tu en oublierais presque que la lumière a jamais existé. Ou peut-être que tu as simplement les yeux fermés. Une hypothèse pas beaucoup plus rassurante. Dans cette obscurité poisseuse, tes yeux fermés s’engluent se piègent et s’enfoncent. Tes yeux n’ont aucun sens dans ce monde. Tu sens tes paupières s’accrocher, lutter contre l’effort, quel qu’il soit. Les maintenir fermées relève moins du choix que de la condamnation. Tes paupières fermées comme une subtile torture, un véritable travail d’orfèvre. Faut-il avoir peur de ce que tu ne peux pas voir ou de ne plus jamais pouvoir ouvrir les yeux ? À moins qu’il ne faille craindre autre chose. Après tant de temps à garder les paupières ainsi engluées dans une obscurité en forme de sables mouvants, tes yeux seront-ils simplement capables de voir à nouveau ? Le meilleur moyen de savoir serait encore de forcer l’ouverture non ?

À nouveau tes paupières luttent, résistent et la douleur se répand en toi comme un cri d’horreur dans la nuit. Sourdre floue lointaine et pourtant vibrante puissante et acérée. Tellement efficace que la pensée d‘une nouvelle tentative hérisse ta peau d’une chair de poule bienvenue. Au moins maintenant tu as retrouvé les contours du reste de ton corps. Peut-être que c’est là l’issue, peut-être que c’est ça la solution. Si tes paupières n’ont pas la force de briser l’obscurité, peut-être que le reste de ton corps se montrera plus coopératif.

Peut-être.

****

Au deuxième réveil, il te faut encore plus de temps pour comprendre que tu es éveillé. C’est la sensation d’avoir le sang complètement glacé au cœur de tes veines qui t’alerte. Ton corps tout entier comme un bloc de glace refuse cet état de fait. Ton corps tout entier comme un bloc de glace se rappelle la logique du mouvement, la légèreté. Quelque part au fond de toi se réveille comme la mémoire de l’eau. Aqueux tu étais et aqueux tu devrais être. Ton sang en horreur paniquée cherche un moyen de revenir à l’état liquide.

Voilà qu’il se tord et s’agite en tous sens, cherchant une sortie, une solution, au risque même de perdre toute consistance. Plus exactement, au risque de te voir perdre toute consistance. Si bien que chaque battement de cœur t’arrache un gémissement. La bonne nouvelle c’est que tes cordes vocales semblent en état de fonctionner. La mauvaise c’est que tu peux déjà sentir certaines de tes veines se fissurer. Que veux-tu, on ne peut pas gagner à tous les coups.

La douleur remonte fissures et craquelures le long des artères. Peu à peu, elle vient réveiller autre chose, un autre souvenir que tu ne parviens pas à dater. Peut-être était-ce hier, il y a cinq ans, peut-être était-ce demain. Toujours est-il que tu te rappelles maintenant, ce n’est pas la première fois que tu te réveilles ici. Même si tu ne sais toujours pas vraiment ni où est cet ici, ni ce qu’il est. Tu la reconnais bien maintenant, cette sensation de bouillie, de sables mouvants pris dans une forme d’obscurité à broyer l’acide le plus corrosif. La mémoire de l’eau est infaillible…

… mais pas toujours ponctuelle. Si bien qu’au moment où tu essais de forcer tes paupières à s’ouvrir pour découvrir de plein fouet cet endroit, tu entends à nouveau ce terrifiant cri d’horreur au lointain, toujours aussi flou et sourd, mais toujours aussi tranchant. Dans la seconde ta peau se hérisse à nouveau, produisant les plus vibrants échos à ton sang glacé. Tu te dis que la voix qui hurle ainsi doit sans doute vivre l’enfer, peut-être le même que toi à cet instant.

Quelqu’un devrait sans doute t’avertir que ce cri terrifié de douleur provient de ta propre gorge. Dommage qu’il n’y ait personne.

*****

Au troisième réveil la conscience te revient plus vite. Il faut dire que la douleur se relance comme on appuie sur un interrupteur. En un battement de cils tu retrouves les ténèbres engluées et engluantes, le sang gelé se débattant à t’en briser les veines auquel répond en écho un épiderme en panique envoyant tous les signaux d’alerte dont il est capable. Enfin bien sûr tout cela se passerait en un battement de cils si tu pouvais bouger les paupières et ainsi battre des cils. Bien sûr. C’est souvent ça le problème avec les mots tu sais, ils ne correspondent jamais vraiment à la réalité. Tu vois ils se gèlent dans un coin de la réalité jusqu’à en épouser les contours le plus parfaitement possible, jusqu’à ce que ces contours soient tellement parfaits qu’on n’envisage même plus de les voir autrement. Tu t’y perds pas vrai ?

Tu vois, c’est un peu comme le sang dans tes veines. Il se gèle et se pétrifie parce que c’est ça, la réalité de cet endroit. Une obscurité de sables mouvants doublée d’une solitude à geler une explosion nucléaire en plein vol. Toi, tu te retrouves là, en plein milieu. En plein milieu d’on ne sait quoi on ne sait où. Impossible de savoir ni comment ni pourquoi. Impossible de comprendre vraiment puisque aucun de tes sens ne semble vouloir pleinement répondre à tes questions. Pourtant tu es bien là. Dans cette réalité. Dans cette bouillie sans forme ni nom. Et tu auras beau t’agiter les neurones à chercher des réponses, cela ne change rien. Pas de délai ni de sursis. Dans tous les cas tu appartiens à cette réalité. Et dans cette réalité, ton sang se gèle parce que c’est la seule solution qu’il a pour exister. Si ça fait mal, c’est parce qu’il se souvient. Il se souvient mieux que toi de sa vraie forme. Celle qu’il avait avant, celle qu’il sait être la vraie, la bonne. Il se souvient mieux que toi de la vie avant la bouillie, la vie hors des sables mouvants. Et il essaie d’y retourner. Parce qu’ici il fait froid, beaucoup trop froid. Tellement froid que si on lui disait qu’en échange de te laisser crever là, il pourrait être libre il ferait. Sans se retourner, ni se poser de question.

Tu vois les mots c’est pareil. Tu les gèles, ou bien ils se gèlent tout seul à force de tomber dans des sables mouvants. Bien sûr il y a des moyens. Toujours des gens pour te dire que c’est vivant. Ça n’oublie jamais d’où ça vient les mots. Le sang non plus d’ailleurs. Même que ça fait mal pareil. Et dans pas longtemps, à force de se tordre de se briser de se déformer, ça sera l’hémorragie. Du sang partout. Et ce sans la moindre coupure. Juste l’implosion. Tu imagines ? Là à cet endroit où rien n’existe que le vide sous tes doigts, le sol sera rempli d’un sang gelé, cherchant désespérément à rentrer chez lui alors même qu’il vient de détruire sa propre maison.

Et alors là, combien de mots pour expliquer ça ?
Combien de mots pour la douleur ?
Combien de mots pour la solitude ?
Quels mots pour le froid ?
Quels mots pour le vide ?
Quels mots pour le dégoût du sang qui colle aux doigts ?
Ton propre sang
Tes propres doigts
Tes propres mots ?
À quoi bon les mots quand le sang brise ses propres veines ?

De toute façon, à qui tu irais dire tout ça ? Il n’y a personne. On l’a déjà dit.
De toute façon, où ils sont tes doigts ?

*****

Au quatrième réveil la voix au loin dans le flou hurle toujours ta douleur et ta solitude. Logique, ta voix, ta douleur, ta solitude. Ton sang aura suffisamment gelé dégelé pour modifier les pronoms. Intéressant non ? Pratique surtout. Il y a une facilité directe à parler de tes paupières hermétiquement engluées, de ta peau fissurée par les secousses, de ton sang gelé qui se débat en brisant sans aucune pitié tout ton réseau sanguin, de ta voix qui hurle au désespoir mais ne rencontre aucune autre oreille que les tiennes, qui ne sont même pas capables de la reconnaître. C’est plus simple tu vois.

Comme ça maintenant on va pouvoir parler de tes doigts. Tu sais, ceux que tu ne retrouves pas, ceux dont tu ignores la localisation. Tu sais qu’ils sont là. Simplement ils ne transmettent aucune information. Rien sur la texture du sol, rien sur l’air qui passe, rien sur l’espace disponible autour de tes mains, rien rien rien. Comme si tu baignais dans du vide à l’état pur. Mais là encore, ça ne marche pas. Même le vide produit une sensation. Ou plutôt une absence de sensation. Précision toujours. Quelque chose qui dirait « ici ne se passe rien ». Mais rien. Rien. Rien. Rien. Un peu comme si tu n’existais pas. Absolument comme si tu n’existais pas. Mais c’est une idée absurde non ? Après tout, « je pense donc je suis » et toutes ces conneries. Tellement de mots dans tes veines défoncées par le froid que ça fait mal à crever, comment pourrais-tu ne pas exister ?

Pourtant l’idée reste. Elle refuse de bouger. La voici brique de plomb en travers de ta gorge. Je n’existe pas. C’est tout petit comme phrase. À peine quatre mots. On pourrait débattre sur la définition de « mots » mais par soucis de simplicité, on va dire que ça fait quatre mots, d’accord ? Je n’existe pas. Quatre tous petits mots qui rampent le long de tes cordes vocales et s’incrustent profondément dans toutes les muqueuses à disposition. Tu peux même sentir les mots vibrer à chaque fois que l’air les frôle.

Et toujours ta voix au loin qui hurle, toujours aussi floue, toujours aussi seule, toujours incapable de rencontrer d’autres oreilles que les tiennes.

Peut-être que si tu les bougeais un peu elles pourraient sentir… Tes mains, pas tes oreilles bien sûr. Même si clairement à cet instant T qu’est le nôtre, il est évident que tu ne fais plus très bien la différence. Y en a-t-il seulement une ? Après tout, si tes mains ne sentent plus rien et que tes oreilles sont à peine capables de reconnaître ta propre voix quand elles l’entendent, ni tes mains ni tes oreilles ne remplissent vraiment leurs fonctions. Alors comment faire la différence ? Est-ce que ça vaut le coup de t’embêter à avoir encore deux mots pour deux choses si proches, si similaires ? Est-ce que ça vaut bien l’effort ? Est-ce que ces deux mots valent d’avoir mal comme ça ? Dis-moi, lequel de ces deux mots tu sacrifies ? Des mains ou des oreilles, quel mot veux-tu oublier ? Quelle différence ?

Je n’existe pas.

De toute façon, les quatre dans ta gorge grossissent encore. Ils grossissent et grandissent et monopolisent l’espace. Tu le sens non ? Comment ton larynx commence à s’écraser, compressé par l’œsophage tandis que déjà le fond de ta mâchoire se déchausse tranquillement. Tu sais que si tu avales tes dents, elles risquent de te perforer un organe ou deux n’est-ce pas ?

Remarque cela facilitera la tâche à ton sang qui toujours cherche ton point de rupture.

Dis-moi, est-ce que tu l’entends, ce craquement dans le lointain ? Est-ce que tu te rends seulement compte que tes os sont tous en train de lâcher sous la pression ? Pourquoi est-ce que tu continues de croire que tout ça se passe dans le lointain quand clairement tu n’es déjà plus qu’une épave bouffie par les sables mouvants et l’obscurité de l’acide ? Peut-être que c’est pour ça que personne ne t’entend.

Je n’existe pas.

Les mots toujours plus gros dans la gorge et pourtant tu n’as toujours rien à dire. À quoi ça te sert d’avoir tous ces mots gelés dans les veines si tu n’es pas capable de les cracher ?

Mais vas-y, bouge tes mains. Fais nous rire. Bouge les.

****

Au cinquième réveil c’est l’hémorragie. Enfin. Tes mains sont recouvertes d’un sang granuleux, qui une fois livré aux sables mouvants comprend enfin son erreur. Enfin, parler de tes mains recouvertes de sang, c’est une pure commodité narrative. La formule est entérinée depuis tellement longtemps, c’est beaucoup plus simple ainsi. D’autant que comme tu ne sens toujours rien, que tu ne ferais toujours pas la différence entre une jambe et un poumon, que de toute façon tes mots sont en train de se répandre pour pourrir sur le sol en même temps que tout le contenu de tes veines, qu’est-ce que ça peut faire ? Et d’ailleurs, même dire que ton sang se répand sur le sol est une commodité narrative. Tu vois où tu mènes avec tes conneries ? À des putains de commodités narratives. Nous ne sommes plus que commodité narrative. Tout ça parce que tu es incapable de dire où tu es, où est ton corps, ce qu’il ressent. Incapable d’ouvrir tes yeux, incapable de reconnaître ta propre voix, incapable de savoir d’où ton propre sang s’échappe. Incapable de prouver que tu existes.

Alors maintenant quoi ? Maintenant qui ? Le silence le froid la douleur le sang la voix la peau la peur les mains le vide les mots.

Maintenant quoi ?

Parce que bientôt, quand tes os auront fini de craquer, quand tu ne seras qu’un amas de fragments et de gémissements, la phrase dans ta gorge sera tout ce qu’il restera de toi. Quand tes os seront réduits en poudre et que ton propre sang aura coagulé pour maintenir le tout en place, tout ce qu’on pourra lire sera je n’existe pas. T’auras l’air malin.

Fais quelque chose.

Maintenant.

Alors aussi désespéré que désespérant, au sixième réveil, te voilà enfin qui réagit. C’est plus un vieux réflexe, quelque chose entre un sursaut d’instinct de survie et un spasme post-mortem. Mais quand même. Tu cherches, tu trembles et gémis. Peu sûr de tes mouvements, te voilà enfin prêt au tout pour le tout. Les larmes, le long de tes yeux trahissent l’inavouable de la situation, mais de toute façon, tu ne les sens pas. À quoi bon.

À quoi bon puisque déjà ta main, tes mains, se dressent et cherchent ta gorge. La tâche est ardue. En l’absence de mots définis, ton corps comme un territoire inexploré. Tes mains cherchent la douleur. C’est là qu’il là qu’il faut aller. Chercher la douleur et l’arracher.

La voix au lointain hurle de plus belle, crevant la distance et les tympans. Ta voix au lointain redouble d‘énergie. Parce qu’elle sait déjà, elle a déjà compris.

Dommage que personne ne t’ait prévenu.

Car déjà tes mains plongent aussi profond qu’elles peuvent dans ta gorge. Elles s’enfoncent dans ta chair sans se soucier de la biologie la plus évidente. Quelle biologie peut survivre face au vide ? Tes mains cherchent déchirent détachent arrachent ravagent sans la moindre pitié. Et la voix au lointain hurlant toujours sans plus parvenir à tenir la moindre note.

Sauf qu’elles ne trouvent pas tes mains. Dis-moi, à quoi ça ressemble un mot ? À quoi ça ressemble un je ? Comment elles vont faire pour savoir qu’elles ont trouvé si tu ne sais pas à quoi ça ressemble un mot ? Parce que tu vois sans ça, elles arrachent à l’aveugle. À quoi ça ressemble un mot ? À quoi ça ressemble une idée ? Comment vas-tu faire la différence au milieu de l’hémorragie, des cordes vocales à l’abandon et des chairs atrophiées par la solitude ? Comment tu les reconnaîtras ces mots qui font si mal ? Pourquoi personne ne vient quand ta voix se perd à hurler au lointain ? Pourquoi personne n’arrête la déferlante quand clairement tu te répands au sol ?

Ta voix au lointain n’est déjà plus qu’un écho maladif pris au piège d’une réalité que tu refuses de maintenir. Dis-moi, dans le tas froid et difforme qu’ont créé tes mains, est-ce que tu te reconnais ? Est-ce que tu la reconnais ta voix ? Si elle n’est plus dans le lointain, elle doit bien être là non ? Logique. À quoi elle ressemble ta voix ? Et comment tu sauras que c’est la tienne et pas une autre ramassée au hasard des échos ?

Tu aurais imaginé ça toi ? Être coincé dans une bouillie de ténèbres acides, baignant dans une hémorragie de mots sanguins, tes mains arrachant consciencieusement toutes les muqueuses sur leur passage, ta voix perdue dans un tas de chair trop blessée pour rebondir à nouveau, et toi qui ne pense plus l’espace qu’en terme de douleur. Il n’y a rien à voir parce qu’il faudrait pouvoir décrire, et tu es arrivé au bout des commodités narratives. Ne reste que la douleur pour relier les morceaux de la scène. Ne reste que la douleur pour te rattacher à ce sang sur ce sol que tu ne peux pas sentir, à cette voix que tu ne peux ni reconnaître ni prononcer, à ces mains qui continuent aveuglément.

Ne reste que la douleur.

Je n’existe pas.

Magie Viking en rase campagne

Anilah – Warrior

Les coups de pédale ramène de vieux souvenirs. De vieilles sensations. Enfouies loin. Un retour à la case départ en forme de mue de phoenix. Enfin difficile à dire à travers la brume nocturne.

Quinze minutes de vélo
Vingt minutes de bus vers la ville
Pas de lampadaire
Des fossés
Des ornières

Les sensations remontent. À commencer par le froid qui me scie les doigts. J’avais oublié les doigts qui se glacent sur le guidon, les manches qu’on tire pour compenser l’absence de gant, l’air qu’on souffle dessus à l’occasion pour sauver ce qui peut l’être. Mes yeux pleurent tout seul. Larme par larme. Une toutes les deux minutes. La larme se forme lentement avant de glisser tout aussi lentement le long de la joue. Elle prend part au paysage. Élément constitutif comme un autre.

Donc le froid, les larmes, la musique, la nuit, l’ambiance désertique. Souvenirs.
Le corps reprend ses droits. Après la course infernale, il informe à nouveau de l’état des choses. J’essaie d’accepter l’état des lieux sans ralentir le rythme du pédalier. L’estomac qui brûle. Le genou qui claque. Le dos qui se tord. L’épaule qui se bloque. Accepter l’une après l’autre les petites douleurs accumulées, puis passées sous silence pour survivre aux derniers événements. Accepter, parce qu’il faudra en passer par là.

Quinze minutes de vélo, vingt minutes de bus
La nuit les fossés les ornières
La musique les petites douleurs et le désert
Souvenirs

Les nerfs lâchent. Le corps soulagé de ne plus se sentir en danger constant déposé le bilan. La fatigue, les yeux gonflés, les migraines avortées par manque de temps, les contusions non traitées pour les mêmes raisons, la solitude qui brûle le ventre et les veines. Alors comme à l’époque, il se passe cette chose étrange. Ce moment, ce tout petit moment, où après l’inventaire des dégâts, le corps autorise la voix à sortir. Et la voix chantent au milieu de la campagne déserte, entre les respirations haletantes sous l’effort. La voix sort enfin.

J’assiste au spectacle du corps qui se relâche alors que j’essaie de me souvenir de la route jusqu’à l’arrêt de bus, de la route jusqu’à la maison. En silence et sans négociation, j’essaie d’accepter les réclamations, les reproches et les informations qu’il a à transmettre. Le pire est passé, la route est encore longue. Il faut réparer maintenant. Réparer, récupérer, soigner, repartir. Ne pas minimise ce qui ne veut pas cicatriser. Ne pas oublier ce qui aurait pu arriver. Ne plus censurer.

Quinze minutes de vélo vingt minutes de bus
La nuit les fossés les ornières
Le corps la voix la fatigue

Un mois d’errance à travers la campagne
pour réparer ce qui doit l’être
cicatriser ce qui peut l’être
se souvenir du meilleur
accepter le pire

Et enfin revenir.

What the hell am I doing here ?

Je sais plus quoi lui dire tu sais.

C’était ma mission. Ça a toujours été ma mission. De nous toutes, je devais nous ramener à la maison. Toujours. Et j’ai toujours réussi tu sais. Même bourrée à gerber, même avec des chevilles ayant triplé de volume, même perdue au milieu de ville hostile sans GPS, même en panne d’essence ou avec un pneu crevé et qu’il fallait traîner la mobylette sur deux kilomètres. Je nous ai toujours ramené à la maison. Même quand elle s’écroulait sur un coin de trottoir parce qu’il y avait trop de larmes pour marcher droit. Même quand le monde s’écroulait sur nous, que le sol se dévidait, que nos os se brisaient jusque dans nos tympans, que les murs toujours avaient plus d’yeux pour nous surveiller, que les monstres ne prenaient plus la peine de cacher leur sourire carnassier. Je nous ai toujours ramené à la maison. Même quand il fallait ramener des potes encore plus bourrés, ou qu’il fallait se battre pour eux parce qu’ils s’étaient foutu dans la merde. Même quand on n’avait plus envie de rentrer.

Envers et contre tout
je nous ai toujours ramené à la maison
Envers et contre tous
je l’ai toujours ramenée à la maison

Mais maintenant je ne sais plus quoi lui dire. Il n’y a plus d’endroits où la ramener. Il n’y a que des abris trop temporaires pour vraiment stopper l’angoisse. Comment savoir où les monstres se cachent quand d’une nuit à l’autre il faut tout recommencer ? Tu sais elle a les larmes au bord des cils tout le temps maintenant. Elle sourit, vieille habitude. En vrai, je ne sais plus où la ramener. Quand elle choisit de descendre trois stations plus tôt pour « prendre l’air », je sais qu’elle cherche où rentrer dans la marche. Je guide ses pas, je l’oblige à rentrer à l’abris, même si c’est juste une nuit ou deux. Je la force à ne pas regarder les monstres trop longtemps dans les yeux. Plus de maison, plus d’endroit où les confiner. Elle doit vivre avec continuellement maintenant. C’est lourd à porter un monstre. C’est lourd à vivre. Les frontières s’amenuisent et disparaissent quand on a rien à quoi les accrocher.

Je lui répète à longueur de journée que ça va aller. Que c’est bientôt fini. Je tiens les comptes pour elle. Je fais des listes. J’essaie de prévoir. Mais le temps se délite sous nos doigts. Pas de point fixe pour accrocher une horloge. Je lui que ça va aller, encore. Qu’elle peut le faire. Qu’on va finir par rentrer, c’est juste que cette fois, la route est un peu longue. Un peu trop longue. Mais il faut bien qu’elle aille quelque part.

Forcément, elle doit le sentir que j’y crois de moins en moins. Que je m’essouffle et fatigue.Et bientôt, je n’aurai plus la force de nous protéger des monstres qui voyagent sur nos épaules. J’accélère, je ramasse les porte-bonheurs, les éclats colorés. Il faudrait tenir, encore un peu. Le temps d’arriver au bout de la route. Le temps de la ramener à la maison qui doit bien exister quelque part. Je ne sais pas combien de temps encore j’ai devant moi avant l’extinction du compte à rebours. Il faut espérer que je tienne jusqu’à la maison, car déjà les monstres ont les dents enfoncées dans ses épaules.

Je ne sais plus quoi lui dire tu sais.
Et elle le sait.

I’m a fake with blood on my hands…

The death of the Clock-Woman [English translation]

My Sleeping Karma – Ephedra

A motion. Thin. Light. A quivering maybe. A vibration. A quake delicate like an origami. So little and unreal one could have missed it without even noticing. Yet, the motion was here. It was trying to grow bigger. From sigh to wave, from echo to resonance, it wanted to grow.

It was time.

 The Clock-Woman didn’t know how to react. The space had moved. She felt it. While her body was slowly swallowed by the frozen water, she felt the wreck moving. Nothing, it was nothing. It wasn’t even supposed to happen. The uroburos had frozen time. Any move was impossible. So the bathroom, in the boat perfectly moored, could make everyone safe. Stopping the run of time had been life-saving. For this, the Clock-Woman had given her skin to record every single second, memorise any single image and sound. Today, her whole skin was covered in key moments. Keys that would never open any door again if the wreck was about to get lost at sea again

Everything is fine now.

 Something had to be done. But the cold had stiffened her body until the unconscious. Until she fell on the other side of pain. Until that moment where pain is just the ghost of another life. She had to move anyway. Someone had to face the extent of the damages. And she was the only one who could do it. Someone had to move. The motion was still getting bigger. A simple touch of the floor was enough to realise the motion was real

 Supposing that there was still a floor.

The Clock-Woman looked at the bathroom again. The water had invaded all the available space. The lines of the tiles were losing their consistency because of it. There was no precision in their layout anymore. Impossible to go between them, impossible to avoid them. Simply impossible. The lines were blurry, threatening. The disolved lines were announcing the end of the world. Maybe it was a trick of the eyes, but they seem to get mixed up under the pressure of the motion, still growing, and soon to be a shock wave. The vibration seemed to prepare itself to ingratiate themselves better in the flaws.

 Someone had to stay
Someone had to observe
Someone had to write it down
study
map
statisticate everything

But there was no one. There had never been anyone. Maybe there will never be anyone. Something had to be done. The vibrations would soon swallow them all.

The Sandman couldn’t. Entirely dedicated to the panic of the moment, he was unable to fully understand what was going on. He was splitting up himself in states of emergency, still looking for a way to stop the water. The rise seemed impossible to stop. And so he was running. No time to find a solution to the problem. No time to find the original leak. So he was running, he was spreading himself in sandbags everywhere he could.  He spread and spread, grain after grain, unable to know if he would ever be strong enough to stop the flood. The Sandman was getting out of breath in panic in this space where air was getting rarer by the mnute. Between the frozen water and the rough sand, what was worse between the poison and its antidote ?

There was no one else and yet someone had to handle the emergency
One more
Because without the usual run of time, everything was an emergency
And the vibration was still getting bigger.

Pandora had created the surprise. She had moved when everyone thought she was finaly dead. Unconscious lack of concern, her arms kept wearing away by the acid finaly freed from the box. Her skin in shred was like a delicate veil, ready to wrap her if she could find how to move to act on the guilt that kept making her swallow the pain even more. If someone had told her to stop, that would have changed nothing, she would keep swimming, forcing the waving of her body until the now-exploded box. She stopped to listen long ago. Her throat was trapped by the weight of contradictory messages, and so she stopped listening.

Figute it out
No, you’re not hurting
You should have came earlier
I don’t understand why you hurt
It’s pure stupidity to have waited so long
Why did you come
I don’t see where is the problem
You can’t handle that alone
Figure it out
         on your own.

Pandora held her head straight and her voice dead for long now, she had swallowed all the snakes coming, even for a moment, in the crew. Pandora might have ended up pulling off her own tongue. She had bitten it so much to shut up, to shut up the weaknesses of the rats from the crew :   the uroburos who was dying under its own weight, the laugh of Cassandra like a curse she threw to the others as much as to herself, the blood of the dead girl unable to die for real, the unabling panic of the Sandman, the skin of the Clock-Woman who was so sick of remembering…  Pandora has swallowed her own tongue and tones of her own blood in the time. Never ever complaining. And when the bow had broken under the pressure of the screaming, the nightmares and the smell of rot, when she has been accused of every miseries, she did not complain. She laughed until she suffocated under the rising water. Because it was the only thing to do. Because it was all that was left to do. Because it was the only reasonable option.

And now the mooring lines have broken.  

Pandora knew, but Pandora couldn’t tell. Pandora was not allowed to tell. Never. She swore. She, more than anyone on the ship, knew the price of blood. She was not allowed to tell. Time passing by, she had even forgotten how to speak.

Can you blame people for not seeing what you hide from them ?

The Clock-Woman had to move. There was no one. The vibration had got so big it has nothing to do with a vibration anymore. The vibration turned into a seismic rift. The wreck was struggling with even more rage. The lines of the tiles would soon have lost all sense if nothing was done. The lines of the tiles were not lining up any though now.

It was time.

The Clock-Woman had to move. There was no one else. The Sandman couldn’t stop his run. Pandora was swimming without any faith, looking for the pieces of the box. The Clock-Woman had to move, it was her job. She always brings them home. She promised.

When she forced her body to stand up, the whole pain woke up. The violence of the shock cut off her breath during another shock wave. Breathe, send back the pain where no one could hear it, move on. It wasn’t the first time. But so much time had passed by since a pain screamed so loud to be heard. So much time since she had to tighten her teeth so strongly she could break them. It was impossible to lock this pain in the box.

One gets used to anything, even the worst
Especially the worst
Body memory has no equal

The first impulse is always the hardest. Force the body to go against its instinct. Force the loop. Become the uroburos. The first impulse is still the hardest. The run-up, everything lies in the run-up. You had to know how to prepare the run-up and use it for the best. Becoming the evergoing motion. That was the key. The price to pay was known. Cassandra smiled between the erased lines of the tiles. Cassandra had always known. She had simply waited. When her eyes met the Clock-Woman’s, who ignored her so often, she simply landed her hand. Between the white fingers of the curse seller, a simple crack of the tiles. The Clock-Woman knew… but the key was needed, she had to force this body to make the first impulse. She had to get out of the frozen water. The first impulse is always the hardest…

Blood relationships are nothing more than a story with an unknown ending

The Clock-Woman swallowed the crack without a second thought. The waves of shock were multiplying and getting closer. They were throwing themselves on the wreck with no warning. It was time. Her legs reacted to the poison before her brain could even name it. The first impulse was given, the Clock-Woman was now able to reach the surface… Following her, a thin line of blood was slowly flowing out of the crack in her right arm. The Clock-Woman didn’t notice the wound, or she pretented so. The Sandman tried to throw the necessary sand to wipe it off. Pandora collected the drops to add them into the box. Cassandra was already back into the lines of the tiles, silently crying and blaming herself for being right once again.

It was time.

Outside, the storm was raging. Once she arrived on the deck of the wreck, the Clock-Woman understood. The mooring lines had broken. And now they were wandering onto the ocean. Without a map or a compass, the boat had floated away, following every passing winds. The eye of the storm only hid them for a moment before abandoning them. And now they were trapped right in the middle of the storm. The waves were throwing themselves one the hull like they had nothing left to lose. The wind was rushing into the cracks of the wreck, twisting the wood that was screaming all the silence filling it. From the silence of the wreck ready to split from the inside or the screaming of the hungry waves, it was impossible to know what was the most hurtful. Anyway, they couldn’t hear a thing anymore…

Tell me why people are afraid of the dark ?
The monsters hide in the silence…

In the middle of the random row, the Clock-Woman couldn’t hear a thing anymore. There was nothing anymore. There is no one. Cassandra’s laughter, the crack of Pandora’s bones, the Sandmand’s wandering steps, the Uroburos’s floatting… nothing anymore. There was nothing anymore. The Clock-Woman might have never felt so alone than here, on the deck of the wreck, naked in the middle of the storm where whe couldn’t hear a thing anymore. Her tired skin couldn’t follow the rythm. The violence of the wind right on her bleached skin revived every scar. Alone, naked, in the middle of the storm, the Clock-Woman would have cried, but her eyes had once again forgotten how to do it.

No, this is not how you feel
That’s not why you’re not fine
You’re wrong
No, you’re not so down that this               

The Clock-Woman couldn’t hear anything to guide her anymore. There was no one anymore. The storm took what should have never been lost. Loneliness hugged with her with sticky and heavy arms, with no possible exit. The storm was still raging. She started to believe she would die suffocating under the silence and the loneliness when the sea opened… Summoned by the smell of blood, mermaids had reached the surface. They wanted more. They have been called and they wouldn’t leave empty-handed. Everything comes with a price and the first impulse was always the hardest. The Clock-Woman finally discovered the crack in her arm.

After her, it was nothing but a  suspended sentence…

The cut was beautiful, precise as surgery. The blood was peacefully flooding, as it has always done, bringing with it the usual floods of rot like some kind of necessary evil… Silence was still screaming around her, hitting her ears as an ever-going reminder. The mermaids did what they knew best, they started singing. Their song pilled up in the row of the storm. Impossible to hear through this. Impossible to find her mates. There was no one anymore now. The mermaids sang the enigma from inside, the unsolvable equation.

Someone had to die.

The Clock-Woman understood that long ago. But who was to sacrifice ? They survived to the mad ocean, together for so many years…. Who was to scarifice ? Cassandra and her cursed prophecies ? Pandora and her bones broken by the silence ? The Sandman who fixed only the immediate emergencies ? And why ?

Somone had to die
and someone had to chose

The mermaids were still singing, the mermaids would keep singing, and the mermaid would sing forever until finally someone answer. The time to look away was out. An answer was needed, an it was needed now.

It was time.

Maybe she had to die. Her skin still suffering from the wind was begging for the pain to stop. The first impulse was always the hardest, but the body never really forgets. Naked under the winds, the Clock-Woman had finally understood, maybe. She had to die. And it was unbearable. Was it what the dead girl felt when she was killed ? Nothing else but a deep feeling of being abandonned, a feeling covered by silence heavy enough to weight the whole world ? This kind of huge emptiness that screamed her name ? The mermaids smiled, the answer was given. Only the emptiness knew the name of the Clock-Woman. One could trust that kind of signs. But who would have her blood on their hands ? Who would take this new blame ? The sacrifice was compulsory, the guilt unavoidable. Everything comes with a price and someone had to be guilty.

So now who will have my blood on their hands ?

Maybe deep under the water, the rats would find someone to replace her. Maybe it was high time for them to find someone else in the deep water. It was time to have a name. Even though, she would never be completely reassured : who would bring them home once the water will have swallow her ? Who would come out of the storm ? Someone had to die…

Resigned, the Clock-Woman climbed the guardrail, and her eyes dived into the emptiness around. The mermaids were getting prepared to welcome her. They song slightly changed, from chord to perfect harmony, their voices promised peace, silence far away from the row, and even a name. Could she believe them ? The warmth of their smile didn’t lie… Maybe it was time. She tensed her hand one more time, they were numb by the blood dried by for years, without anyone being able to remember whose blood it was. Her fingers were still trying to hang on to something, as an old habit. Finally, the Clock-Woman closed her eyes. And in the wreck, they all held their breathe.

The first impulse was always the hardest.