Posts in Category: Chronique du vide

The death of the Clock-Woman [English translation]

My Sleeping Karma – Ephedra

A motion. Thin. Light. A quivering maybe. A vibration. A quake delicate like an origami. So little and unreal one could have missed it without even noticing. Yet, the motion was here. It was trying to grow bigger. From sigh to wave, from echo to resonance, it wanted to grow.

It was time.

 The Clock-Woman didn’t know how to react. The space had moved. She felt it. While her body was slowly swallowed by the frozen water, she felt the wreck moving. Nothing, it was nothing. It wasn’t even supposed to happen. The uroburos had frozen time. Any move was impossible. So the bathroom, in the boat perfectly moored, could make everyone safe. Stopping the run of time had been life-saving. For this, the Clock-Woman had given her skin to record every single second, memorise any single image and sound. Today, her whole skin was covered in key moments. Keys that would never open any door again if the wreck was about to get lost at sea again

Everything is fine now.

 Something had to be done. But the cold had stiffened her body until the unconscious. Until she fell on the other side of pain. Until that moment where pain is just the ghost of another life. She had to move anyway. Someone had to face the extent of the damages. And she was the only one who could do it. Someone had to move. The motion was still getting bigger. A simple touch of the floor was enough to realise the motion was real

 Supposing that there was still a floor.

The Clock-Woman looked at the bathroom again. The water had invaded all the available space. The lines of the tiles were losing their consistency because of it. There was no precision in their layout anymore. Impossible to go between them, impossible to avoid them. Simply impossible. The lines were blurry, threatening. The disolved lines were announcing the end of the world. Maybe it was a trick of the eyes, but they seem to get mixed up under the pressure of the motion, still growing, and soon to be a shock wave. The vibration seemed to prepare itself to ingratiate themselves better in the flaws.

 Someone had to stay
Someone had to observe
Someone had to write it down
study
map
statisticate everything

But there was no one. There had never been anyone. Maybe there will never be anyone. Something had to be done. The vibrations would soon swallow them all.

The Sandman couldn’t. Entirely dedicated to the panic of the moment, he was unable to fully understand what was going on. He was splitting up himself in states of emergency, still looking for a way to stop the water. The rise seemed impossible to stop. And so he was running. No time to find a solution to the problem. No time to find the original leak. So he was running, he was spreading himself in sandbags everywhere he could.  He spread and spread, grain after grain, unable to know if he would ever be strong enough to stop the flood. The Sandman was getting out of breath in panic in this space where air was getting rarer by the mnute. Between the frozen water and the rough sand, what was worse between the poison and its antidote ?

There was no one else and yet someone had to handle the emergency
One more
Because without the usual run of time, everything was an emergency
And the vibration was still getting bigger.

Pandora had created the surprise. She had moved when everyone thought she was finaly dead. Unconscious lack of concern, her arms kept wearing away by the acid finaly freed from the box. Her skin in shred was like a delicate veil, ready to wrap her if she could find how to move to act on the guilt that kept making her swallow the pain even more. If someone had told her to stop, that would have changed nothing, she would keep swimming, forcing the waving of her body until the now-exploded box. She stopped to listen long ago. Her throat was trapped by the weight of contradictory messages, and so she stopped listening.

Figute it out
No, you’re not hurting
You should have came earlier
I don’t understand why you hurt
It’s pure stupidity to have waited so long
Why did you come
I don’t see where is the problem
You can’t handle that alone
Figure it out
         on your own.

Pandora held her head straight and her voice dead for long now, she had swallowed all the snakes coming, even for a moment, in the crew. Pandora might have ended up pulling off her own tongue. She had bitten it so much to shut up, to shut up the weaknesses of the rats from the crew :   the uroburos who was dying under its own weight, the laugh of Cassandra like a curse she threw to the others as much as to herself, the blood of the dead girl unable to die for real, the unabling panic of the Sandman, the skin of the Clock-Woman who was so sick of remembering…  Pandora has swallowed her own tongue and tones of her own blood in the time. Never ever complaining. And when the bow had broken under the pressure of the screaming, the nightmares and the smell of rot, when she has been accused of every miseries, she did not complain. She laughed until she suffocated under the rising water. Because it was the only thing to do. Because it was all that was left to do. Because it was the only reasonable option.

And now the mooring lines have broken.  

Pandora knew, but Pandora couldn’t tell. Pandora was not allowed to tell. Never. She swore. She, more than anyone on the ship, knew the price of blood. She was not allowed to tell. Time passing by, she had even forgotten how to speak.

Can you blame people for not seeing what you hide from them ?

The Clock-Woman had to move. There was no one. The vibration had got so big it has nothing to do with a vibration anymore. The vibration turned into a seismic rift. The wreck was struggling with even more rage. The lines of the tiles would soon have lost all sense if nothing was done. The lines of the tiles were not lining up any though now.

It was time.

The Clock-Woman had to move. There was no one else. The Sandman couldn’t stop his run. Pandora was swimming without any faith, looking for the pieces of the box. The Clock-Woman had to move, it was her job. She always brings them home. She promised.

When she forced her body to stand up, the whole pain woke up. The violence of the shock cut off her breath during another shock wave. Breathe, send back the pain where no one could hear it, move on. It wasn’t the first time. But so much time had passed by since a pain screamed so loud to be heard. So much time since she had to tighten her teeth so strongly she could break them. It was impossible to lock this pain in the box.

One gets used to anything, even the worst
Especially the worst
Body memory has no equal

The first impulse is always the hardest. Force the body to go against its instinct. Force the loop. Become the uroburos. The first impulse is still the hardest. The run-up, everything lies in the run-up. You had to know how to prepare the run-up and use it for the best. Becoming the evergoing motion. That was the key. The price to pay was known. Cassandra smiled between the erased lines of the tiles. Cassandra had always known. She had simply waited. When her eyes met the Clock-Woman’s, who ignored her so often, she simply landed her hand. Between the white fingers of the curse seller, a simple crack of the tiles. The Clock-Woman knew… but the key was needed, she had to force this body to make the first impulse. She had to get out of the frozen water. The first impulse is always the hardest…

Blood relationships are nothing more than a story with an unknown ending

The Clock-Woman swallowed the crack without a second thought. The waves of shock were multiplying and getting closer. They were throwing themselves on the wreck with no warning. It was time. Her legs reacted to the poison before her brain could even name it. The first impulse was given, the Clock-Woman was now able to reach the surface… Following her, a thin line of blood was slowly flowing out of the crack in her right arm. The Clock-Woman didn’t notice the wound, or she pretented so. The Sandman tried to throw the necessary sand to wipe it off. Pandora collected the drops to add them into the box. Cassandra was already back into the lines of the tiles, silently crying and blaming herself for being right once again.

It was time.

Outside, the storm was raging. Once she arrived on the deck of the wreck, the Clock-Woman understood. The mooring lines had broken. And now they were wandering onto the ocean. Without a map or a compass, the boat had floated away, following every passing winds. The eye of the storm only hid them for a moment before abandoning them. And now they were trapped right in the middle of the storm. The waves were throwing themselves one the hull like they had nothing left to lose. The wind was rushing into the cracks of the wreck, twisting the wood that was screaming all the silence filling it. From the silence of the wreck ready to split from the inside or the screaming of the hungry waves, it was impossible to know what was the most hurtful. Anyway, they couldn’t hear a thing anymore…

Tell me why people are afraid of the dark ?
The monsters hide in the silence…

In the middle of the random row, the Clock-Woman couldn’t hear a thing anymore. There was nothing anymore. There is no one. Cassandra’s laughter, the crack of Pandora’s bones, the Sandmand’s wandering steps, the Uroburos’s floatting… nothing anymore. There was nothing anymore. The Clock-Woman might have never felt so alone than here, on the deck of the wreck, naked in the middle of the storm where whe couldn’t hear a thing anymore. Her tired skin couldn’t follow the rythm. The violence of the wind right on her bleached skin revived every scar. Alone, naked, in the middle of the storm, the Clock-Woman would have cried, but her eyes had once again forgotten how to do it.

No, this is not how you feel
That’s not why you’re not fine
You’re wrong
No, you’re not so down that this               

The Clock-Woman couldn’t hear anything to guide her anymore. There was no one anymore. The storm took what should have never been lost. Loneliness hugged with her with sticky and heavy arms, with no possible exit. The storm was still raging. She started to believe she would die suffocating under the silence and the loneliness when the sea opened… Summoned by the smell of blood, mermaids had reached the surface. They wanted more. They have been called and they wouldn’t leave empty-handed. Everything comes with a price and the first impulse was always the hardest. The Clock-Woman finally discovered the crack in her arm.

After her, it was nothing but a  suspended sentence…

The cut was beautiful, precise as surgery. The blood was peacefully flooding, as it has always done, bringing with it the usual floods of rot like some kind of necessary evil… Silence was still screaming around her, hitting her ears as an ever-going reminder. The mermaids did what they knew best, they started singing. Their song pilled up in the row of the storm. Impossible to hear through this. Impossible to find her mates. There was no one anymore now. The mermaids sang the enigma from inside, the unsolvable equation.

Someone had to die.

The Clock-Woman understood that long ago. But who was to sacrifice ? They survived to the mad ocean, together for so many years…. Who was to scarifice ? Cassandra and her cursed prophecies ? Pandora and her bones broken by the silence ? The Sandman who fixed only the immediate emergencies ? And why ?

Somone had to die
and someone had to chose

The mermaids were still singing, the mermaids would keep singing, and the mermaid would sing forever until finally someone answer. The time to look away was out. An answer was needed, an it was needed now.

It was time.

Maybe she had to die. Her skin still suffering from the wind was begging for the pain to stop. The first impulse was always the hardest, but the body never really forgets. Naked under the winds, the Clock-Woman had finally understood, maybe. She had to die. And it was unbearable. Was it what the dead girl felt when she was killed ? Nothing else but a deep feeling of being abandonned, a feeling covered by silence heavy enough to weight the whole world ? This kind of huge emptiness that screamed her name ? The mermaids smiled, the answer was given. Only the emptiness knew the name of the Clock-Woman. One could trust that kind of signs. But who would have her blood on their hands ? Who would take this new blame ? The sacrifice was compulsory, the guilt unavoidable. Everything comes with a price and someone had to be guilty.

So now who will have my blood on their hands ?

Maybe deep under the water, the rats would find someone to replace her. Maybe it was high time for them to find someone else in the deep water. It was time to have a name. Even though, she would never be completely reassured : who would bring them home once the water will have swallow her ? Who would come out of the storm ? Someone had to die…

Resigned, the Clock-Woman climbed the guardrail, and her eyes dived into the emptiness around. The mermaids were getting prepared to welcome her. They song slightly changed, from chord to perfect harmony, their voices promised peace, silence far away from the row, and even a name. Could she believe them ? The warmth of their smile didn’t lie… Maybe it was time. She tensed her hand one more time, they were numb by the blood dried by for years, without anyone being able to remember whose blood it was. Her fingers were still trying to hang on to something, as an old habit. Finally, the Clock-Woman closed her eyes. And in the wreck, they all held their breathe.

The first impulse was always the hardest.

The year of wandering [English translation]

Zywiolak – Psychoteka

More light, less tunnel
And how many tears in you coffe ?

To me, the future is nothing but steam on my glasses. A blurry stuff hiding my sight. If I take off my glasses to clean them, my sight gets terrible in a second. I can’t see well anymore, can’t see far, can’t see in details. My eyes get tired quicker, they blow up and my blood pressure climbs up to the migraine. If I keep my glasses cloudy, the world totally disappears. My face gets twisted in a grimace to find the right angle, the single little space where my sight can go through. The world is grey, I can only imagine things.
The future is nothing but steam on my glasses, it makes the world blurry. I can’t do as if it didn’t exist, deny its existence, block it out of my life. The operation is too hazardous. I can’t try to break the blurry. I’m stuck with glasses with no horizon. Like when you open the hoven without thinking of the heat getting out, the future hit me right in the face and here I am, blind in the middle of the kitchen, making crappy metaphor just so I can root out the evil.

More light, less tunnel
And how many tears in your coke ?

So here I am, in the kitchen, I’m making crappy metaphors and plan to go to the moon. Once again. Once more, once again holding on to dreams. The skin is burnt, everything is painful. The eyes are too blown, too swollen and I keep teling myself it’s gonna be ok. Because there is no other choice, it will have to be ok soon. The tunnels get longer and the claustrophobia is crawling on every walls. Anyway. Still. So, stille here, in the kitchen, my glasses full of future, or steam, or both, making lists. Vainly trying to prioritize. I make Freudian slip that can’t even work in English, and I’m crying again  because fucking translation is fucking impossible. I’m lost in translation. The body never forgets, the blood vibrates and the going back to the worst starts looking ok. The future is nothing but steam on my glasses, a blinker hiding the best when all my plans are collapsing.
So here in the kitchen, foggy glasses, my hands full of crappy metaphors and Freudian slip, I try to forget the worse. I pray for those hands, so full of bloody mess, keep finding the strength to hold on. To the slightest branch next to the precipice, the singlest hand that shows up, the slippery edge of the pool. Now, when I write a letter, the sender lives in the « Sadness Swamp » et the recipient is only a hypothesis. The converstion can go on for years…

More light less tunnel
And how many tears in your chocolate ?

In the Sadness Swamp, the time gets stuck and the future smells like rot. Like a dead end at the end of the tunnel. Or maybe it’s just my eyes that are not used to it anymore, they can’t tell the difference. They’re getting armed until the end of the eyelids. I twist my hands, looking for a way out. The hands get mixed up, tearing each other apart. Go, leave me here, but where do you go ? I’m still in the kitchen with my glasses full of a future which does not make sense. I hope that one day will come when my tears will get tired. Easy, if I stop drinking, my body will flirt with deshydration if it keeps crying with no warming. It’s not dumb enough to commit suicide isn’t it ? Just to be sure, I fill the bottle of water one more time. Still blind, I miss the tap. In the Sadness Swamp the dampness is mistress.
Still blind and bail out the kitchen. So now, the future is not only blurry, but also wet, and there is no way to find better metaphor in it. As if the words lost their color and shape in so much water. There is nothing about that in the dictionnary. Some word can’t handle more than 30° anxiety, others can’t go in the dryer without getting out of it covered in anger. A washing machine for love and a bleach for feelings… In the Sadness Swamp we recycle every word until it dies. You know, it’s all we have.

More light, less tunnel
And how many tears on your floor ?

In the Sadness Swamp, the future is nothing but steam on my glasses. I don’t know what to tell my mother anymore when she calls. Through the steam, I’m doing my best to stop the kitchen flooding. It’s going to be ok, sooner or later, it’s going to be ok. You just need to keep fighting. Just a litte bit. Just an effort. And it’s going to work. Soon the water will evaporate. Through my glasses the horizon will be seen again. Just have to wait a little bit more. Feet in the water, keep telling it’s going to be ok. Sooner or later, there will be light at the end of the tunnel. Hoping I will find out before the flooding…

L’année de l’errance.

Zywiolak – Psychoteka

Plus de lumière, moins de tunnel.
Et combien de larmes dans ton café ?

Pour moi, l’avenir c’est rien d’autre que de la buée sur mes lunettes. Un truc flou qui bouche la vue. Si j’enlève mes lunettes pour essuyer mes verres, ma vue se trouble aussitôt. Je vois moins bien, moins loin, moins précisément. Mes yeux se fatiguent plus vite, ils gonflent et sous l’effort ma tension monte jusqu’à la migraine ophtalmique. Si je garde mes verres embués, le monde disparaît totalement. Mon visage se tord en grimace pour trouver l’angle parfait, le tout petit espace où mon regard pourra percer. La vue est grise, je devine les choses.
L’avenir c’est de la buée sur mes lunettes. Il rend le monde flou. Je ne peux pas faire comme s’il n’existait, refuser son existence, la rayer complètement de ma vue. La manœuvre est trop risquée. Je ne peux pas essayer de percer le flou. Je suis bloquée, coincée avec des lunettes qui n’ont plus d’horizon. Un peu comme quand j’ouvre le four sans avoir fait attention à la buée qui s’échappe, j’ai pris l’avenir en pleine gueule et me voilà aveugle en plein milieu de la cuisine de la vie à faire des métaphores médiocres dans le seul but de crever l’abcès.

Plus de lumière, moins de tunnel
Et combien de larmes dans ton coca ?

Donc je suis là, dans la cuisine, je fais des métaphores foireuses et des plans sur la comète. Un énième. Encore un, encore un peu s’accrocher à des fumerolles. La peau est vif, tout est douloureux. Les yeux trop gonflés, trop bouffis, à se répéter que ça va aller. Parce qu’il va bien falloir que ça aille à un moment. Les tunnels s’allongent et la claustrophobie se fait rampante. Mais quand même. Mais encore. Donc, toujours là, dans la cuisine, les lunettes pleines d’avenir, ou de buée, ou les deux, à faire des listes. Tenter vainement de prioriser. Je fais des lapsus affreusement révélateur. Deux lignes après, constater avoir écrit « veinement », passer deux minutes à chercher l’erreur. Le corps n’oublie pas, le sang vibre, le retour au pire redevient envisageable. L’avenir c’est de la buée sur mes lunettes, des œillères au meilleur quand tous les plans s’écroulent les uns après les autres.
Donc là dans la cuisine, lunettes embuées, métaphores foireuses et lapsus révélateurs plein les mains, j’essaie de mettre de côté le pire. Je prie pour que ces mains, tellement pleines de bordel, continuent de trouver la force de s’agripper. La moindre branche au bord sur précipice, la moindre main qui se tend, le rebord de la piscine. Maintenant quand j’écris une lettre, l’expéditeur habite « Marais de la Tristesse » et le destinataire n’est plus qu’une hypothèse. La conversation s’éternise…

Plus de lumière, moins de tunnel
Et combien de larmes dans ton chocolat ?

Au Marais de la Tristesse, le temps s’enlise et l’avenir a une odeur de moisi. Comme une impasse à la fin du tunnel. Ou alors c’est juste mes yeux qui n’ont plus l’habitude, ils ne font plus la différence. Ça se blinde jusqu’au bout des paupières, ça se tord les mains ça cherche son chemin. Les mains s’embrouillent, s’arrachent se déchirent. Allez y sans moi, mais aller où ? Je suis toujours dans la cuisine avec les lunettes pleines d’un avenir qui ne claircit pas. Je me dis qu’à un moment les larmes vont fatiguer. Facile, si j’arrête de boire, mon corps va frôler la déshydratation à pleurer comme ça sans préavis. Et il va quand même pas tenter de se suicider sans moi ce con ? Dans le doute, quand même, je remplis la bouteille d’eau encore un coup. En aveugle, je rate le robinet et inonde la cuisine. Au Marais de la Tristesse, l’humidité est maîtresse.
Alors toujours en aveugle écoper la cuisine. Donc maintenant, en plus d’être flou, l’avenir est humide, et pas moyen d’y trouver une métaphore de meilleure qualité. Comme si les mots s’étaient délavés gondolés à force d’autant d’eau. Ils te le disent pas ça, dans les dictionnaires, si le mot il peut résister à l’eau ou pas. Il y a des mots qui ne supportent pas l’angoisse à plus de 30°, d’autre qui ne peuvent pas passer au sèche-linge sous peine d’en ressortir couvert de rancoeur. L’amour à la machine et autre javel des sentiments. Au Marais de la Tristesse on recycle le moindre mot jusqu’à plus soif. Tu sais c’est tout ce qu’on a.

Plus de lumières, moins de tunnel
Et combien de larmes sur ton carrelage ?

Au Marais de la Tristesse, l’avenir c’est de la buée sur mes lunettes. Je sais plus quoi dire à ma mère quand elle appelle. Au travers de la buée, je jugule tant bien que mal l’inondation de la cuisine. Ça va aller, ça va finir par aller. Faut juste continuer de se battre. Encore un peu. Encore un effort. Et ça va marcher. À un moment l’eau va s’évaporer. À travers mes lunettes l’horizon sera à nouveau accessible. Faut juste attendre encore un peu. Les pieds dans l’eau, se répéter que ça va aller. À un moment, il y aura forcément de la lumière au bout du tunnel. En espérant la trouver avant l’inondation…

Mur du son et autres phonèmes

De l’autre côté du mur du son, il n’y avait rien.
Rien que le silence. Un silence lourd épais sale et noir.
Pas de ces silences qui reposent et soulagent. C’était un silence d’absence.
Une solitude de dimanche. Une solitude de draps vides.
Un silence fait de mots décousus qui ne parviennent plus à dire.
Un silence de l’autre côté des mots sans étymologie.
Un silence qui ne pouvait plus rien. Un silence d’abandon.
Un silence parce qu’on ne pouvait plus entendre.

Je vais me tirer une balle dans le champ lexical.
J’ai dit comme ça sérieusement. À la fin des tergiversations, des débats infinis, des questions sans réponse.
J’ai dit sans aucune trace de doute. Finis les lost in translation, les quiproquos, les awkward silences.
J’ai dit pour une fois sans hésitation. Enfin ne plus chercher une place, ne plus réfléchir la moindre virgule.

Je vais me tirer une balle dans le champ lexical.
Je pourrai enfin dormir.
Débarrassée du poids des mots
des synonymes à l’envie
des conventions illogiques et incertaines
de la réflexion qui ne se construit pas
des monologues déguisés en dialogue
des questions déguisées en affirmations et inversement
des à peu près
des presque pareils

Débarrassée des mots
des mots plus vraiment de maintenant
des mots d’hier
des mots que je n’arrive pas à cracher
des mots qu’il faudrait inventer
des mots qu’il faudrait réécrire
des mots qu’il faudrait prononcer pour de vrai mais qui demandent trop de force

Je vais me tirer une balle dans le champ lexical.
pour de vrai.
Parce que je n’ai plus d’autre option.
Parce que c’est la seule solution viable.
De l’autre côté du mur du son, je pourrai enfin dormir.
Les mots enfin auront fini de tourbillonner
sous mon crâne
entre mes tympans
dans mes doigts
au fond de l’estomac
le long des veines et artères
jusqu’à chaque battement
et la moindre respiration.
Les mots enfin ne vont plus tourbillonner, et je pourrai dormir.

Mais de l’autre côté du mur du son, n’était que silence
et les mots tous étaient morts.
Ma tête en chagrin éclaté n’avait même plus de quoi poser la question
Ma tête en puzzle déphasé n’avait plus le moindre sens
Les mots m’avaient abandonnée et seul restait le silence.
Le silence de ceux qui n’en peuvent plus d’entendre
De ceux qui n’ont plus la force d’écouter
plus les épaules
ou les oreilles disponibles.
La conscience polie jusqu’au brillant, plus aucun mot.

Je vais me tirer une balle dans le champ lexical.
Les murs ont répondu
Les mots ou les monstres, tu choisis
Proximité phonétique proximité logique ?
Ou pas.
Les monstres hors du cadran, en défiance sémantique parfaite
ou quand l’exception devient la règle…

Je vais me tirer une balle dans le champ lexical,
m’offrir au silence
échapper à ma propre étymologie non contrôlée
sombrer une bonne fois pour toute hors des catégories grammaticales
ne plus parler comme un livre
car je ne parlerai plus.

Et peut-être enfin, de l’autre côté du mur du son,
ne plus avoir mal de ne pouvoir nommer
le mal qui ronge
le silence qui rampe
les êtres qui meurent
et mon propre reflet dans le miroir.

La mort de la Femme-Pendule

                My Sleeping Karma – Ephedra

Un mouvement. Fin. Léger. Un frémissement peut-être. Une vibration. Un tremblement d’une délicatesse d’origami. Si petit et inexistant qu’on aurait pu passer à côté sans s’en rendre compte. Pourtant, le mouvement était bien là. Il essayait de prendre de l’ampleur. De soupir en ondulation, d’écho en résonnance, il voulait grossir.

                Il était temps.

La Femme-Pendule ne savait pas comment réagir. L’espace avait bougé. Elle l’avait senti. Alors même que son corps s’enlisait dans l’eau gelée, elle avait senti l’épave se déplacer. Rien, ce n’était rien. Ce n’était même pas censé arriver. Ce n’était pas possible. L’uroburos avait gelé le temps. Tout déplacement était par là même devenu impossible. La salle de bain dans son bateau bien amarré assurait ainsi la sécurité de tous. Ce n’était pas possible. Stopper la course du temps avait été salutaire. En échange, la Femme-Pendule avait donné sa peau pour enregistrer chaque seconde, mémoriser chaque image et chaque son. Aujourd’hui son épiderme tout entier était couvert d’instants-clés. Des clés qui n’ouvriraient peut-être plus jamais aucune porte si l’épave repartait de plus belle.

                Tout va bien maintenant.

Il fallait agir. Mais le froid lui avait raidi les membres jusqu’à l’inconscience. Jusqu’à passer de l’autre côté de la douleur Jusqu’à ce moment où la douleur n’est plus qu’un fantôme d’une autre vie. Il fallait pourtant qu’elle bouge. Quelqu’un devait constater l’ampleur des dégâts. Et ça ne pouvait être qu’elle. Quelqu’un devait bouger. Le mouvement s’amplifiait. Un simple contact avec le sol suffisait à prendre conscience de son existence.

                Si tant est qu’il y ait encore un sol.

La Femme-Pendule observa encore la salle de bain. L’eau avait envahi tout l’espace disponible. Les lignes du carrelage perdaient de leur régularité à son contact. Il n’y avait plus aucune rigueur dans leur agencement. Impossible de passer entre elles, impossible de les éviter. Impossible simplement. Les lignes étaient floues, menaçantes. Les lignes dissolues annonçaient la fin du monde. Peut-être une illusion d’optique, mais elles semblaient se brouiller sous la pression du mouvement, toujours grossissant, bientôt onde de choc. La vibration semblait prendre de l’élan pour mieux s’insinuer dans les failles.

Quelqu’un devait rester
Quelqu’un devait observer
Quelqu’un devait noter
étudier
cartographier
statistifier la chose

Mais il n’y avait personne. Il n’y avait jamais eu personne d’autre. Et peut-être qu’il n’y aurait jamais personne. Il fallait agir. Les vibrations les avaleraient bientôt tous.

Le Marchand de Sable ne pouvait pas. Entièrement dévoué à la panique du moment, il était incapable d’en comprendre les tenants et aboutissants. Il se dispersait en états d’urgence, toujours à la recherche d’un moyen de stopper l’eau. La montée semblait irréversible. Alors il courrait. Pas le temps de trouver la solution du problème. Pas le temps de trouver la fuite originelle. Alors il courrait, il se déversait en sacs de sable partout où il le pouvait. Il s’éparpillait, grain après grain, incapable de savoir s’il serait jamais assez fort pour endiguer la crue. Le Marchand de Sable s’essoufflait en panique dans cet espace où l’air se faisait rare. De l’eau glacée ou du sable rugueux, quel était le pire entre le poison et l’antidote ?

Il n’y avait personne d’autre et pourtant quelqu’un devait gérer l’urgence
Une de plus
Car sans l’écoulement du temps, tout était une urgence
Et la vibration enflait toujours.

Pandore avait créé la surprise. Elle avait bougé alors qu’on la croyait finalement morte. Inconsciente insouciance, ses bras s’effilochaient toujours un peu plus sous l’acide enfin libéré de la boîte. Sa peau en lambeaux était comme un voile délicat, prêt à l’envelopper si elle trouvait par quels mouvements elle pouvait agir sur la culpabilité qui la poussait à ravaler encore un peu plus la douleur. On lui aurait dit d’arrêter que ça n’aurait rien changé, elle aurait continué de nager, de forcer l’ondulation de son corps jusqu’à la boîte maintenant éventrée. Elle n’écoutait plus depuis longtemps. Prise à la gorge par le poids des messages contradictoires, Pandore n’écoutait plus personne.

                Débrouille toi
                Vous n’avez pas mal
                Il fallait venir plus tôt
                Je ne comprends pas pourquoi vous avez mal
                C’est de l’inconscience d’avoir traîné comme ça
                Pourquoi vous êtes venue
                Je ne vois pas où est le problème
                Vous ne pouvez pas gérer ça toute seule
                Débrouille toi
                               toute seule.

Pandore, la tête droite et la voix morte depuis longtemps, avait ravalé toutes les couleuvres passant un instant dans l’équipage. Pandore avait sans doute fini par s’arracher la langue à force de la mordre pour se taire, pour taire les faiblesses des rats de l’équipage : l’uroburos qui croulait sous son propre poids, le rire de Cassandre comme une malédiction qu’elle jetait aux autres autant qu’à elle-même, le sang de la morte incapable de mourir pour de vrai, la panique incapable du Marchand de Sable, la peau de la Femme-Pendule qui n’en pouvait plus de se souvenir… Pandore avait avalé sa propre langue, et dans le même mouvement des litres de son propre sang. Sans jamais émettre la moindre plainte. Et quand la boîte avait cédé sous la pression des hurlements, des cauchemars et de l’odeur de pourriture, quand on l’avait alors accusée de tous les maux, elle ne s’était pas plainte. Elle avait ri jusqu’à s’étouffer de l’eau qui montait. Parce que c’était la seule chose à faire. Parce que c’était tout ce qu’il restait à faire. Parce que c’était la seule option viable.

                Et maintenant les amarres ont lâché.

Pandore savait, mais Pandore ne pouvait pas dire. Pandore n’avait pas le droit de dire. Jamais. Elle avait juré. Elle plus que quiconque sur le bateau connaissait le prix du sang. Elle n’avait pas le droit de le dire. Avec le temps, elle en avait même oublié comment parler.

                Peut-on en vouloir aux gens de ne pas voir ce qu’on leur cache ?

La Femme-Pendule devait bouger. Il n’y avait personne. La vibration avait tellement grossi qu’elle n’avait plus rien d’une vibration. La vibration était devenue faille sismique. L’épave se cabrait avec toujours plus de force. Les lignes du carrelage n’auraient bientôt plus le moindre sens si on ne faisait rien. Les lignes du carrelage n’alignaient déjà plus la moindre pensée.

                Il était temps.

La Femme-Pendule devait bouger. Il n’y avait personne d’autre. Le Marchand de Sable ne pouvait pas arrêter sa course. Pandore nageait mollement à la recherche des fragments de la boîte. La Femme-Pendule devait bouger, c’était son rôle. Toujours, elle les ramenait à la maison. Elle leur avait promis.

Quand elle força son corps à se redresser, la douleur toute entière se réveilla. La violence de l’impact lui coupa le souffle l’espace d’une autre onde de choc. Inspirer, renvoyer la douleur là où personne ne pouvait l’entendre, avancer. Ce n’était pas la première fois. Mais cela faisait longtemps qu’une douleur n’avait pas hurlé autant pour se faire entendre. Longtemps qu’elle n’avait pas eu à serrer les dents au risque de les briser. Et il n’était plus possible de l’enfermer dans la boîte…

On s’habitue à tout même au pire
Surtout au pire
La mémoire corporelle est sans égal

La première impulsion était la plus dure. Forcer le corps à aller à l’encontre de lui-même. Forcer la boucle. Devenir L’uroburos. La première impulsion était la plus dure. L’élan, tout était dans l’élan. Il fallait savoir donner l’élan puis en profiter. Devenir le mouvement perpétuel… La clé était là. Le prix à payer était connu. Cassandre sourit entre les lignes effacées du carrelage. Cassandre avait toujours su. Elle avait simplement attendu. Quand son regard rencontra enfin celui de la Femme-Pendule qui l’avait si souvent ignorée, elle tendit simplement la main. Entre les doigts blancs de la vendeuse de malédiction, une simple fissure de carrelage. La Femme-Pendule savait… Mais il fallait la clé, il fallait forcer le corps à cette première impulsion. Il fallait sortir de l’eau glacée. La première impulsion était la plus dure…

                Les liens du sang ne sont jamais qu’une histoire dont on a oublié la fin.

La Femme-Pendule avala la fissure sans plus y réfléchir. Les ondes de choc se multipliaient, se rapprochaient. Elles s’écrasaient sur l’épave sans plus de cérémonie. Il était temps. Les jambes réagirent au poison avant même que le cerveau n’ait eu le temps de lui donner un nom. La première impulsion était donnée, la Femme-Pendule allait pouvoir regagner la surface… Dans son sillage, un mince filet de sang s’échappait tranquillement de la fissure dans son bras droit. La Femme-Pendule n’avait pas remarqué la blessure, ou avait fait mine de. Le Marchand de Sable chercha à jeter le sable nécessaire pour éponger. Pandore récolta les gouttes flottantes pour les ajouter au contenu de la boîte. Cassandre s’était déjà renfoncée dans les lignes du carrelage, pleurant silencieusement d’avoir eu raison cette fois encore.

                Il était temps.

Dehors, la tempête faisait rage. Une fois sur le pont de l’épave, la Femme-Pendule comprit. Les amarres avaient lâché. Et voilà maintenant qu’ils dérivaient sur l’océan. Le bateau sans carte ni boussole avait flotté au gré des vents mauvais. L’œil du cyclone ne les avait abrité qu’un temps avant de les abandonner, ils se retrouvaient maintenant piégés au cœur même de la tempête. Les vagues s’éclataient sur la coque avec la force de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Le vent s’engouffrait dans les fissures de l’épave, tordant le bois qui hurlait tout le silence dont il était rempli. Du silence de l’épave prête à se déchirer de l’intérieur ou des hurlements des vagues affamées, impossible de savoir ce qui faisait le plus mal. Dans tous les cas, on n’entendait plus rien…

                Dis-moi, pourquoi les gens ont peur du noir ?
                Les monstres se cachent dans le silence…

Au milieu du vacarme aléatoire, la Femme-Pendule n’entendait plus rien. Il n’y avait plus rien. Il n’y a personne. Le rire de Cassandre, le craquement des os de Pandore, les cent pas du Marchand de Sable, le flottement de l’uroburos… plus rien. Il n’y avait plus rien. La Femme-Pendule ne s’était peut-être jamais sentie aussi seule que là, sur le pont de l’épave, nue au milieu de la tempête où elle n’entendait plus rien. Sa peau fatiguée ne pouvait plus suivre le rythme. La violence du vent à même l’épiderme décoloré ravivait toutes les cicatrices. Seule, nue, au milieu de la tempête, la Femme-Pendule en aurait pleuré, mais ses yeux avaient encore une fois oublié comment faire.

                Non, ce n’est pas ce que vous ressentez
                Ce n’est pas pour ça que vous allez mal
                Vous vous trompez
                Non mais en fait tu vas pas si mal

La Femme-Pendule n’entendait plus rien qui puisse la guider. Il n’y avait plus personne. La tempête avait pris ce qui n’aurait jamais dû être perdu. La solitude l’enserra d’une étreinte lourde et poisseuse, sans porte de sortie. La tempête continuait d’enrager. Elle commençait à croire qu’elle allait mourir étouffée sous le silence et la solitude quand la mer s’ouvrit… Appelées par l’odeur du sang, les sirènes avaient rejoint la surface. Elles en voulaient plus. On les avait appelées et il n’était pas question qu’elles repartent les mains vides. Tout avait un prix et la première impulsion était la plus dure. La Femme-Pendule enfin découvrit la fissure sur son bras.

                Après tout, ce n’était jamais qu’un sursis…

L’entaille était belle, d’une précision chirurgicale. Le sang coulait calmement, comme il l’avait toujours fait, traînant avec lui les flots de pourriture habituels, sorte de mal nécessaire… Le silence hurlait toujours autour d’elle, lui frappant les tympans comme autant de rappels incessants. Les sirènes firent ce qu’elles savaient faire de mieux, elles se mirent à chanter. Leur mélodie vint s’ajouter au vacarme de la tempête. Impossible d’entendre au travers. Impossible de trouver ses compagnons d’infortune. Il n’y avait plus personne maintenant. Les sirènes chantèrent l’énigme intérieure, l’équation insoluble.

                Quelqu’un devait mourir.

La Femme-Pendule le savait depuis longtemps. Mais qui sacrifier ? Ils avaient survécu à l’océan déchaîné tous ensemble pendant tellement d’années… Qui sacrifier ? Cassandre et ses prophéties maudites ? Pandore et ses os brisés par le silence ? Le Marchand de Sable qui ne réparait que les urgences immédiates ? Et pourquoi ?

Quelqu’un devait mourir
et quelqu’un devait choisir

Les sirènes chantaient encore, les sirènes chanteraient encore, et les sirènes chanteraient toujours jusqu’à ce qu’enfin on leur réponde. Il n’était plus temps de regarder ailleurs. Il fallait une réponse, et il la fallait maintenant.

                Il était temps.

Peut-être que c’était à elle de mourir. La peau à la merci du vent hurlait qu’on arrête la douleur. La première impulsion était la plus dure, mais le corps n’oublie pas pour autant. Nue sous les vents, la Femme-Pendule avait peut-être enfin compris. C’était à elle de mourir. Et c’était insupportable. Alors c’était ça, ce qu’avait ressentir la morte au moment où on l’avait tuée ? Rien d’autre qu’un profond sentiment d’abandon, enrobé d’un silence à plomber la Terre entière ? Cette espèce d’immense vide qui appelait son nom ? Les sirènes sourirent, la réponse était donnée. Seul le vide connaissait le nom de la Femme-Pendule. Un signe qui ne trompait pas. Mais qui aurait son sang sur les mains ? À qui la culpabilité nouvelle ? Le sacrifice était nécessaire, la culpabilité inévitable. Tout avait un prix, et il fallait un coupable.

                Alors maintenant, qui aura mon sang sur les mains ?

Peut-être qu’au fond de l’eau, les rats trouveraient quelqu’un d’autre pour la remplacer. Peut-être qu’il était temps de trouver quelqu’un d’autre au fond de l’eau. Il était temps d’avoir un nom. Reste qu’elle ne serait jamais complètement rassurée : qui les ramènerait à la maison une fois que l’eau l’aurait avalée ? Qui sortirait de la tempête ? Quelqu’un devait mourir…

Résignée, la Femme-Pendule escalada la rambarde, et plongea ses yeux dans le vide alentour. Les sirènes se préparèrent à l’accueillir. Leur mélodie se modifia légèrement, d’harmonies en accords parfaits, leurs chants promirent la paix, le silence loin du vacarme, et même un nom. Fallait-il les croire ? La chaleur de leur sourire ne mentait pas, elle… Alors peut-être qu’il était temps. Elle crispa encore ses mains, engluée du sang coagulé depuis des années, sans que personne ne se souvienne plus à qui il appartenait. Ses doigts cherchaient encore à s’accrocher, par réflexe, habitude. Alors, la Femme-Pendule ferma les yeux. Et dans l’épave, tous retinrent leur souffle.

                La première impulsion était toujours la plus difficile.

 

La Dame du Gifi

Le soleil me tape sur le crâne. À peine cinq minutes de boulevard et je sens déjà mes cheveux brûler sur le sommet de mon crâne. J’ai la tête en mode plaque à induction… Deux heures à tuer, j’ai oublié mon casque. Perdu l’habitude de la ville, perdu l’habitude de l’avoir sur la tête à peine la clé dans la serrure de l’appartement. Je ne sais pas si je cherche à fuir la chaleur ou le bruit dehors. C’est peut-être un moyen de faire taire le bruit dans ma tête que je finis par atterrir à Gifi, une façon de borner l’univers, compter les conneries, étudier chaque objet jusqu’à ce que le vacarme finisse enfin par revenir à un niveau humainement supportable.

Je cherche des conneries à offrir. Le genre qui fera les potes. Ou qui pourra faire office de surprise glissée dans une enveloppe. Beaucoup de couleurs. De gadgets tellement inventifs que je suis bien incapable de comprendre le pourquoi du comment. Des objets inutiles. Des voix qui sortent de téléviseurs planqués dans des coins d’allées, vantant les mérites de tel ou tel produit. Je leur répondrais bien que ce n’est jamais qu’une serpillière à frange, et qu’à part une mop de chez MacDo, on fait difficilement pire niveau pratique et efficacité. Mais il paraît qu’on n’est pas sensé parler avec les voix qui viennent de téléviseurs planqués dans des coins d’allées. Peut-être pour la même raison que petits on nous dit de ne pas parler aux étrangers : on finit par manger des bonbons qui laissent un goût amer…

Je traîne mollement entre les rideaux, les bougies parfumées et la vaisselle. Je regarde le prix des verres. Mais j’ai pas besoin de verre, l’appart est meublé. Peut-être des shooters, j’ai toujours pas de shooters. Je me rappelle la soirée où ce terrible constat a été fait, j’en ai toujours pas acheté depuis. Je me rappelle les shooters à même le bouchon de la bouteille après les soutenances. Je flotte entre sourire du souvenir et appréhension du mois de septembre quand je réalise que la voix me parle. Je croyais qu’elle parlait toute seule. Elle a dû changer d’adresse en cours de route et me voilà nommée destinataire exclusive et aléatoire d’un soliloque intérieur.

La Dame est blonde, d’un vieux blond qui lui voile son âge réel. Elle s’appuie sur un croisement de déambulateur et de panier roulant. Leggin imprimé noir et blanc, des triangles, des lignes je crois. D’habitude j’aime bien les lignes. J’aime bien essayer de relier les formes en essayant de ne faire qu’un seul trait. Ça aussi ça calme le bruit : trouver la ligne parfaite. Sauf que ça ne se fait pas sur les gens. Sauf que je ne sais pas où regarder. La Dame me parle en regardant dans ma direction mais sans me voir, me montre des choses sans me laisser les voir. Dans sa nuque un tatouage. Ça a dû être un code barre je crois, en un autre temps un autre lieu, je suis presque sûre que c’était un code barre. Souvent la nuque, cette forme-là, c’est pour faire un code barre. Mais le tatouage a bavé. Sans doute à force de rester au soleil des jours et des jours entiers comme celui-ci, le tatouage a fini par baver de tous les côtés, jusqu’à ne plus être qu’un vieux rectangle baveux au remplissage déplumé. Si c’était pas aussi moche, la symbolique frapperait. Ou alors c’est peut-être le fait que ça soit moche qui rend la symbolique aussi forte… enfin en même temps un code barre niveau artistique ça reste limité..

La Dame cherche un économe. Elle proteste, trouve que ceux-ci sont trop chers. Elle m’en montre deux, un noir, un marron. Mais j’ai à peine le temps de voir. Elle dit que le noir est plus hygiénique. J’essaie de comprendre en quoi. Je réponds vaguement « oui c’est vrai, le bois ça moisit… » Mais combien de vrai bois dans un économe en bois ? De toute façon elle écoute à peine, hoche la tête pour valider ma déclaration comme si je venais d’énoncer l’un des plus grands secrets de l’univers. Un genre de vérité absolue qui pourrait soigner même le pire cancer en phase terminale. La dame enchaîne aussitôt. Elle me dit qu’elle n’aime pas les autres… vous savez les… c’est large… et moi j’ai besoin de mettre mon pouce pour guider la lame… alors c’est pas pratique… j’aime vraiment pas… Encore une fois je hoche la tête en signe d’acquiescement. Je dis que oui, c’est vrai c’est pas pratique ces trucs. En vrai, je n’ai aucune idée de ce dont elle parle. Mais sans doute que c’est pas pratique. Au final elle compare les prix, c’est cher, trop cher pour ce que c’est. Elle dit que ça devrait être à 1€, 1,50€ peut-être, mais pas 2, encore moins 3. Je hoche la tête. C’est quoi le vrai pris d’un économe ? C’est quoi la vraie valeur d’un économe ? Est-ce que seulement quelqu’un sait combien ça devrait coûter pour de vrai un économe ? Et elle change d’économe tous les combiens ? J’ai traîné le mien pendant des années, j’en ai changé uniquement parce qu’un ancien coloc s’est barré avec… pas vraiment une cause d’usure… à part pour mes nerfs… mais bon toute façon ce mec c’était un connard, mais c’est pas la question. Parce que la dame cherche du couteau et qu’apparemment elle trouve pas ce qu’elle veut. Je comprends pas ce qu’elle veut, alors je peux même pas l’aider. Toute façon mes yeux sont fatigués alors je peux pas voir aussi loin…Elle en trouve, elle dit « c’est des couteaux à steaks », moi j’en sais rien, jamais fait la différence. Toute façon, j’ai pas les moyens d’avoir plein de couteaux différents, couteaux à pain couteaux à beurre couteaux à steak… puis j’ai pas les moyens du steak non plus. Je pourrais sans doute acheter les couteaux qu’elle tient, mais j’aurais pas grand chose d’autre à leur faire découper que l’espace dans le tiroir à couverts.

Finalement, elle les repose. trop cher. « Vous connaissez Action ? _Non… _Il faut que vous y aller ! Vous verrez après vous vous demanderez comment vous avez fait pour faire vos courses ailleurs ! » La Dame commence alors à m’expliquer… Son débit s’est soudain accéléré. Son visage s’est ouvert. Enfin elle se tourne franchement vers moi. Fini le trois quarts timide, bienvenue à la franche discussion. La Dame veut m’expliquer, elle veut que je comprenne. Elle me raconte… un exemple, il faut un exemple pour que je comprenne pleinement… elle parle de la laine, la pelote achetée au Tissu du Renard, la pelote 250g pour 1€… et bien à Action, la pelote 500g, moitié moins chère, 50 centimes, ou 99 centimes… Moitié prix je vous dis ! Je suis fatiguée, j’ai d’abord l’impression qu’elle se fait avoir pour 1 centime de différence, tu parles d’une économie… Je passe à côté de l’économie. Sans doute parce que je découvre au passage qu’on vend les pelotes de laine au poids, moi qui pensais que c’était à la longueur… quand j’y repense, c’est quand même beaucoup plus logique… Elle me dit qu’il faut y retourner régulièrement parce que souvent ils ont des nouveaux produits. Bon sans doute la laine elle vient d’Irlande ou elle sait pas où, mais c’est pas pareil… Et puis c’est comme Lidl où leurs produits viennent d’Allemagne et ils sont très bien… Putain même un jour de repos l’enseigne en bleue et jaune me colle à la peau comme une vieille sueur de canicule… Je lui souris. C’est drôle comme énoncé comme elle fait, on dirait que l’Allemagne est régulièrement associée à des produits de mauvaises qualité… sans compter que les produits Lidl n’ont d’allemand que le mode d’emploi… ou le nom sur le carton… au moins maintenant je sais dire « asperge » en allemand… Spargel… Il faut que je sache où c’est. Sans doute pour me remercier de mon grand secret de l’univers, cette révélation sur le bois qui moisit, à son tour, la Dame souhaite m’offrir son secret. « Vous savez, tout le monde galère, mais c’est pas forcément facile de trouver les bonnes adresses ! » Alors elle m’explique. À chaque étape du trajet elle s’assure que je visualise toujours le lieu. En vérité, je n’ai aucune idée de ce dont elle parle… je ne connais pas, ou plus, assez bien cette ville et je ne vois que dans un flottement les lieux qu’elle évoque. Je culpabilise aussi un peu, parce qu’en vrai, je m’en fous… je serai partie avant d’avoir eu l’occasion d’aller y voir.. Mais je ne veux pas décevoir la Dame du Gifi. Alors je me concentre et j’essaie de repérer les lieux qu’elle me décrit, j’essaie de forcer ma mémoire à retenir, peut-être qu’à un moment, j’aurais une illumination et je saurais d’où elle parle. Je mémorise au mieux. Je mets mes pas imaginaires dans ceux creusés par son soudain enthousiasme. Elle s’est redressée, n’a plus l’air d’une petite vieille. Son corps se dénoue un peu. J’observe la transformation à mesure qu’elle me dessine le chemin, je retiens.

Finalement, elle fait mine de s’en aller. Elle peine à partir. Comme si j’étais une amie perdue de vue depuis longtemps qui elle était tombée au hasard et qu’elle n’était pas sûre de recroiser de si tôt. Elle me dit au revoir trois fois. Je souris à chaque fois, lui souhaite une excellente journée aussi, à chaque fois. Peut-être un peu déformation professionnelle. Peut-être juste parce que j’ai vraiment envie qu’elle passe une bonne journée, cette Dame et ses secrets pour vivre un peu mieux. Alors que mes yeux reviennent sur les lignes baveuses ancrées dans sa nuque, elle se retourne une dernière fois « Merci beaucoup en tout cas ».

Pour quoi ?
Je ne sais pas. Je remercie en retour. « Si on se recroise un jour, vous me direz si vous avez fait des affaires ! Vous me raconterez » Je promets. Peut-être un peu hypocritement : promesse facile, il faudrait que je revienne ici, que j’aille au dit magasin, puis qu’on se recroise… Statistiquement, on frise l’impossibilité.
Toutefois… si lors de mon prochain périple ici, je finis par aller me promener là-bas, et si plus tard je la recroise… sûr que je lui raconterais. J’espère juste qu’à ce moment, j’aurai quelque chose à raconter.

« Merci beaucoup »

I am one…

Karyn Crisis’ Gospel of the Witches – The Alchemist

La Femme-Pendule, les pieds dans le ciment, écroulée au fond de l’eau, la baignoire est floue dans ses yeux, l’encre de ses bras se dilue le long du carrelage. L’eau devient noire. L’eau devient lourde. Bientôt ne pourra plus respirer. Elle ne bouge plus. Il n’y a plus rien à bouger. Il n’y a plus rien à faire. C’est l’heure. Il est temps. C’était l’heure il y a longtemps déjà. Changement d’heure et fuseaux horaires auront brouillé les lignes un temps infini. Mais rien n’est éternel, pas même l’éternité.

L’uroburos a fini son tour.
Puis le sien.
Et celui d’un inconnu qui passait par là.

Dans les eaux rampent les serpents aux longues dents. Dans les os grouillent les dents brisées. Au moindre mouvement sentir la morsure s’infecter un peu plus. Tu sais hier soir ils ont changé mes dents de place. Alors je pouvais pas aller dormir. Parce que si j’allais dormir, mes dents allaient finir par se déchausser… Alors je les aurais avalées et elles m’auraient déchirée de l’intérieur. Mais comment on sait quel dent va où ? Alors une nuit comme ça, au hasard, de l’intérieur elle s’est déchirée. Les dents étaient tombées. Les eaux ont rampé et les os ont grouillé tandis que les serpents brisaient leurs dents.

Carry me home carry me home

Il n’y avait plus de larmes à verser. Ses yeux avaient oublié quelle procédure il fallait suivre. La Femme-Pendule se desséchait au milieu des océans qui continuaient de monter au coeur de la salle de bain. À quoi aurait servi les larmes au milieu des eaux mortes ? Cette nuit j’ai rêvé en capslock. Le monde hurlait encore et encore. Alors même quand je serai sourde, j’entendrai les hurlements. L’eau ne se fatigue même pas à esquisser le moindre remous. L’eau est plus morte que la morte elle-même. La Femme-Pendule en sourirait presque. Mais les dents pourraient se déchausser.

Carry me home carry me home

Elle sent grouiller. Il suffirait d’ouvrir la bouche. Alors les torrents de vermine se déverseraient dans l’océan de la salle de bain. Peut-être qu’elle serait libérée, enfin, si elle trouvait les moyens de les cracher une bonne fois pour toute ces putains d’asticot. Ou peut-être juste qu’elle serait obligée de comprendre à quel point la pourriture s’était installée jusque dans ses os. Une fois, j’ai dit au médecin que j’avais l’impression que mes os avaient avalé des aiguilles. Le grammage sur l’ordonnance a grimpé. J’ai continué d’avoir mal. Les mots sont morts la nuit qui a suivi. Pourquoi se donner la peine ? 

Carry me home carry me home

L’uroburos refait un tour, resserrant encore un peu plus la corde. Le poids de l’eau augmente encore. Elle ne sait pas. La Femme-Pendule croit se rappeler que quelqu’un avait parlé du silence sous l’eau. Pourtant elle entend les hurlements de Pandore, les mains complètement rongées par l’acide maintenant, et pourtant toujours incapable de sentir la moindre douleur. Elle entend la morte taper sur les murs, suppliant que quelqu’un enfin se souvienne d’elle. La Femme-Pendule en est incapable, le nom a été enterrée… J’ai rêvé que je n’avais pas le droit de sortir de l’ombre des murs. Il a dit que j’avais toujours voulu disparaître. Les voix ont répondu que je n’avais jamais existé. Elle entend le sifflement continu de l’uroburos au plafond, cette façon lancinante de rappeler le temps qui passe alors que plus rien d’autre ne se passe.

Tu n’existes pas.
Tu n’as jamais existé.
Mensonge.

Menteuse.

Carry me home carry me home

L’eau est noire. Elle croupit à vue d’oeil. Ou bien elle l’a toujours été. Il en a toujours été ainsi. Seulement personne ne voulait voir. Ou bien on avait mis en place les moyens les plus sûrs pour tenir l’eau confinée dans les recoins. Alors les os de la Femme-Pendule ont pourri. Ses dents se sont déchaussées. Et la vermine a bouché les trous qui restaient. Elle est folle tu sais. Elle est folle. Elle fait semblant de pas savoir. Elle n’écoute pas. Elle croit que ça suffira. Mais ses dents vont finir par tomber. Elle va se déchirer de l’intérieur. Et la vermine dans ses os pourra enfin se répandre à l’air libre.

J’ai toujours mal.

Carry me home carry me home…

Du coin de l’oeil, loin vers la surface, floutée par l’encre noire dissolue, la Femme-Pendule a cru la voir… Pandore, abrutie par l’amputation forcée, tentait pourtant de ramener ce qui lui restait de vie… Pandore cherchait à nager vers la boîte… Pandore pour une fois avait arrêté son rire en grincement de dents… Sous l’oeil de l’uroburos amusé, Pandore cherchait à changer la boucle…

Carry me home.