Anodin

_Il faut bien que quelqu’un appuie sur la gâchette.
_En quoi ?
_Pourquoi ?
_Parce qu’il faut que ça finisse ?
_Il y a d’autres moyens.
_Appuyer sur la gâchette est le plus efficace. Ce n’est pas de ma faute si c’est comme ça. Il faut arrêter la course. Et c’est ainsi que ça doit être fait.
_En appuyant sur la gâchette.
_Ce n’est pas un peu violent comme moyen ?
_On pourrait même dire complètement barbare.
_Sauvage. Vous êtes un sauvage. Vous ne pouvez pas mettre fin à cette course en appuyant sur la gâchette comme s’il s’agissait d achever un cerf essoufflé.
_Et bien peut-être que si. Peut-être que c’est la même chose. Exactement la même chose.
_Genre j’ai une gueule de cerf.
_C’est ce que j’ai dit.
_Je n’aime pas cette idée. Si nous sommes tu dis des cerfs essoufflés en bout de course, dis moi donc : qui nous court après ? qui va nous tirer dessus ? qui veut nous voir mort, finis, les quatre fers en l’air ?
_La question n’est pas qui.
_Bien sûr que si. Tu l’as dit toi même : quelqu’un doit appuyer sur la gâchette.
_La question n’est pas qui je le répète. La question est comment.
_Comment ? Tu te fous de notre gueule ?
_Comment la question peut-elle être comment ? Le premier crétin sait comment on fait pour appuyer sur une gâchette !
_Attends bientôt il va nous expliquer qu’il parle de gâchette métaphorique !
_La gâchette… n’existe… paaaas…
_Ou bien encore il faut que tu vois plus loin que la gâchette, plus loin que la crosse de ton revolver et ainsi seulement tu pourras appuyer sur la gâchette !
_Très drôle. Mais non. Je parle bien d’une vraie gâchette sur un vrai flingue. D’ailleurs, vous le savez très bien. Ne faîtes pas semblant. Même le plus crétin des cerfs boiteux sait reconnaître une arme à feu quand il en voit une.
_Je ne suis pas un cerf boiteux. Et je ne vois aucune arme à feu.
_Mais tu sais très bien qu’elle est là, qu’elle va finir par arriver et qu’elle va mettre fin à tout cela. Tu sais que ça ne peut pas se faire autrement, que ça ne peut pas finir autrement.
_Bien sûr que si.
_Alors comment ? Vas-y dis nous . Comment est-ce que ça peut finir autrement ? Comment faire pour que ça finisse autrement ? Comment tu veux faire ça ?
_J’en sais rien ! Mais nous ne sommes pas des putain de cerfs !
_Alors comment ? Vous voyez bien que la c’est comment et pas qui. Comment ? Comment comment comment !

Silence.

_Il faut que quelqu’un appuie sur la gâchette.
_Mais QUI ? Qui putain va appuyer sur cette putain de gâchette ?
_Arrête de crier comme ça… Ca ne sert plus à rien, on avance pas plus.
_Je ne veux pas que quelqu’un appuie sur la gâchette. Je ne veux pas que ça finisse. Je ne veux pas qu’on trouve qui va tirer. Ce n’est pas important de savoir qui va appuyer sur la gâchette, ni même comment. Pourquoi ça doit finir ? Pourquoi quelqu’un doit appuyer doit appuyer sur la gâchette ? Je ne veux pas qu’on trouve qui ni comment. Je ne veux pas être un cerf, même boiteux.

Silence

_Mais il faut que quelqu’un appuie sur la gâchette.
_Je ne veux pas qu’on appuie sur la gâchette, je ne veux pas qu’on appuie sur la gâchette, je ne veux pas que ça finisse…
_Il a raison, pourquoi ça doit finir ?
_Parce qu’il faut bien que ça finisse. Ca ne peut pas durer comme ça éternellement. C’est la seule façon que nous ayons de rester ensemble.
_Et si on ne voulait pas rester ensemble ?
_Pourquoi on devrait forcément rester ensemble ?
_Je ne veux pas qu’on appuie sur la gâchette…
_De toute façon même si on appuie on ne restera pas ensemble alors qu’est-ce que ça change ?
_C’est pour marquer le coup
_C’est nous surtout que ça va marquer
_pour qu’on se souvienne de nous
_ça va tellement nous marquer qu’on n’existera plus ailleurs
_on ne nous oubliera plus jamais
_on ne va plus pouvoir être tout court
_on sera à jamais dans les têtes
_Je ne veux pas qu’on appuie sur la gâchette.
_Il faut que quelqu’un appuie sur la gâchette.
_Qui appuie sur la gâchette ?
_Ce n’est qu’un détail. Un détail anodin. C’est un choix anodin. Même le résultat est anodin.
_Il faut que quelqu’un appuie sur la gâchette.
_L’Anodin appuiera sur la gâchette.

Une détonation. Un flash.
Seul en scène, recroquevillé sur lui-même.

_Je ne suis pas un cerf. Non non… je ne suis pas un cerf…. pas un cerf… non… Pas un cerf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *