3h24 – 5h12

Dir en Grey : Audience Killer Loop

Je suis où ? La question s’accroche dans l’air. Ma dissolution coule le long des murs. Impossible de l’arrêter. La bulle aura bientôt tout déchiré. Dans ma tête le bateau coule et chaque vague m’écarte un peu plus loin Je suis pièces détachées. J’essaie balises de détresses après bouteilles à la mort, mais ça ne suffit pas. Inlassablement je perds des morceaux de moi. Partout sur les murs je sens les lambeaux de mon corps. Je suis prise au piège, à compter encore et encore le reste des membres fantômes. Les calculs sont à refaire, les chiffres faussés. Impossible de se mettre d’accord sur le taux de perte autorisée. Il va bien falloir bouger, bien falloir prendre une décision. Abdiquer ? Abdiquer quoi ? La douleur est à peine présente. La douleur c’est pour les êtres vivants. Je suis déjà outre espèce. Je suis profanation, le moindre geste, la moindre impulsion vient déchirer la mélodie du silence. Quoi que je fasse, je suis déjà coupable. Je ne sais pas comment finir. Il faudrait pouvoir me ramasser le corps, faire l’inventaire putrescent des morceaux restants. Je pourrais repartir en connaissance de cause, consciente des forces à disposition. Mais le navire se refuse aux statistiques et toujours je navigue à l’aveugle en eaux troubles. Les sirènes poursuivent leur cantique final tandis que ma dissolution se poursuit. Les murs en observateurs attentifs prennent note de chacun de mes mouvements. Chaque tressaillement, chaque micro-battement est fidèlement enregistré, comptabilisé, étiqueté. Plus le silence grossit plus je me laisse patiemment dispersée. Il n’y a pas d’endroit où virer. Je vais devoir attendre. Attendre que le silence ait fini de me dévorer. Attendre que les murs aient fini de broyer. Après peut-être… Après peut-être qu’enfin j’aurai pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *