00h55 Alcoolémie

La solitude se creuse
s’encrasse
L’incohérence se love au creux du coude
À la fois exubérante
et dissimulé
L’illogisme à même
les veines
Vous savez…
moi pas
La voix admet enfin
les sons sortent
s’avouent
se dénoncent
L’insidieuse sensation se propage
Il faudra bien briser
quelque chose
La bête a du sang sur les mains
depuis longtemps déjà
mais pas assez
Il faudra bien briser quelque chose
Mais ça ne suffit pas
La main se défile
refuse la netteté du trait
se proclame innocente

Au matin le visage
sous les ongles
Menteuse
clament les lambeaux.
Et toujours le monde se dissipe
C’est facile vous savez

Do I make it look easy….

Il suffit simplement
de laisser parler le sang sur les murs
Les murs savent mieux
Les murs savent toujours
Ils prononcent les mots
que la voix refuse
Les murs savent

Le problème, ce n’est pas de parler aux murs.
C’est quand ils répondent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *